List:114

De PolimaWiki
Type Image
Nom auteur Benoît de Sainte-Maure
Titre Le Roman de Troie
Incipit De Miceines i fist venir
Forme de la liste Liste avec retours à la ligne
Periode 1150-1200
Langue Langue vernaculaire
Lieu de production
Pays
Région
Espace hors Europe
Chargement de la carte...
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
Typologie Romans
Autres
Mot clé Romans, Liste avec retours à la ligne, 1150-1200, Langue vernaculaire



Titre du volume Le Roman de Troie
Titre de l’article/ partie /chapitre :
Ville
Institution
Cote Manuscrit
Éditeur scientifique : Léopold Constans
Date d’édition 1904
Page(s) : 293-301
Image : [[Image:|300px]]
Lien image :
Transcription : De Miceines i fist venir

Agamennon cent nes guarnies, D'omes e d'armes replenies. De Parte en i ot Menelaus Seisante, pleines de vassaus. E de Boëce e de l’onor, Entre Archelaus e Prothenor, En i orent cinquante beles, Trestotes fresches e noveles. Ascalaphus e Almenus, Li uns ert cuens, li autre dus, En orent trente a lor partie De la terre d'Orcomenie. Epistrophus e Scedius En orent cinquante, e non plus, Bien guarnies, jol vos plevis, De la terre de Phocidis. Telamonius Aïaus I vint tre bien corne vassaus : Cinquante en ot en la marine, Qu'ot fait venir de Salemine. Teüer ot a compaignon E Amphimac e Dorion, Polixenart e Theseü : Li plus povre fu cuens o dus. De Pile en i aveit oitante Li vieuz Nestor, totes a cante ; Cinquante en i aveit Thoas De la cité de Tolias ; Hunerius, quarante e treis De la terre d'Essimiëis. Trente e set en ot li vassaus Oïleïus Aïaus De Logres, sa terre demeine : N'i aveit celi ne fust pleine D'omes, d'armes e de vitaille, Toz volenteïs de bataille. Trente en aduist de Caledoine, Senz escondit e senz essoine, Philitoas e Antipus : Li uns fu reis, li autre dus. Idomeneus e Merion De Crète e de la region En i amenerent oitante, Beles e granz, totes a cante. D'Achaie, granz e forz adés, En i ot cinquante Ulixés. Emelius en i ot dis, De la contree de Pigris. De la terre e de la contree Que Pilaca est apelee En ot cinquante Potarcaus, E il e danz Proteselaus. Danz Machaon, danz Polidri, Qui furent fil Escolapi, En i aduistrent trente e dous De la terre de Tricios. De Phice, que de mer est prés, En i ot cinquante Achillés. De Rode, une isle desor mer, En fist dis pleines amener Telepolus, uns riches reis, Qui mout ert amez de Grezeis, Euripilus d'Orcomenie, Uns reis de mout grant seignorie, En ot cinquante bien guarnies, Bien chargiees e bien emplies. D'Elide, une terre sauvage, En ot o sei onze al rivage Danz Antipus e Amphimaus : N'en ert a dire tref ne maus. Si corn la Letre me devise, Seisante en i ot de Larise Polibetés e Leontins, Qui esteient germains cosins. Diomedés e Sthelenus E li beaus Eurialus I aduistrent oitante barges De la cité, de l'onor d'Arges. De la terre de Melibee Que donc n'ert guaires habitee, En i ot set Philotetés, Qui mout esteit fel e engrés. Uns reis de Cipe Cuneus Onze en i ot e neient plus. Cinquante en i ot de Manese, N'en i aveit nule remese, Prothoïlus, quin esteit sire, Riches, poissanz de grant empire. Agapenor de Capadie En rot cinquante en la navie, E de Pise en i ot Crenos Trestot par conte vint e dous. Menesteüs, li dus d'Athenes En i aveit cinquante teles, Forz e guarnies des meillors. Ço dit e conte li autors, Quarante e nuef furent par non, Tuit riche rei e fort baron, Qui mil e cent nes amenerent E trente : a itant les nombrerent.

Page(s) : 352-369
Image : [[Image:|300px]]
Lien URL à l'image :
Trascription : De Sezile i vint Pandarus

Ampon li vieuz e Adrastus. Gent amenerent merveillose E hardie e chevalerose : De riches armes bien armé, Icist defendront la cité Encontre ceus qui l’ont asise, Qu'el ne seit arse ne maumise. De Colophon, une contree Que de mer est avironee, I vint Garas e Masius, Nesteus li forz e Phimacus. Icist erent tuit quatre rei, E chascun amena o sei Gent merveillose e bien armee E por bataille conreee : Cist defendront l'onor Priant, E por lui trairont maint ahant. De Lice i vint li vieuz Glaucon E sis fiz o lui Sarpedon. Cist dui i ont gent amenee, Trei mile e plus de lor contree : Por ço i vindrent o tel gent Qu'ai rei de Troie erent parent. Icist ferront de granz colees E soferront les granz meslees, Ainz que Greu aient Troie prise Ne par force la gent conquise. E de Licoine, que tant vaut, Vint Eufemes l’amiraut. Mil chevaliers proz e hardiz, De totes armes bien guarniz, I amena en son conrei : Icist maintendront le tornei ; Cist feront mainte riche eissue, Ainz que la vile seit rendue. Hupoz li granz e Cupesus, Qui deLarise esteient dus, N'i vindrent mie povrement. Cil d'eus qui meins amena gent En pot aveir set cenz de taus Qui proz esteient e vassaus E desirant d’armes porter : Mout voudront cist ainz endurer Granz sofraites e granz mautraiz Que ja Greu aient Troie en paiz. Li reis Remus de Cisonie I vint o gente compaignie. Set contes ot e quatre dus E chevaliers set mile e plus : Si lige home erent natural ; ……………. De Trace, une terre pleniere, Ou la gent est hardie e fiere E aduree e combatant Plus qu'autre gent que seit vivant, I vint Pileus e Acamus : Li uns ert reis, li autre dus ; Si vos di bien qu'en ambedous Aveit chevaliers merveillos. Dous mile e cent vassaus Traceis Amenèrent contre Grezeis : Mout en soferront ainz grant peine Que la cité seit lor demeine, E de granz batailles champaus E forz estors durs e mortaus. E de Peoine, une contree Ou mainte merveille a trovee, Quar es forez e es montaignes, Dont mout i a plus que des plaignes, Veit l'om folez e satereaus, Bestes sauvages e oiseaus De mil manieres e de plus, Li reis quin ert Pretemesus E Steropeus, uns suens cosins, Andui erent jovnes meschins, Genz, beaus e proz e enseigniez E en toz lieus bien afaitiez, Mil chevaliers i amenèrent Qui onques lances n'i porterent, Mais darz trenchanz de fin acier E granz ascones por lancier, Forz ars turqueis : gent desarmee Ne puet aveir a cez duree. Cist navreront maint chevalier E ociront maint bon destrier, De cel vos sui jo bien devin, Ainz que del siege seit la fin. De Frise i revint Antipus E Mercerés e Thalamus : Cist n'erent mie chastelain Ne vavassor de basse main, Ainz erent riche rei poissant, Fort e hardi e combatant. Cist amenerent teus maisniees Qui gent furent apareilliees : Chascuns en a en sa compaigne Set cenz : n'i a cel n'ait enseigne, Heaume d'acier resplendissant E espee buene e trenchant. De Boëce i vint Asimas, Fortis li proz e Sanias. Conte esteient icist tuit trei, Mais ne se porterent onc fei : Toz jorz s'eteient guerreié Mais or s'esteient apaié Por guarnir Troie encontre Greus. Mil chevaliers aduistrent teus, N'i a un sol qui a tornei Face ja mauvestié de sei : Icist feront de teus eissues Dont i seront paumes batues. E del grant regne de Botine, Terre sauvage outremarine, Vint Boëtés e Epistroz O chevaliers set cenz de proz : Frere esteient icist germain. One en lor terre n'ot fait pain : Especes buenes e peissons, Fruiz precios e veneisons

Aveient a mangier apris. Chascuns aveit cheval de pris, Espié trenchant, escu e broigne : Mout avront ainz cist grant essoigne Que la vile guerpissent mais, Jusque de la guerre seit pais. De Paflagoine, une contree Que assez est poi renomee, — Quar si est loinz vers le soleil Qu’a grant maniere me merveil Com faitement l’om i ireit- Ne coment rien ça en vendreit, Merveille fu e iert toz dis Cornent en vint Philemenis. C'ert li sire de Paflagoine, Mais ne cuit pas que soz le troine Eüst dous chevaliers si granz : Por poi ne resemblot jaianz. Mout esteit forz e vertuos Fel e hardiz e corajos. Ne sai mie cornent il sot Le siège qui a Troie alot : Venir i voust, toz dessemons, Bien o dous mile compaignons ; E si en traistrent mout granz peines Dis meis entiers e treis semaines. Ains qu'a Troie fussent venu, Ot il de sa gent mout perdu, Quar assez en teus lieus veneient Ou por un poi ne perisseient. Merveille fu com s'i esmurent : Ja en nul sen venir n'i durent. Philemenis e sa compaigne, Que mout par ert fiere e grifaigne, Vindrent a Troie por defendre Que Greu ne la poüssent prendre. ……………….. N'i revint mie de trop prés D'Ethiope ii reis Sersés, Ne Mennon, li fiz sa soror, Qui mout esteit de grant valor E riches chevaliers assez, Quar sire fu de dis citez. Sersés i vint mout richement E o noble contenement. A venir mist set meis e plus : Mout amena contes e dus E chevaliers e autre gent, Mais onques peiz ne arrement Ne fu si tres neir come il erent. Estranges chevaus amenerent. Ne saveient armes porter, Mais de traire ne de berser Ne sot onc rien gent avers eus : Mout esteient hardiz e feus. Icist feront de Greus essart, Quar lor saietes e lor dart Sont entoschié : ja n'en guarra Nus hom qui navrez en sera. De Therace i vint Heseüs, Il e sis fiz Archilogus. Al rei de Troie erent parent E si ami de longement; Fort home erent cist e gentil. Chevaliers orent plus de mil, De teus qui ja ne feront faille En fort estor ne en bataille : Icist socorront lor parenz E aideront a ceus dedenz. D'Agreste, une isle en mer lontaigne. Dont la gent est fiere e grifaigne, Vint reis Fion e reis Edras, Qui n'amenerent mie eschars De chevaliers ne de serjanz : As Troïens seront aidanz; Mout en despendront ainz del lor Que Greu n'en aient le meillor. Del reiaume d'Alizonie, Qui vers terre est de Femenie, Ou les chieres especes sont Que l'om porte par tot le mont, Vint Pistropleus, uns reis veillarz, Qui mout ert sages des set arz : Mainte merveille saveit faire. Cist amena un Saietaire, Dont en l’ost fu grant reparlance E dont Greu orent grant dotance : Mout i orent pesme enemi, Tant dementres corne il vesqui ; Mais ne dura pas longement, Assez orreiz avant coment. Tuit icist que jos ai nomé Vindrent a Troie la cité. Dedenz se mistrent li plusor Por los, por pris e por amor, E li auquant por seignorage, E li autre por parentage : Des que Deus voust le mont former, N'oï onques nus hom parler Qu'ensi faite chevalerie Eüst nule cité guarnie. A trente e treis furent nombre Icist que jos ai ci nomé, Dont li plus povre ert reis o dus De mil chevaliers e de plus. De toz ceus qui a Troie vindrent E qui contre Grezeis la tindrent Fu Hector sire : al suen plaisir Les i covint toz obeïr ; De toz i ot la seignorie, La poësté e la maistrie. Paris sis frère e Troïlus, E ensement Deïphebus, , Antenor e Polidamas, E autresi danz Eneas, Chascuns d'icez tel gent ayeit, Dont chasçuns guarde se preneit ; Chascuns aveit une partie De ceus defors en sa baillie.

Page(s) : 438-442
Image : [[Image:|300px]]
Lien URL à l'image :
Trascription : Trente fiz ot li reis Prianz,

Toz chevaliers, nez de soignanz, Doze vos en ai ia nomez ; Les dis e uit oïr poëz Qu'il a avuec sei retenu, E sin sont il mout irascu. Lor vuel fussent il premerain Plus volentiers que dererain : Mais ço lor covient obeïr Qu'a lor pere vient a plaisir. De ceus ot non l'uns Menelus, Li autre Isdor, li tierz Chirrus ; Li quarz fu Celidonias, Li quinz ot non Hermagoras Et li sistes Maudan Clarueil, Li setmes Sardes de Vertfueil. Margariton ot non li uitmes, E si fu Achillés mout pruismes Devers une soë parente, Fille de rei, que mout fu gente. Li nuemes ot non Fanoeaus E li dismes Bruns li Gemeaus ; Li onzimes ot non Mathan, Li dozimes Almadian ; Gilor d'Agluz fu li trezimes E Godelés li quatorzimes. Li quinzimes ot non Doglas : Nus hom ne saveit plus d'eschas. Sezimes fu Cadorz de Liz : Mais Ausalon, li fiz Daviz, N'ot plus bel chief que il aveit ; Proz e hardiz e forz esteit. Li autre dui furent nomé, L'uns Nez d'Amors, l'autre Tharé.

Page(s) : 444-454
Image : [[Image:|300px]]
Lien URL à l'image :
Trascription : Agamennon pas ne sojorne :

Ses eschieles fait e atorne ; Ordene les come els seront E come eles se contendront. Patroclus guie la premiere, Que mout est grant e bele e fiere : Tote la gent Achillés meine, Quar quant qu'il a est suen demeine ; Li uns n'a rien que l'autre n'ait, Senz conte rendre e senz nul plait. Onc chevalier plus ne s’amerent Ne greignor fei ne se portèrent. Achillés fu un poi navrez, Si ne s'est pas le jor armez. Merion fu en la seconde : Je ne cuit pas qu'en tot le monde Eüst meillors chevaliers dis. Ipomenés o ses aidis, Dont il ot bien dou mile e mais, Eli dus d'Athenes aprés, Li beaus, li proz Menesteüs, O chevaliers trei mile e plus, La tierce eschiele ront fornie. Cil qui furent d'Orcomenie, De ceus fu reis Ascalaphus, Il e sis beaus fiz Almenus En la quarte sont o tel gent Qui mout ont pris et hardement. La quinte ont fait cil de Boëce : Tel gent n’aveit en tote Grece. De celi fu reis Archelaus, Et Prothenor li bons vassau, Li forz, li proz, li segurains : Cosins erent andui germains. Menelaus fu en la sisaine, Qui sire e mariz fu Heleine. Ceus de Parte ot a jostisier : Ço fu lor seignor dreiturier. Reis Epistroz, reis Scelidis, O lor grant gent de Phocidis, Firent la setme des batailles, Senz genz a pié et senz ringailles, De mout bons chevaliers esliz De grant proëce e de grant priz. Telamonius Aïaus Fu en l'oitime o ses vassaus : La gent conduist de Salemine, Que envers lui est tote acline. Quatre amiraus ot cist o sei, E si ot Teücer, le rei : Des quatre fu l'uns Theseüs E li seconz Amphimacus ; Li tierz Dorius aveit non E li autre Polixenon. En la nueme refu nomez Thoas li proz, li alosez. Cil de Logres font la disaine O Aïaus le pro quis meine. L'onzime font Caledoneis : Philitoas en esteit reis. La dozime firent par non Idomeneus e Merion : Ceus de Crete meinent e guiënt, Corne la gent ou moût se fiënt. Li reis Nestor, qui mout fu proz E uns des plus riches de toz, Fist la trezime o ceus de Pile, Dont bien i ot plus de trei mile : Si ne veïstes onques gent Armez d'armes plus richement. Aprés furent Essimiëis, O saietese ars turqueis, Sor teus chevaus qui tost lor vont. Huniers li reis, li fiz Mahont, Qui chevaliers esteit mout buens, Les chadele corne les suens : C'est la bataile quatorzime. Danz Ulixés fist la quinzime O ceus d'Achaie, qu'il chadele : Iceste eschiele fu mout bele. Seze furent o les Pigreis, Dont Emelins ert sire e reis. Cil de Pilarche grant duel firent De lor seignor que hier perdirent, Del bon, del pro Proteselaus ; Mais Potarcus o ses vassaus, Qui reis esteit e niés al mort, Ne lairont, por nul desconfort Ne por dolor ne por dehait, Qu'il ne seient li dis e set. Conrei sevré, eslit par sei, La grant amor e la grant fei Qu'il aveient vers lor seignor Paristra hui contre les lor : De rien ne sont celui amis, Qui lor seignor lor a ocis. En l'eschiele dis e huitaine Furent la grant gent Triciaine : Machaon, li fiz Labius E li reis Polidarius Aveient cez a chadeler E a conduire et a guarder. Cil de Rode firent la lor : Telopolon ont a seignor, Qui mout sot de chevalerie. Euripilus d'Orcomenie Fist des batailles la vintaîne, Qui i sofri le jor grant peine. Cil d'Elide resont guarni E ordené e establi : D'icez esteit sire Antipus, Il e li reis Amphimacus. Autre en ont fait cil de Larise : C'est une gent que mout se prise. Polibetés li proz les guie E Leontins de Valjoïe. Quant il en orent sevrez cez, Vint e dous conreis orent prez. Diomedés e Sthelenus E li beaus Eürialus, Rei furent riche e combatant, O ceus d'Arges, dont i ot tant, Firent l'autre bataille aprés. Adonc ra pris Philotetés Tote la gent de Melibee, Sin ra sa bataille sevree Tel que n'i ot plus defensable Ne plus sofrant ne plus aidable. Cil de Cipe resont monté Prest de bataille e conreé. Prince orent mout a lor voleir : Ço est Cuneüs, lor dreit heir, Qui en toz lieus les guarde e tient, Quant li graindre bosoinz lor vient. Cil de Manese se rassemblent: Noise n'i font ne ne contendent, Ainz s'armerent al plus isnel. E reis Prothollus, le bel, Les conduist dreit a la bataille: D'icez n'ai crieme qu'uns en faille. Agapenor de Capadie Rot merveillose compaignie, E de tel gent qui mout valeient E qui tres bien armé esteient. Danz Agamennon fu deriers, Qui assez ot plus chevaliers Que nus des autres n'en aveit: Ceus de Miceines conduiseit. Tuit cil en sa bataille aloënt ! Qui en l’ost senz seignor estoënt.

Page(s) : 168-170
Image : [[Image:|300px]]
Lien URL à l'image :
Trascription : A l'escosse vindrent tel cent

Qui assez orent hardement : Reis Menelaus, reis Ulixès E uns autre, Polibetés ; Li forz, li granz Telepolus, Palamedés e Sthelenus Reis Polidarius li gras, Nestor li vieuz, li reis Thoas, Ascalaphus e Archelaus E Telamon e Aïaus ; Menesteü le pro, le sage. E li riches reis de Cartage E li beaus Eüialus, Philitoas e Theseü, E tel seisante autre Grezeis Dont li plus povre ert dus o reis. Cil vindrent tui a la meslee. De la rot grant gent aüee, Quar il i fu reis Pandarus, Apon li vieuz e Adrastus, Li reis Nesteus, li reis Garas, Reis Merceré, reis Sanias, Reis Cpesus, cil de Larise E li vertuos reis de Frise Li reis Remus de Cisonie, Eüfemes de Liconie E li reis de Trace Acamus ; Reis Steropeus, reis Antipus, Reis Sarpedon, reis Heseüs E li très beaus Archilogus ; Philemenis li granz, li proz : Icist furent al bosoing toz, Paris i fu e li Bastart, Qui ne sont mauvais ne coart : Soz ciel n'a gent qui plus d'eus vaille Ne en estor ne en bataille.

Page(s) : 374-375
Image : [[Image:|300px]]
Lien URL à l'image :
Trascription : En la Chambre de Labastrie,

Ou l’ors d'Araibe reflambie, E les doze pieres gemeles Que Deus en eslist as plus beles, Quant precioses les noma, Ço fu safirs e sardina, Topace, prasme, crisolite, Maraude, beriz, ametiste, Jaspe, rubis, chiere sardoine, Charbocles clers e calcedoine, D'icestes ot de lonc, de lé, En la Chambre mout grant plenté.

Page(s) : 27-28
Image : [[Image:|300px]]
Lien URL à l'image :
Trascription : Paris a pris et sa compaigne,

E Troïlus e Eneas, Rei Mennon e Polidamas, Rei Sarpedon e rei Glaucus E de Licoine Eüfemus E Cupesus le fort, le grant, Qui esteit graindre d'un jaiant, Rei Steropeus, rei Acamus, Rei Epistrot, rei Adrastus, Rei Heseüs e rei Fortis, Qui sire esteit de Filitis, Philemenis le grant, le proz, E les autres riches reis toz A establiz e devisez Et les conreiz faiz e sevrez : Mout furent grant, riche e plenier.

Page(s) : 107
Image : [[Image:|300px]]
Lien URL à l'image :
Trascription : Mout par ocist reis de ses mains :

Quar il ocist Proteselaus, Qui mout esteit proz e vassaus ; E si ocist rei Patroclus, Rei Merion, rei Scedius, Rei Boëtés, rei Prothenor, Rei Antipus, rei Elpinor ; E si ocist Archilogus, Orcomenis e Dorius, Polixenart, rei Ifidus, Polibetés, Leotetus, Phelipon e Merionés.

Page(s) : 6-11
Image : [[Image:|300px]]
Lien URL à l'image :
Trascription : En la partie d'Oriënt,

Dont jo parlai premierement, A sol uit mers : c'est Caspion E l'autre mare Persicon ; La tierce a non, ço m'est a vis, A dreit, mer Tiberiadis ; La quarte rapelent aprés Par non la mer Alphatenés E la quinte mare Rubron, La siste mer Arabicon ; La setme mer a non Caphorte E l'oitme apelent la mer Morte. Icil avreit assez a faire Qui bien voudreit dire e retraire Come eles sont e les manieres, Ne dont eles sont plus plenieres. Nuef isles ra en Oriënt : En totes nuef conversent gent. Ipopodés, la plus lointaine, En apelent la premeraine ; Taprobane, c'est l'autre aprés, Que dous itanz est graindre e mais ; La tierce a non Elephantine : Mainte chiere espece a mecine Creist en li buene e preciose ; La quarte isle ra non Therose : Chipre, Rode, Citherea, Crete la grant e Carphata. Qui les merveilles vos direit Qu'es isles sont, que l’om i veit, A fort chose le tendriëz, Rien tant volontiers n'orriëz. Set puis i ra : c'est Caucasus, Sina, Cametés, Libanus, Armenius, monz Bodians, E li setmes monz Casians. Qui direit les descripcions, En queus lieus n'en queus regions Il sont, ne queus flueves i cort, Li queus en naist, li queus en sort, Corne il sont haut, cpm bien il tienent Ne com granz choses i avienent, A grant merveille vos vendreit Com faitement ço avendreit. En icez lieus Oriëntaus, Vint e dous flueves principaus A solement : ço est Gangés, Sigoton e Therioclés. Exos, Cametés, Sigota, Eüfratés e Carmanta ; Armedius, c'est li novains, Qui de mainte merveille est pleins ; Suse, Cortace e Ydaspés, Crisoras li trezains aprés ; Diapagite e Pactolus, Alibota e Taxius, Eleüzer e Azonis, E li vintains a non Tigris ; Crisos, Jordans : c'est le derier. Qui sor icez voudreit traitier E dire de queus lieus il vienent Ne en queus lieus il se detienent, Queus viles sont sor eus asises Ne de queus regnes sont devises, Qu'il a en eus ne qu'om i prent, Bien sai de veir certainement Que volentiers i entendreient Cil qui retraire le m'orreient. En cest Oriental partie, De ço ne redotons nos mie, A treize provinces contees : Oëz corne els sont devisees. Perse, Inde, Isaure e Azonis ; La quinte Sine, ço m'est vis ; La siste a non Apamena, L'autre Mesopotamia ; Phenice, Assire, Commacine ; L'onzime apelent Palestine ; Sire, la plus chaude, l’ardant, E Mede, que mout par est grant. Toz Oriënz trestoz entiers, Qui del mont est l'uns des quartiers, En icez choses est compris E des autres treis parz devis Dont jo ne vueil or plus traitier, Qu'a ço me covient repairier Por que j'ai de tot ço tochié.


Nom du déposant Madeleine Jeay


Auteur Titre Lieu de publication Date de publication
Léopold Constans Le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure publié d'après tous les manuscrits connus Paris 1904-1908


Liste de personnes et de lieux : dénombrement des navires rassemblés par chacun des chefs grecs identifiés par leur nom et leur territoire (t. I, v. v. 5602-5702). Liste de personnes et de lieux : les alliés de Priam avec le dénombrement de leurs troupes (T. I, v. 6667-6717 ; 6734-6836 ; 5853-6934). Liste de personnes : dans l’énumération des chefs troyens, on rencontre la liste des fils de Priam (T. I, v. 8097-8130). Liste de personnes : les chefs grecs à la deuxième bataille (T. I, v. 8165-8314). Liste de personnes : soldats de l’armée grecque lors de la quatrième bataille (t. II, v. 11297-11332). Liste d’objets : pierres précieuses, description de la Chambre des Beautés (T. II, v. 14631-14642), Liste de personnes : les guerriers rassemblés par Priam lors de la dixième bataille (T. III, v. 15374-15389). Liste de personnes : les guerriers tués par Hector (T. III, v. 16828-16839). Liste de lieux : description de l’Orient (T. IV, v. 23215-23301)

Faits relatifs à List:114 — Recherche de pages similaires avec +.
AuteurmonoLéopold Constans +
Date de publication1904-1908 +
Date d’édition1904 +
IncipitDe Miceines i fist venir +
LangueLangue vernaculaire +
Lieu de publicationParis +
ListeListe avec retours à la ligne +
Nom auteurBenoît de Sainte-Maure +
Nom du déposantMadeleine Jeay +
Pagin293-301 +, 352-369 +, 438-442 +, 444-454 +, 168-170 +, 374-375 +, 27-28 +, 107 + et 6-11 +
Periode1150-1200 +
TitreLe Roman de Troie +
Titre du volumeLe Roman de Troie +
TitremonoLe Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure publié d'après tous les manuscrits connus +
TrascriptionDe Miceines i fist venir Agamennon cent n
De Miceines i fist venir

Agamennon cent nes guarnies, D'omes e d'armes replenies. De Parte en i ot Menelaus Seisante, pleines de vassaus. E de Boëce e de l’onor, Entre Archelaus e Prothenor, En i orent cinquante beles, Trestotes fresches e noveles. Ascalaphus e Almenus, Li uns ert cuens, li autre dus, En orent trente a lor partie De la terre d'Orcomenie. Epistrophus e Scedius En orent cinquante, e non plus, Bien guarnies, jol vos plevis, De la terre de Phocidis. Telamonius Aïaus I vint tre bien corne vassaus : Cinquante en ot en la marine, Qu'ot fait venir de Salemine. Teüer ot a compaignon E Amphimac e Dorion, Polixenart e Theseü : Li plus povre fu cuens o dus. De Pile en i aveit oitante Li vieuz Nestor, totes a cante ; Cinquante en i aveit Thoas De la cité de Tolias ; Hunerius, quarante e treis De la terre d'Essimiëis. Trente e set en ot li vassaus Oïleïus Aïaus De Logres, sa terre demeine : N'i aveit celi ne fust pleine D'omes, d'armes e de vitaille, Toz volenteïs de bataille. Trente en aduist de Caledoine, Senz escondit e senz essoine, Philitoas e Antipus : Li uns fu reis, li autre dus. Idomeneus e Merion De Crète e de la region En i amenerent oitante, Beles e granz, totes a cante. D'Achaie, granz e forz adés, En i ot cinquante Ulixés. Emelius en i ot dis, De la contree de Pigris. De la terre e de la contree Que Pilaca est apelee En ot cinquante Potarcaus, E il e danz Proteselaus. Danz Machaon, danz Polidri, Qui furent fil Escolapi, En i aduistrent trente e dous De la terre de Tricios. De Phice, que de mer est prés, En i ot cinquante Achillés. De Rode, une isle desor mer, En fist dis pleines amener Telepolus, uns riches reis, Qui mout ert amez de Grezeis, Euripilus d'Orcomenie, Uns reis de mout grant seignorie, En ot cinquante bien guarnies, Bien chargiees e bien emplies. D'Elide, une terre sauvage, En ot o sei onze al rivage Danz Antipus e Amphimaus : N'en ert a dire tref ne maus. Si corn la Letre me devise, Seisante en i ot de Larise Polibetés e Leontins, Qui esteient germains cosins. Diomedés e Sthelenus E li beaus Eurialus I aduistrent oitante barges De la cité, de l'onor d'Arges. De la terre de Melibee Que donc n'ert guaires habitee, En i ot set Philotetés, Qui mout esteit fel e engrés. Uns reis de Cipe Cuneus Onze en i ot e neient plus. Cinquante en i ot de Manese, N'en i aveit nule remese, Prothoïlus, quin esteit sire, Riches, poissanz de grant empire. Agapenor de Capadie En rot cinquante en la navie, E de Pise en i ot Crenos Trestot par conte vint e dous. Menesteüs, li dus d'Athenes En i aveit cinquante teles, Forz e guarnies des meillors. Ço dit e conte li autors, Quarante e nuef furent par non, Tuit riche rei e fort baron, Qui mil e cent nes amenerent

E trente : a itant les nombrerent.
nerent

E trente : a itant les nombrerent. +, De Sezile i vint Pandarus

Ampon li vieuz e
De Sezile i vint Pandarus

Ampon li vieuz e Adrastus. Gent amenerent merveillose E hardie e chevalerose : De riches armes bien armé, Icist defendront la cité Encontre ceus qui l’ont asise, Qu'el ne seit arse ne maumise. De Colophon, une contree Que de mer est avironee, I vint Garas e Masius, Nesteus li forz e Phimacus. Icist erent tuit quatre rei, E chascun amena o sei Gent merveillose e bien armee E por bataille conreee : Cist defendront l'onor Priant, E por lui trairont maint ahant. De Lice i vint li vieuz Glaucon E sis fiz o lui Sarpedon. Cist dui i ont gent amenee, Trei mile e plus de lor contree : Por ço i vindrent o tel gent Qu'ai rei de Troie erent parent. Icist ferront de granz colees E soferront les granz meslees, Ainz que Greu aient Troie prise Ne par force la gent conquise. E de Licoine, que tant vaut, Vint Eufemes l’amiraut. Mil chevaliers proz e hardiz, De totes armes bien guarniz, I amena en son conrei : Icist maintendront le tornei ; Cist feront mainte riche eissue, Ainz que la vile seit rendue. Hupoz li granz e Cupesus, Qui deLarise esteient dus, N'i vindrent mie povrement. Cil d'eus qui meins amena gent En pot aveir set cenz de taus Qui proz esteient e vassaus E desirant d’armes porter : Mout voudront cist ainz endurer Granz sofraites e granz mautraiz Que ja Greu aient Troie en paiz. Li reis Remus de Cisonie I vint o gente compaignie. Set contes ot e quatre dus E chevaliers set mile e plus : Si lige home erent natural ; ……………. De Trace, une terre pleniere, Ou la gent est hardie e fiere E aduree e combatant Plus qu'autre gent que seit vivant, I vint Pileus e Acamus : Li uns ert reis, li autre dus ; Si vos di bien qu'en ambedous Aveit chevaliers merveillos. Dous mile e cent vassaus Traceis Amenèrent contre Grezeis : Mout en soferront ainz grant peine Que la cité seit lor demeine, E de granz batailles champaus E forz estors durs e mortaus. E de Peoine, une contree Ou mainte merveille a trovee, Quar es forez e es montaignes, Dont mout i a plus que des plaignes, Veit l'om folez e satereaus, Bestes sauvages e oiseaus De mil manieres e de plus, Li reis quin ert Pretemesus E Steropeus, uns suens cosins, Andui erent jovnes meschins, Genz, beaus e proz e enseigniez E en toz lieus bien afaitiez, Mil chevaliers i amenèrent Qui onques lances n'i porterent, Mais darz trenchanz de fin acier E granz ascones por lancier, Forz ars turqueis : gent desarmee Ne puet aveir a cez duree. Cist navreront maint chevalier E ociront maint bon destrier, De cel vos sui jo bien devin, Ainz que del siege seit la fin. De Frise i revint Antipus E Mercerés e Thalamus : Cist n'erent mie chastelain Ne vavassor de basse main, Ainz erent riche rei poissant, Fort e hardi e combatant. Cist amenerent teus maisniees Qui gent furent apareilliees : Chascuns en a en sa compaigne Set cenz : n'i a cel n'ait enseigne, Heaume d'acier resplendissant E espee buene e trenchant. De Boëce i vint Asimas, Fortis li proz e Sanias. Conte esteient icist tuit trei, Mais ne se porterent onc fei : Toz jorz s'eteient guerreié Mais or s'esteient apaié Por guarnir Troie encontre Greus. Mil chevaliers aduistrent teus, N'i a un sol qui a tornei Face ja mauvestié de sei : Icist feront de teus eissues Dont i seront paumes batues. E del grant regne de Botine, Terre sauvage outremarine, Vint Boëtés e Epistroz O chevaliers set cenz de proz : Frere esteient icist germain. One en lor terre n'ot fait pain : Especes buenes e peissons, Fruiz precios e veneisons

Aveient a mangier apris. Chascuns aveit cheval de pris, Espié trenchant, escu e broigne : Mout avront ainz cist grant essoigne Que la vile guerpissent mais, Jusque de la guerre seit pais. De Paflagoine, une contree Que assez est poi renomee, — Quar si est loinz vers le soleil Qu’a grant maniere me merveil Com faitement l’om i ireit- Ne coment rien ça en vendreit, Merveille fu e iert toz dis Cornent en vint Philemenis. C'ert li sire de Paflagoine, Mais ne cuit pas que soz le troine Eüst dous chevaliers si granz : Por poi ne resemblot jaianz. Mout esteit forz e vertuos Fel e hardiz e corajos. Ne sai mie cornent il sot Le siège qui a Troie alot : Venir i voust, toz dessemons, Bien o dous mile compaignons ; E si en traistrent mout granz peines Dis meis entiers e treis semaines. Ains qu'a Troie fussent venu, Ot il de sa gent mout perdu, Quar assez en teus lieus veneient Ou por un poi ne perisseient. Merveille fu com s'i esmurent : Ja en nul sen venir n'i durent. Philemenis e sa compaigne, Que mout par ert fiere e grifaigne, Vindrent a Troie por defendre Que Greu ne la poüssent prendre. ……………….. N'i revint mie de trop prés D'Ethiope ii reis Sersés, Ne Mennon, li fiz sa soror, Qui mout esteit de grant valor E riches chevaliers assez, Quar sire fu de dis citez. Sersés i vint mout richement E o noble contenement. A venir mist set meis e plus : Mout amena contes e dus E chevaliers e autre gent, Mais onques peiz ne arrement Ne fu si tres neir come il erent. Estranges chevaus amenerent. Ne saveient armes porter, Mais de traire ne de berser Ne sot onc rien gent avers eus : Mout esteient hardiz e feus. Icist feront de Greus essart, Quar lor saietes e lor dart Sont entoschié : ja n'en guarra Nus hom qui navrez en sera. De Therace i vint Heseüs, Il e sis fiz Archilogus. Al rei de Troie erent parent E si ami de longement; Fort home erent cist e gentil. Chevaliers orent plus de mil, De teus qui ja ne feront faille En fort estor ne en bataille : Icist socorront lor parenz E aideront a ceus dedenz. D'Agreste, une isle en mer lontaigne. Dont la gent est fiere e grifaigne, Vint reis Fion e reis Edras, Qui n'amenerent mie eschars De chevaliers ne de serjanz : As Troïens seront aidanz; Mout en despendront ainz del lor Que Greu n'en aient le meillor. Del reiaume d'Alizonie, Qui vers terre est de Femenie, Ou les chieres especes sont Que l'om porte par tot le mont, Vint Pistropleus, uns reis veillarz, Qui mout ert sages des set arz : Mainte merveille saveit faire. Cist amena un Saietaire, Dont en l’ost fu grant reparlance E dont Greu orent grant dotance : Mout i orent pesme enemi, Tant dementres corne il vesqui ; Mais ne dura pas longement, Assez orreiz avant coment. Tuit icist que jos ai nomé Vindrent a Troie la cité. Dedenz se mistrent li plusor Por los, por pris e por amor, E li auquant por seignorage, E li autre por parentage : Des que Deus voust le mont former, N'oï onques nus hom parler Qu'ensi faite chevalerie Eüst nule cité guarnie. A trente e treis furent nombre Icist que jos ai ci nomé, Dont li plus povre ert reis o dus De mil chevaliers e de plus. De toz ceus qui a Troie vindrent E qui contre Grezeis la tindrent Fu Hector sire : al suen plaisir Les i covint toz obeïr ; De toz i ot la seignorie, La poësté e la maistrie. Paris sis frère e Troïlus, E ensement Deïphebus, , Antenor e Polidamas, E autresi danz Eneas, Chascuns d'icez tel gent ayeit, Dont chasçuns guarde se preneit ; Chascuns aveit une partie

De ceus defors en sa baillie.
une partie

De ceus defors en sa baillie. +, Trente fiz ot li reis Prianz,

Toz chevali
Trente fiz ot li reis Prianz,

Toz chevaliers, nez de soignanz, Doze vos en ai ia nomez ; Les dis e uit oïr poëz Qu'il a avuec sei retenu, E sin sont il mout irascu. Lor vuel fussent il premerain Plus volentiers que dererain : Mais ço lor covient obeïr Qu'a lor pere vient a plaisir. De ceus ot non l'uns Menelus, Li autre Isdor, li tierz Chirrus ; Li quarz fu Celidonias, Li quinz ot non Hermagoras Et li sistes Maudan Clarueil, Li setmes Sardes de Vertfueil. Margariton ot non li uitmes, E si fu Achillés mout pruismes Devers une soë parente, Fille de rei, que mout fu gente. Li nuemes ot non Fanoeaus E li dismes Bruns li Gemeaus ; Li onzimes ot non Mathan, Li dozimes Almadian ; Gilor d'Agluz fu li trezimes E Godelés li quatorzimes. Li quinzimes ot non Doglas : Nus hom ne saveit plus d'eschas. Sezimes fu Cadorz de Liz : Mais Ausalon, li fiz Daviz, N'ot plus bel chief que il aveit ; Proz e hardiz e forz esteit. Li autre dui furent nomé,

L'uns Nez d'Amors, l'autre Tharé.
t nomé,

L'uns Nez d'Amors, l'autre Tharé. +, Agamennon pas ne sojorne :

Ses eschieles f
Agamennon pas ne sojorne :

Ses eschieles fait e atorne ; Ordene les come els seront E come eles se contendront. Patroclus guie la premiere, Que mout est grant e bele e fiere : Tote la gent Achillés meine, Quar quant qu'il a est suen demeine ; Li uns n'a rien que l'autre n'ait, Senz conte rendre e senz nul plait. Onc chevalier plus ne s’amerent Ne greignor fei ne se portèrent. Achillés fu un poi navrez, Si ne s'est pas le jor armez. Merion fu en la seconde : Je ne cuit pas qu'en tot le monde Eüst meillors chevaliers dis. Ipomenés o ses aidis, Dont il ot bien dou mile e mais, Eli dus d'Athenes aprés, Li beaus, li proz Menesteüs, O chevaliers trei mile e plus, La tierce eschiele ront fornie. Cil qui furent d'Orcomenie, De ceus fu reis Ascalaphus, Il e sis beaus fiz Almenus En la quarte sont o tel gent Qui mout ont pris et hardement. La quinte ont fait cil de Boëce : Tel gent n’aveit en tote Grece. De celi fu reis Archelaus, Et Prothenor li bons vassau, Li forz, li proz, li segurains : Cosins erent andui germains. Menelaus fu en la sisaine, Qui sire e mariz fu Heleine. Ceus de Parte ot a jostisier : Ço fu lor seignor dreiturier. Reis Epistroz, reis Scelidis, O lor grant gent de Phocidis, Firent la setme des batailles, Senz genz a pié et senz ringailles, De mout bons chevaliers esliz De grant proëce e de grant priz. Telamonius Aïaus Fu en l'oitime o ses vassaus : La gent conduist de Salemine, Que envers lui est tote acline. Quatre amiraus ot cist o sei, E si ot Teücer, le rei : Des quatre fu l'uns Theseüs E li seconz Amphimacus ; Li tierz Dorius aveit non E li autre Polixenon. En la nueme refu nomez Thoas li proz, li alosez. Cil de Logres font la disaine O Aïaus le pro quis meine. L'onzime font Caledoneis : Philitoas en esteit reis. La dozime firent par non Idomeneus e Merion : Ceus de Crete meinent e guiënt, Corne la gent ou moût se fiënt. Li reis Nestor, qui mout fu proz E uns des plus riches de toz, Fist la trezime o ceus de Pile, Dont bien i ot plus de trei mile : Si ne veïstes onques gent Armez d'armes plus richement. Aprés furent Essimiëis, O saietese ars turqueis, Sor teus chevaus qui tost lor vont. Huniers li reis, li fiz Mahont, Qui chevaliers esteit mout buens, Les chadele corne les suens : C'est la bataile quatorzime. Danz Ulixés fist la quinzime O ceus d'Achaie, qu'il chadele : Iceste eschiele fu mout bele. Seze furent o les Pigreis, Dont Emelins ert sire e reis. Cil de Pilarche grant duel firent De lor seignor que hier perdirent, Del bon, del pro Proteselaus ; Mais Potarcus o ses vassaus, Qui reis esteit e niés al mort, Ne lairont, por nul desconfort Ne por dolor ne por dehait, Qu'il ne seient li dis e set. Conrei sevré, eslit par sei, La grant amor e la grant fei Qu'il aveient vers lor seignor Paristra hui contre les lor : De rien ne sont celui amis, Qui lor seignor lor a ocis. En l'eschiele dis e huitaine Furent la grant gent Triciaine : Machaon, li fiz Labius E li reis Polidarius Aveient cez a chadeler E a conduire et a guarder. Cil de Rode firent la lor : Telopolon ont a seignor, Qui mout sot de chevalerie. Euripilus d'Orcomenie Fist des batailles la vintaîne, Qui i sofri le jor grant peine. Cil d'Elide resont guarni E ordené e establi : D'icez esteit sire Antipus, Il e li reis Amphimacus. Autre en ont fait cil de Larise : C'est une gent que mout se prise. Polibetés li proz les guie E Leontins de Valjoïe. Quant il en orent sevrez cez, Vint e dous conreis orent prez. Diomedés e Sthelenus E li beaus Eürialus, Rei furent riche e combatant, O ceus d'Arges, dont i ot tant, Firent l'autre bataille aprés. Adonc ra pris Philotetés Tote la gent de Melibee, Sin ra sa bataille sevree Tel que n'i ot plus defensable Ne plus sofrant ne plus aidable. Cil de Cipe resont monté Prest de bataille e conreé. Prince orent mout a lor voleir : Ço est Cuneüs, lor dreit heir, Qui en toz lieus les guarde e tient, Quant li graindre bosoinz lor vient. Cil de Manese se rassemblent: Noise n'i font ne ne contendent, Ainz s'armerent al plus isnel. E reis Prothollus, le bel, Les conduist dreit a la bataille: D'icez n'ai crieme qu'uns en faille. Agapenor de Capadie Rot merveillose compaignie, E de tel gent qui mout valeient E qui tres bien armé esteient. Danz Agamennon fu deriers, Qui assez ot plus chevaliers Que nus des autres n'en aveit: Ceus de Miceines conduiseit. Tuit cil en sa bataille aloënt !

Qui en l’ost senz seignor estoënt.
loënt !

Qui en l’ost senz seignor estoënt. +, A l'escosse vindrent tel cent

Qui assez o
A l'escosse vindrent tel cent

Qui assez orent hardement : Reis Menelaus, reis Ulixès E uns autre, Polibetés ; Li forz, li granz Telepolus, Palamedés e Sthelenus Reis Polidarius li gras, Nestor li vieuz, li reis Thoas, Ascalaphus e Archelaus E Telamon e Aïaus ; Menesteü le pro, le sage. E li riches reis de Cartage E li beaus Eüialus, Philitoas e Theseü, E tel seisante autre Grezeis Dont li plus povre ert dus o reis. Cil vindrent tui a la meslee. De la rot grant gent aüee, Quar il i fu reis Pandarus, Apon li vieuz e Adrastus, Li reis Nesteus, li reis Garas, Reis Merceré, reis Sanias, Reis Cpesus, cil de Larise E li vertuos reis de Frise Li reis Remus de Cisonie, Eüfemes de Liconie E li reis de Trace Acamus ; Reis Steropeus, reis Antipus, Reis Sarpedon, reis Heseüs E li très beaus Archilogus ; Philemenis li granz, li proz : Icist furent al bosoing toz, Paris i fu e li Bastart, Qui ne sont mauvais ne coart : Soz ciel n'a gent qui plus d'eus vaille

Ne en estor ne en bataille.
d'eus vaille

Ne en estor ne en bataille. +, En la Chambre de Labastrie,

Ou l’ors d'Ar
En la Chambre de Labastrie,

Ou l’ors d'Araibe reflambie, E les doze pieres gemeles Que Deus en eslist as plus beles, Quant precioses les noma, Ço fu safirs e sardina, Topace, prasme, crisolite, Maraude, beriz, ametiste, Jaspe, rubis, chiere sardoine, Charbocles clers e calcedoine, D'icestes ot de lonc, de lé,

En la Chambre mout grant plenté.
, de lé,

En la Chambre mout grant plenté. +, Paris a pris et sa compaigne,

E Troïlus e
Paris a pris et sa compaigne,

E Troïlus e Eneas, Rei Mennon e Polidamas, Rei Sarpedon e rei Glaucus E de Licoine Eüfemus E Cupesus le fort, le grant, Qui esteit graindre d'un jaiant, Rei Steropeus, rei Acamus, Rei Epistrot, rei Adrastus, Rei Heseüs e rei Fortis, Qui sire esteit de Filitis, Philemenis le grant, le proz, E les autres riches reis toz A establiz e devisez Et les conreiz faiz e sevrez :

Mout furent grant, riche e plenier.
rez :

Mout furent grant, riche e plenier. +, Mout par ocist reis de ses mains :

Quar i
Mout par ocist reis de ses mains :

Quar il ocist Proteselaus, Qui mout esteit proz e vassaus ; E si ocist rei Patroclus, Rei Merion, rei Scedius, Rei Boëtés, rei Prothenor, Rei Antipus, rei Elpinor ; E si ocist Archilogus, Orcomenis e Dorius, Polixenart, rei Ifidus, Polibetés, Leotetus,

Phelipon e Merionés.
olibetés, Leotetus,

Phelipon e Merionés. + et En la partie d'Oriënt,

Dont jo parlai pre
En la partie d'Oriënt,

Dont jo parlai premierement, A sol uit mers : c'est Caspion E l'autre mare Persicon ; La tierce a non, ço m'est a vis, A dreit, mer Tiberiadis ; La quarte rapelent aprés Par non la mer Alphatenés E la quinte mare Rubron, La siste mer Arabicon ; La setme mer a non Caphorte E l'oitme apelent la mer Morte. Icil avreit assez a faire Qui bien voudreit dire e retraire Come eles sont e les manieres, Ne dont eles sont plus plenieres. Nuef isles ra en Oriënt : En totes nuef conversent gent. Ipopodés, la plus lointaine, En apelent la premeraine ; Taprobane, c'est l'autre aprés, Que dous itanz est graindre e mais ; La tierce a non Elephantine : Mainte chiere espece a mecine Creist en li buene e preciose ; La quarte isle ra non Therose : Chipre, Rode, Citherea, Crete la grant e Carphata. Qui les merveilles vos direit Qu'es isles sont, que l’om i veit, A fort chose le tendriëz, Rien tant volontiers n'orriëz. Set puis i ra : c'est Caucasus, Sina, Cametés, Libanus, Armenius, monz Bodians, E li setmes monz Casians. Qui direit les descripcions, En queus lieus n'en queus regions Il sont, ne queus flueves i cort, Li queus en naist, li queus en sort, Corne il sont haut, cpm bien il tienent Ne com granz choses i avienent, A grant merveille vos vendreit Com faitement ço avendreit. En icez lieus Oriëntaus, Vint e dous flueves principaus A solement : ço est Gangés, Sigoton e Therioclés. Exos, Cametés, Sigota, Eüfratés e Carmanta ; Armedius, c'est li novains, Qui de mainte merveille est pleins ; Suse, Cortace e Ydaspés, Crisoras li trezains aprés ; Diapagite e Pactolus, Alibota e Taxius, Eleüzer e Azonis, E li vintains a non Tigris ; Crisos, Jordans : c'est le derier. Qui sor icez voudreit traitier E dire de queus lieus il vienent Ne en queus lieus il se detienent, Queus viles sont sor eus asises Ne de queus regnes sont devises, Qu'il a en eus ne qu'om i prent, Bien sai de veir certainement Que volentiers i entendreient Cil qui retraire le m'orreient. En cest Oriental partie, De ço ne redotons nos mie, A treize provinces contees : Oëz corne els sont devisees. Perse, Inde, Isaure e Azonis ; La quinte Sine, ço m'est vis ; La siste a non Apamena, L'autre Mesopotamia ; Phenice, Assire, Commacine ; L'onzime apelent Palestine ; Sire, la plus chaude, l’ardant, E Mede, que mout par est grant. Toz Oriënz trestoz entiers, Qui del mont est l'uns des quartiers, En icez choses est compris E des autres treis parz devis Dont jo ne vueil or plus traitier, Qu'a ço me covient repairier

Por que j'ai de tot ço tochié.
repairier Por que j'ai de tot ço tochié. +
TypeImage +
TypologieRomans +
ÉditeurLéopold Constans +