Parcourir le wiki

De PolimaWiki
List:42
Auteurmono Grégoire Lozinski +
Cote BnF fr. 837 +
Date de publication 1933 +
Folio 22  + , 23  +
Incipit La menuise est el premier front  +
Istitution Bibliothèque nationale de France, Manuscrits  +
Langue Langue vernaculaire  +
Lieu de publication Paris +
Liste Liste avec retours à la ligne  +
Nation FRANCE  +
Nom auteur Anonyme  +
Nom du déposant Madeleine Jeay  +
Periode 1275-1300  +
Support parchemin  +
Support 2 codex  +
Titre De Caresme et de Charnage  +
Titremono La bataille de Caresme et de Charnage  +
Transcription La menuise est el premier front ; Les angu
La menuise est el premier front ; Les anguilles au brouet sont Aprés a bataille rengie. Harens fres a la blanche aillie Et tant de ces autres poissons Vienent poingnant a esperons, Et cil de loing et cil de prés Tuit i vienent a grant eslés, Mes nes vous sai pas toz nommer. N’i remest poissons en la mer Qui n’i viegne, vueille ou ne daingne. Issu sont fors a la champaingne. Et Charnage li posteïs Mande la gent de son païs. De l’esmereillon fist message Qui le conta a loi de sage. Ainz la quinsaine en i vint tant A Charnage le combatant De la gent de sa regïon Que ce n’est se merveille non. Primes vindrent crasses porees Et aprés vindrent charbonees, Char de porc a la vert savor I vint por aidier son seignor. Et en aprés vienent li haste, Coulon rosti et cuit en paste, Lardé de cerf au poivre noir Et char de porc, par estavoir. Oison nouvel vienent poingnant Et lor gibelet amenant.
vienent poingnant Et lor gibelet amenant.  +
Transcription Manuscrit Aprés vienent chapons rostis, Ploviers
Aprés vienent chapons rostis, Ploviers et corliex aatis, Marlars et anetes sauvages, Butors et moreillons ramages Et la voleïlle menue Qui de bien fere les argüe. En aprés vienent cols de cigne Qui moult sont precïex et digne. De toutes pars vienent granz mes. A tant ez vous .i. entremés De bones saussices pevrees Qui noveles ont aportees Des andoilles, qu’eles vendront Et de la moustarde amenront Qui a armer les aidera : Ja Quaresme n’i düerra. Charnage garde d’autre part Et voit venir les pois au lart Qui vienent soz frain chevauchant, Moult vont Quaresme maneçant. Riche compaigne ont amenee De feves a la cretonee. Chapon rostis vienent aprés Et vuitecos a toz lor bes, Poucin en rost et au brouet. Chascons en grant paine se met D’aidier Charnage le baron. Et aprés vienent li hairon, Grues et gantes et bistardes Vienent porprenant les angardes. Tripes de porc et de mouton, De cras aigniaus i veïst on Et gelines et cos sauvages. Tant i assamble granz barnages Que nes vous sai pas toz nommer. Moult manacent poissons de mer Et de vivier et de riviere. Charnage se regarde arriere, Le fons d’un val, par grant aïr, Et voit les mes de lait venir. Li burres vient trestout devant, Et li lais surs le vait sivant ; Chaudes tartes et chaus flaons Vienent en granz platiaus roons. La craime vient lance levee Parmi le fons d’une valee ; Li fres frommage, d’autre part, S’en vienent parmi .i. essart. Et aprés vienent li maton : Maint mes de lait i veïst on.
li maton : Maint mes de lait i veïst on.  +
, A tant ez vous le dur frommage Qui vient e
A tant ez vous le dur frommage Qui vient en l’aïde Charnage Chevauchant que pas ne s’i tarde. S’or ne s’i prent Quaresme garde Arrivez sera a mal port, Quar trestuit le heent de mort, Ceus que je vous ai nommez ci. Se il ne vient crïer merci Bien i porra avoir bataille. Quaresme lace sa ventaille Qui n’est ne de fer ne d’acier, Ainz est de roche de vivier. Son hauberc fu d’un fres saumon, De lamproie son auqueton ; Si vous di que ses espaulieres Furent de granz plaïs raieres, De bons lus fu son elme fes ; Li cercles ne fu pas mauvés, Qui estoit d’anguilles rosties. Toutes ses armes a sesies. Puis li a l’en çainte une espee, D’une grant sole bien ouvree. Si vous di que si esperon Furent d’arestes de poisson. Cheval li a l’en amené, .I. grant mulet bien enselé ; La sele fu de blanche aillie, Des armes Quaresme entaillie Et li chevestres et li frains Et li poitraus et li lorains Des armes le conte de Bar ; En sa baniere ot .i. grant bar A entresaingne de vairons. De Quaresme ci vous lairons Qui bien a sa gent ordenee Le pendant d’une grant valee. Or vous redirons de Charnage Qui sor .i. cerf ramu sauvage S’est atornez moult cointement, Bien m’orrez ja dire comment. Charnage vest .i. auqueton De char de porc et de mouton, Qui fu porpoins de grain novel ; Ne doute cop de maquerel Que ja le puisse domagier. Aprés vest .i. hauberc moult chier Fort et entier de bones mailles De crasses perdris et de quailles, Cloez de menuz oiselés ; Les manicles sont de poulés,
nuz oiselés ; Les manicles sont de poulés,  +
, Sa coiffe estoit d’un fruit saffree : Ainz
Sa coiffe estoit d’un fruit saffree : Ainz mes teus ne fu esgardee. Elme ot el chief luisant et cler, D’une grant teste de sengler, Et ot .i. paon sor son hiaume : Bien sambloit sires d’un roiaume. Esperons ot de bec d’oisel : Moult ot en lui biau damoisel. Puis li a l’en çainte une espee D’un haste de porc bien ouvree ; Si l’avoit forgié uns bouchiers, Bien l’esmolut uns cuisiniers. Et son escu fu d’une tarte Dont les ais estoient de paste. Sa cote a armer fu partie De chaus flaons a bone mie Et de pastez de coulombiaus : Moult fu ses adoubemenz biaus. Le cerf ramu ont enselé, A Charnage l’ont amené. Ses cornes sont toutes carchies De kalendres bien envoisies Qui chantent cler et d’aloetes ; De roxingnols et de fauvetes Fu couvers trestout contreval. Moult ot Charnage biau cheval Et envoisié et tost corant ! Ferrez fu derriere et devant : Li fer furent moult bien ouvré De menuz oiselés pevré; Li clou sont de poivre molu ; La sele qui el cheval fu Estoit fete de mol mangier Qui ne fet pas a estrangier ; De roinssoles fu li peniaus, Li estrier furent de fritiaus ; La couverture de la sele Estoit de tortiaus en paiele ; Li frains estoit de frioletes, De chanestiaus et de chosetes ; Fu li lorains tres bien ouvrez: Jamés nul plus bel ne verrez. Montez est sor le cerf sauvage. Sa baniere est de fres frommage, A entresaingne de matons. A sa gent dit : « Quar nous hastons ! Chascons endroit soi bien le face ! » La lance prent, l’escu embrace. Et Quaresme fu d’autre part, Qui plus estoit fiers d’un liepart.
part, Qui plus estoit fiers d’un liepart.  +
, Charnage lest cheval aler, S’enseigne c
Charnage lest cheval aler, S’enseigne commence a crïer. Et Quaresme vient contre lui, Es escuz se fierent andui. Quaresme le fiert premerain D’une lance q’ot en sa main. Se li haubers ne fust si fors Je cuit que Charnage fust mors. Quaresme a brisié sa lance, Et Charnage vers lui se lance, Si le feri de tel vertu Que tout envers l’a abatu. Il saut en piez delivrement, Vers Charnage vient esraument, Tel cop li done de l’espee A mont sor la broingne saffree Qu’il li a fet une grant plaie. Et Charnages tel li repaie Que le hiaume li a percié. D’ambes .ij. pars sont aprochié Lor gent qui les ont departiz. A tant ez vous chapons rostiz Qui se meslent aus fres mellens ; Bien en ont mors plus de .ij. cens. Ja uns seus n’en fust eschapez, Quant plaïs vienent atropez, Qui au secors corent isnel. Li bon flet et li maquerel Se combatent a char de buef Et d’autre part vienent li oef Qui se combatent aus harens. A tant ez vous entre .ij. rens .I. fres saumon esperonant, Fiert .i. haste de maintenant Si qu’il l’a par mileu navré. Tant i a feru et chaplé Que moult leur a fet grant domage. S’or ne se puet vengier Charnage, Je cuit, de duel enragera. Le cerf ramu esperona, Fiert le saumon de tel esfors Que l’espee li mist el cors ; Mort l’abat en .i. chauderon : Or n’i faut il se poivre non. Qui donc veïst ces oingnonees Et pois a l’uile et pois pilees, Feves frasees et blans pois, Pois chaus, pois teves et pois frois ! Aprés vienent ces civotees Et de ces porïons porees.
ent ces civotees Et de ces porïons porees.  +
, Moules et hanon au civé Vienent de bon
Moules et hanon au civé Vienent de bon poivre arrivé, Moult vont Charnage maneçant. A tant estes vous chevauchant Une grant route de saussices, Les hanons embatent es lices. Les oingnonees et les pois Ont abatu en lor defois, Quant lor sort une avalison D’anguilles qui sont en seson, Qui aus saussices se meslerent, .ij. granz arpens les reculerent. Pommes et nois, figues et dates Se combatent aus menuz hastes Et aus tripes et a lor gent. Mes de tant lor va malement Que Quaresme i est desmontez. Ne vous avroie hui acontez La bataille ne afinee. Sor lui fust la parte tornee, Quant raies i vindrent poingnant, Et chien de mer vienent ullant, Hados et guivres et hanons Et congres qui sont gros et lons, Sartres et bresmes et dorees, Barbues et granz plaïs lees Et bon flet au fenoil rosti. La gent Charnage ont departi Si ont Quaresme remonté. Il li ont fet moult grant bonté. A tant ez vous .i. chien de mer Qui vient a la tarte jouster. Si fort le fiert, les ais dessuevre Et en fet voler la conduevre Et dist qu’il la mengera toute. Dist li plonjons : « Je ai grant honte Qu’il se tienent si bien vers nous ! » Dont les va envaïr toz sous. Moult les laidi en son venir, Du champ les en a fet partir, Quant i vindrent .iiij. hairons. Aprés vienent .ij. moreillons En .i. espoi tout coste a coste ; Enz se fierent en une flote De quinqueres et de teurés. Se ne fussent les cras mulés Honiz fust Quaresme et sa gent. A tant ez vous esperonant .I. esturgon tres bien monté, Fiert .i. hairon par grant fierté
n monté, Fiert .i. hairon par grant fierté  +
, Que mort l’abat a icel poindre. Puis vai
Que mort l’abat a icel poindre. Puis vait a une grue joindre, Si l’a si roidement ferue Qu’a la terre l’a abatue. Quant le butor a ce veü, Sachiez, grant duel en a eü. L’esturjon fiert parmi la brueille : L’escu n’i valut une fueille, El cors le navra durement; Outre s’en passe isnelement. A tant ez vous la frommagie, Fiert une raie lez l’oïe, A terre la fet trebuchier. Marlart commencent a huchier Aus ploviers que il viegnent tost. Cil amainent poucins en rost, Oisons noviaus et gibelet, Tout entremeslé de poulet. Moult metent de poissons a fin. L’uile se combat au sain, Le lait d’amandes au lait dous. Le miel i vient desor les pous, Qui bien i fist ses cors tomber : Cel jor le fist il comme ber. La bataille fu moult espesse, Dure et orible et felonesse. Quaresme i reçut grant domage De sa gent et de son lingnage. Et Charnage qui moult fu fier Retret sa gent por l’anuitier. Puis prist .i. gresle, sel sona, Par la bataille esperona. Cele nuit se fist bien guetier Et l’endemain, por guerroier, Se radouba comme devant. Mes moult se vont desconfortant La gent Quaresme de combatre. Par tens porra ses poins debatre Quaresme et ses cheveus tirer, Quar le plus large bacheler Qui onques fust ne jamés soit A mandé qu’il vient orendroit A Charnage por lui aidier, Noël dont ja m’orrez plaidier. Cil amaine tant de bacons Et d’eschines et de jambons ! Ainz que li solaus soit cheïs En ert emplis toz li païs, Quar Noël ne vient mie vuis. Or a bien trestoz ses deduis
nt mie vuis. Or a bien trestoz ses deduis  +
, Charnage, quant il set de voir Que Noël
Charnage, quant il set de voir Que Noël vient, por nul avoir Ne fust il plus baus ne plus liez. Quaresmes fu moult corouciez Quant il sot que Noël venoit Et tel compaingnie amenoit. A sa gent dist : « Quel le ferons ? A combatre trestout pardrons Quar lor force lor croist toz jors. Nous sommes auques au desous ! » La balaine respont premiere : « Je voudroie miex estre en biere Que ja en feïssons acorde, Ne que ja .i. seul en estorde! » Dist l’esturjon : « Nel dites mes, Dame balaine, estez en pes ! Acordons nous, sire Quaresme ! » ― « Je le lo bien ! » ce dist la bresme Et li autre poisson aprés. Tuit s’acordent a fere pes. Del harenc ont fet messagier Si l’en envoient sanz targier A Charnage. Sanz demoree La querele li a contee, Ainsi con Quaresme li mande. Et Charnage lors si demande Quel pes Quaresme li requiert. « Sire, fet il, de par vous iert La pais tele con vous voudrez. Voz genz a conseil apelez. » Dist Charnage : « Moult volentiers ! » A son conseil en va lui tiers. La pes ont fete et devisee. Noël vient a cele assamblee Et dist que ja pes n’en ert faite En cest siecle, se ne li haite. Lors commença la pes a dire Issi con vous l’orrez descrire : « Se Quaresme s’en veut aler Hors del païs, sanz retorner Jamés en ceste regïon, Ainz alast en chetivoison, Par tant porroit a pes venir Et noz bons amis devenir, Fors .vi. semaines et .iij. jors, Et feïst aillors ses sejors, Ainsi porroit il sa pes fere. Autrement ne nous porroit plere ! » Dist Charnage : « Sire Noël, Encore i avra il tout el !
: « Sire Noël, Encore i avra il tout el !  +
Type Image  +
Typologie Dits et fabliaux  +
Verso non  + , oui  +
A une valeur incorrecte pour
« A une valeur incorrecte pour » est une propriété prédéfinie pour tracer les erreurs d’entrée pour les valeurs d’annotation incorrectes qui sont sans doute provoquées par une restriction de type ou de valeur autorisée.
Coordinates  +
Liste des catégories Pages avec une carte provenant de l’extension Maps , BDPolima , Image , Monographie
Date de modification
Cette propriété est une propriété spéciale dans ce wiki.
7 octobre 2016 08:24:42  +
cacher les propriétés qui pointent ici 
  Aucune propriété ne pointe vers cette page.
 

 

Entrez le nom de la page à partir de laquelle commencer la navigation.