Parcourir le wiki

De PolimaWiki
List:167
Auteurmono Gaston Raynaud +
Cote BnF fr. 840 +
Date de publication 1891 +
Folio 417  + , 418  + , 419  +
Incipit Matheolus et Theofrastes  +
Istitution Bibliothèque nationale de France, Manuscrits  +
Langue Langue vernaculaire  +
Lieu de publication Paris +
Liste Liste avec retours à la ligne  +
Nation FRANCE  +
Nom auteur Eustache Deschamps  +
Nom du déposant Madeleine Jeay  +
Periode 1400-1450  +
Support parchemin  +
Support 2 codex  +
Titre Lettres d’un clerc qui se maria, lequel blasmoit moult mariage et au derrenier il prinst une povre femme et l'espousa  +
Titremono Œuvres complètes d’Eustache Deschamps  +
Transcription Matheolus et Theofrastes, Dyogenes, Job e
Matheolus et Theofrastes, Dyogenes, Job et Socrates, Les autres docteurs anciens Et tous philosophes sciens Qui ont parlé de mariage, De la doleur et de la rage Que tous ceuls ont qui se marient, Qui leurs meurs par femmes varient Et deviennent sers et chetis, Dolens, maleureux, amatis, Povres de corps, destruis de ners, Qui tant sueffrent de mos divers, De laidanges et de reprouches Qui chascun jour saillent des bouches De leurs femmes et a toute heure, Se tousjours chascun ne labeure Du mestier et labour d'em bas Ou il fault batre le cabas Et laissier toute autre besongne Qui ne veult avoir grigne et grongne, Qui est dur a continuer, Qui fait le cervel desnuer, Perdre les moules et les os, Avoir goute des piez et en dos Et prandre doulereuse fin,
piez et en dos Et prandre doulereuse fin,  +
Transcription Manuscrit A nostre amé Pierre Mauquin, Qui as esté
A nostre amé Pierre Mauquin, Qui as esté en nos escoles, Et qui doiz sçavoir les paroles Qui en noz livres sont escriptes De mariez, que tu as dictes Maintefoiz et preschié a tous, N'as tu leu que c'est d'estre coux, Et le tourment qu'ont les mariz Qui sont de leurs femmes haïz, Si tost qu’ilz laissent la cure D'exercer le fait de nature ? Oultre, quant enfans y aura, Une nourrice couvendra; Lors vient li cousts, lors vient la mise : Bersueil fault, drapeaulx et chemise, Vivres, loiers, chaucer, vestir, Tarre de sa femme souffrir, Administrer robe, vitaille. Las ! Com dolereuse bataille A clers qui scet par escripture Que c'est de tel desconfiture ! Com grant honte doit avoir Homs qui s'i boute sanz avoir, Quant le plus riche y a souferte, Noise, contemps, courroux et perte, Dont les pluseurs sont desnuez ! Mais trop plus est regardez Et doit estre cent mille fois Uns saiges clers qui scet les lois Et qui le non marier presche A tous, quant de ce fait s'empesche, Encore en son aage moien, A povre femme qui n'a rien Et qui ne scet pratique n'art.
i n'a rien Et qui ne scet pratique n'art.  +
, O tresfoul et maleureux cornart, Chetif r
O tresfoul et maleureux cornart, Chetif reprouché plus qu'infame, Qui t'a esmeu d'espouser femme, Dont tu as maint homme blamé ? Tu seras partout diffamé ; Car, quant l'en te moustroit les voies De marier, tu respondoies A ceuls qui t'en parloient lors, En ce blasmant le cul dehors, Alleguens franchise. Franchise ! Et tu as fait de femme prise, Povre servente qui riens n'a, Sanz nostre sceu ! Mal t'en venrra ! Tu n'as maison, terres n’eritaige, Pratique, vray sens ne usaige Pour pratiquer un seul denier ; Et si as blasmé le mestier Des loys et de l'advocacie En mains lieux ! Pense a ta folie Sanz blamer et sanz reprochier Ce que tu deusses avoir chier ; Advise bien, regarde et pense Dont jadis il te vint licence Et honneur, si bien que tu as Donc mal fait quant te marias. Bien sçavons la cause pour quoy Onques ne sçus appliquer loy ; Et pour ce par ton vituperice As faint que plaider estoit vice, Voulant moustrer en conscience Que c'estoit damnable science, Si n'en vouloies pas user. Tu faiz partout de toy ruser, Qui comme foulz sanz conseil prandre,
ser, Qui comme foulz sanz conseil prandre,  +
, De ta volunté lasche et tendre, Par folou
De ta volunté lasche et tendre, Par folour et merancolie Et par l'ennortement Folie, Es alez trop soudainement A piet et clandestinement A Soissons ta femme espouser De Compiengne, et retourner Illec a piet celle journée : C'est grant chemin a l'espousee, Qui fut lassee, et tu lassez, Si comme il apparut assez Celle nuit, selon ce qu'om dit ; Car, quant tu fus couchiez en lit, Adonc sur ta femme montas ; Mais tu ne feis riens sur le tas, Ains descendis sanz noient faire. Adonc dis combien t'en dubt desplaire, Quant ne pus achever ton euvre ! II ne fault mie qui recueuvre : Par mi ta chambre nuz alas Et puis a ton lit retournas ; Se l'euvre fut ou non parfaitte Ne scet nulz ; or paie ta debte Se fait ne l'as, car bien souvent Te fault hanter le bas couvent, Estre en grant misere et grant paine Plus de mille foiz la sepmaine Pour vin, pain, char, busche, charbon, Avoir hostel, lart qui soit bon, Feves et pois, verjus, vinaigre, Et choulz et poree non maigre, Liz, coussins, couvertois et draps, Nappes, touailles et bourras, Pos et paelles de cuisine,
es et bourras, Pos et paelles de cuisine,  +
, II fault miroir pour la dame, Espingles,
II fault miroir pour la dame, Espingles, puis que scet sa game, Chauces, solers, aguille et fil, Et pour sa robe bon pourfil Et tant d'autres choses d'ostel Qu'a paine est il homme tel, Tant eust papier ne escriptoire, Qui en sceust faire memoire. Et se deffault a en ces choses, Lors seront riotes descloses, Car ta femme une heure plourra; Autrefoiz te reprouchera Que tu la tiens chetivement ; Tousjours seras en parlement, Mais ce n'est pas cilz de Paris ; Jamais n'avras ne gieux ne ris. Las ! Ou est ton estude alee ? Ta roe sera ravalee, Et les livres d'elle vendus : Ne povoies tu estre rendus Ou toy mettre en aucune eglise Pour ta liberté et franchise Retenir, sanz devenir serfs ? Et mesmement, toy qui es clers, Que ne suivoies tu la pratique Des droiz civilz ? Foulz frenetique, Tu as emblé contre raison Science, mais par l'ochoison Du sens naturel qui default, L'as perdue ! Languir te fault. Helas ! Que sçaras tu or faire ? Mestier te sera necessaire D'aprandre, ce sera trop tart: Mieulx te vaulsist tordre une hart
tart: Mieulx te vaulsist tordre une hart  +
, Et faire fagos es forés Que de t'avoir mi
Et faire fagos es forés Que de t'avoir mis ou tu es : Prandre femme qui n'a chevance Et ne scet art, s'elle te tance, Qui n'ara estat n'a mangier. Considere ton grant dangier ; Car se par deffault se desvoie, Toute la coulpe en sera toie Et en seras deshonourez. Trop mieulx te vaulsist estre rez Ou tondus en une abbaie Qu'avoir faicte ceste envaye, Estre pendus, ars ou noiez, Car tu fusses mieulx avoiez, Tes tourmens feniz en une heure, Trespassez, las ! Et tu demeure En grant langour toute ta vie ! Dont te vint ore celle envie De marier, foulz estourdis ? Tu as po compté a nos dis Et aux livres que faiz avons ; Remede en ton fait ne sçavons, Car tu scez bien que fist l'ancelle A saint Pere : par sa favelle Lui fist Jesucrist renoier ; Et Herodiade envoier Fist par Herode et a son tiltre Copper le chief saint Jehan Baptitre ; Que fist a Job sa femme ? Paine ; Et que fist aux Troiens Helaine Et aux Grieux qui puis en perirent ? Clitemetra et autres firent Tous leurs maris perir et perdre. Nulz saiges ne s'i doit aerdre :
perdre. Nulz saiges ne s'i doit aerdre :  +
, Chevaliers en pert sa poursuite Et bons
Chevaliers en pert sa poursuite Et bons clers en pert son estude. Las ! Chetis, voy que tu seras Et comment ressusciteras, Ou tu aras la maleiçon Des Juifs et la conclusion Qu'ilz dient d'ire felonnesse : « En povreté et en viellesse, » L'un a l'autre, « puisses mourir ! » De plus grief mort ne puet perir Homs que d'estre povres et vieulx. Tu le puez veoir a tes yeulx : Tu es d'omme devenuz beste, Car partout vas baissant la teste Et n'oses homme regarder. De honte on te puisse larder Et tout homme qu'ainsi se gaste, Comme on fait un poucin en paste ! Chascun de ton fait se rigole. II n'est chetif qui n'en parole Et qui n'en face jugement Pour mourir de maint grief tourment ; Que pas ne voulons esclarcir Ne plus ta misere fulsir. Mais en la fin te conseillons Que tu cries a genoillons Merci a Dieu sanz desespoir, En recouvrant sens et povoir De lui servir et de reprandre L'estat des loys et mieulx entendre A continuer cil office Que contempné as comme nice, Que tu n'as fait par ci devant, Et ce te pourra mettre avant ;
ci devant, Et ce te pourra mettre avant ;  +
, Mais que tu frequentes les saiges Et que
Mais que tu frequentes les saiges Et que plus ne soies lunaiges Ne si seulx com tu as esté, Mais va en generalité, En tous lieux honnestes te boute, Retien, appran, enseingne, escoute ; Si pourras estat recouvrer Ou il te couvient labourer Des mains com les autres ouvriers, Ou perir. Et pour ce, amis chiers, Revien comme fist de beste homme Nabugodonosor, et comme Tu aies livres et science, Reçoy ton fait en pacience ; Pran en gré ta folie, et garde, Que le feu des femmes ne t'arde, Aussi cette epistole en gré. Escript en nostre lieu secré Et en nostre grant librairie Ou il a noble confrarie De sciences en general Et aussi en especial De philosophie morele Et celle qui est naturele, De may droit le XVIe jour, Que nous tous estions au sejour A Compiengne par memoire, Mors de la vie transitoire, Mis en cendre et en pourreture, Vivens sanz plus par escripture Par noz livres qui sont presens, L'an de grace mil quatrecens Et trois, en celle mesme annee Que tu as ta femme espousee.
mesme annee Que tu as ta femme espousee.  +
Type Image  +
Typologie Poésie  +
Verso oui  + , non  +
A une valeur incorrecte pour
« A une valeur incorrecte pour » est une propriété prédéfinie pour tracer les erreurs d’entrée pour les valeurs d’annotation incorrectes qui sont sans doute provoquées par une restriction de type ou de valeur autorisée.
Coordinates  +
Liste des catégories Pages avec une carte provenant de l’extension Maps , BDPolima , Image , Monographie
Date de modification
Cette propriété est une propriété spéciale dans ce wiki.
1 mai 2017 15:04:59  +
cacher les propriétés qui pointent ici 
  Aucune propriété ne pointe vers cette page.
 

 

Entrez le nom de la page à partir de laquelle commencer la navigation.