List:91

De PolimaWiki
Type Image
Nom auteur Eustache Deschamps
Titre Ballade 355
Incipit Et si l'ay quis a Romme, en Lombardie
Forme de la liste Liste avec retours à la ligne
Periode 1350-1400
Langue Langue vernaculaire
Lieu de production
Pays FRANCE
Région
Espace hors Europe
Chargement de la carte...

46° 13' 39", 2° 12' 49"

Typologie Poésie
Autres
Mot clé Poésie, Liste avec retours à la ligne, FRANCE, 1350-1400, Langue vernaculaire



Ville PARIS
Institution Bibliothèque nationale de France, Manuscrits
Cote Manuscrit BnF fr. 840
Support (matière) parchemin
Support (forme) codex
Support (commentaire)
Folio 118
Page
Verso non
Image Deschamps 118ra.jpg
Transcription Helas ! bien doy mon temps plaindre et gemir,

Et regreter mon labour et ma vie, Qui oncques jour ne cessay de querir Ce que trouver n'ay peu et ne puis mie, Et si l'ay quis a Romme, en Lombardie, En l'empire d'Alemaingne, En Arragon, en Navarre, en Espaingne, De jour en jour ne le faiz que cerchier; Qui la sçaura, pour Dieu, si la m'ensaingne : C'est Verité, que l'en doit avoir chier. On la m'a fait en la court poursuir En Avignon, mais elle estoit partie. La n'en poy je nulle nouvelle oïr. Aprés la quis en Prusse et en Russie, En maint païs et en mainte abbaye, En Angleterre, en Behaingne,

Folio : 118
Page(s) :
Verso : non
Image : Deschamps 118rb.jpg
Transcription : En Languedoc, en Guyenne, en Champaingne.

Mais en querrant me dist un charruier : Que querez vous ? Vous perdez vostre paine. — C'est Verité, que l'on doit avoir chier. — Je ne finay onques de terre ouvrir, Car l'en disoit qu'elle y estoit tapie, Pour lui trover, mais je puis bien fouir, Car pour certain elle s'en est partie, Et sçay de vray qu'elle est en ciel ravie. De sa responce me saingne. N'aiez paour, il n'est nul qui la prangne, Dist le villain, elle vault hault logier. Je voy trop pou qui tel chose entreprangne, C'est Verité, que l'on doit avoir chier. Adonc se va le varlet estourmir, Qui les chevaulx chaçoit de s'escourgie. En moy disant : Tu la deusses suir En France droit ou elle est endormie. S'elle n'y est, quiers la en Picardie, De l'esveiller te souviengne, Car son dormir tout le monde mehaingne, Si qu'il convient tout honour trebuchier : Mentir, flater fault que la dame estaingne. C'est Verité, que l'en doit avoir chier. Or suis si las ne me puis soustenir Sanz la trouver, dont je souspir et crie. Et ne la voy de nulle part venir, Ne n'ay espoir que nulz jamais la die. Helas ! Vez ci piteuse maladie, Dont le povre cuer me saingne. Plus ne querray, au vray Dieu en conviengne : Car sanz lui voy tout perdre et perillier. Or n'a nul port : qui est ce qui est brehaingne ? C'est Verité, que l'en doit avoir chier.

Folio : 118
Page(s) :
Verso : oui
Image : Deschamps 118v.jpg
Transcription : Prince, au jour d'ui voy tout anientir,

Le voir cesser et regner le mentir, Et tous vices de pluseurs approuchier. Si ne vueil plus celle en terre querir Qui avec Dieu se veult en ciel tenir : C'est Verité, que l'en doit avoir chier.


Nom du déposant Madeleine Jeay


Auteur Titre Lieu de publication Date de publication
Queux de Saint-Hilaire Œuvres complètes d’Eustache Deschamps Paris 1882


Liste de lieux : les endroits traversés dans la quête vaine de vérité.

Faits relatifs à List:91 — Recherche de pages similaires avec +.
AuteurmonoQueux de Saint-Hilaire +
Coordinates46° 13' 39", 2° 12' 49"Latitude : 46.227638888889
Longitude : 2.21375
+
CoteBnF fr. 840 +
Date de publication1882 +
Folio118 +
IncipitEt si l'ay quis a Romme, en Lombardie +
IstitutionBibliothèque nationale de France, Manuscrits +
LangueLangue vernaculaire +
Lieu de publicationParis +
ListeListe avec retours à la ligne +
NationFRANCE +
Nom auteurEustache Deschamps +
Nom du déposantMadeleine Jeay +
Periode1350-1400 +
Supportparchemin +
Support 2codex +
TitreBallade 355 +
TitremonoŒuvres complètes d’Eustache Deschamps +
TranscriptionHelas ! bien doy mon temps plaindre et gem
Helas ! bien doy mon temps plaindre et gemir,

Et regreter mon labour et ma vie, Qui oncques jour ne cessay de querir Ce que trouver n'ay peu et ne puis mie, Et si l'ay quis a Romme, en Lombardie, En l'empire d'Alemaingne, En Arragon, en Navarre, en Espaingne, De jour en jour ne le faiz que cerchier; Qui la sçaura, pour Dieu, si la m'ensaingne : C'est Verité, que l'en doit avoir chier. On la m'a fait en la court poursuir En Avignon, mais elle estoit partie. La n'en poy je nulle nouvelle oïr. Aprés la quis en Prusse et en Russie, En maint païs et en mainte abbaye,

En Angleterre, en Behaingne,
inte abbaye, En Angleterre, en Behaingne, +
Transcription ManuscritEn Languedoc, en Guyenne, en Champaingne.
En Languedoc, en Guyenne, en Champaingne.

Mais en querrant me dist un charruier : Que querez vous ? Vous perdez vostre paine. — C'est Verité, que l'on doit avoir chier. — Je ne finay onques de terre ouvrir, Car l'en disoit qu'elle y estoit tapie, Pour lui trover, mais je puis bien fouir, Car pour certain elle s'en est partie, Et sçay de vray qu'elle est en ciel ravie. De sa responce me saingne. N'aiez paour, il n'est nul qui la prangne, Dist le villain, elle vault hault logier. Je voy trop pou qui tel chose entreprangne, C'est Verité, que l'on doit avoir chier. Adonc se va le varlet estourmir, Qui les chevaulx chaçoit de s'escourgie. En moy disant : Tu la deusses suir En France droit ou elle est endormie. S'elle n'y est, quiers la en Picardie, De l'esveiller te souviengne, Car son dormir tout le monde mehaingne, Si qu'il convient tout honour trebuchier : Mentir, flater fault que la dame estaingne. C'est Verité, que l'en doit avoir chier. Or suis si las ne me puis soustenir Sanz la trouver, dont je souspir et crie. Et ne la voy de nulle part venir, Ne n'ay espoir que nulz jamais la die. Helas ! Vez ci piteuse maladie, Dont le povre cuer me saingne. Plus ne querray, au vray Dieu en conviengne : Car sanz lui voy tout perdre et perillier. Or n'a nul port : qui est ce qui est brehaingne ?

C'est Verité, que l'en doit avoir chier.
?

C'est Verité, que l'en doit avoir chier. + et Prince, au jour d'ui voy tout anientir, Le voir cesser et regner le mentir, Et tous vices de pluseurs approuchier. Si ne vueil plus celle en terre querir Qui avec Dieu se veult en ciel tenir :

C'est Verité, que l'en doit avoir chier. +
TypeImage +
TypologiePoésie +
Versonon + et oui +