List:8

De PolimaWiki
Type Image
Nom auteur Anonyme
Titre De l'estillement au vilain
Incipit Homme qui se marie
Forme de la liste Liste avec retours à la ligne
Periode 1200-1225
Langue Langue vernaculaire
Lieu de production
Pays
Région France
Espace hors Europe non
Chargement de la carte...
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
Typologie Dits et fabliaux
Autres
Mot clé Dits et fabliaux, Liste avec retours à la ligne, 1200-1225, Langue vernaculaire



Ville PARIS
Institution Bibliothèque nationale de France, Manuscrits
Cote Manuscrit BnF fr. 837
Support (matière) parchemin
Support (forme) codex
Support (commentaire)
Folio 119
Page
Verso oui
Image Estillement1.jpg
Transcription Homme qui se marie

Molt par fet grant folie S’il n’est si estorez Et de pain et de blez Et de fuerre et de paille Que nule rien n’i faille : Tost en est assotez Et de la gent blasmez. Li prestres del moustier Li demaine dangier ; Si voisin ensement En parolent sovent. Se de plege a mestier Nus ne li veut aidier : Se il n’a que prendre Tant a il mains à rendre, Si le plege à envis Li granz et li petis. Et se il se corouce Et sa fame regrouce, Maudient l’assamblee, Or sont à la meslee ; Si venist miex, ce croi, Que chascuns fust par soi. Or vous vueil aconter Com se doit estorer Homme qui fame prent. Sachiez tout vraiement Qu’il li covient meson Et bordel et buiron ; En l’un mete son grain, Et en l’autre son fain, Et en la tierce maingne, Que riens ne li soufraingne. Se li covient fouier, Et la busche el buchier Et le bacon au feste, S’en menjust à la feste. Si n’envoit mie au vin, Mes chascun jor matin Envoit à la fontaine Por une buire plaine :

Folio : 120
Page(s) :
Verso : non
Image : Estillement2.jpg
Transcription : De cele boive assez

Qu’il ne soit enyvrés ; Tost est d’avoir delivre Homme qui trop s’enyvre. Se li covient les feves, Et les chols et les reves, Et aus et porions, Et civos et oingnons ; Et la cuve à baingnier, Charrette à charrier Et sele charretiere Et forrel et dossiere, Trais et avaleoire, Penel et meneoire, Crameillie de fer Et craisset en yver. Se li covient trepier Et paiele et andier Et le pot et la louce Ou la poree grouce, Le grail et le croc A trere de son pot La char quant ele ert quite, Qu il ne s’arde ne cuise; Tenailles et souflet A fere son fouet, Mortier et molinel Et pilete et pestel. Se li covient coingnié Trenchant et enmanchié, Doleoire et cisel Esmolu de novel, Besague d’acier, Tarere por percier, Fers à fere mortoise Et en pierre et en boise, La lingne et le compas Ice n’est mie gas. Et se li covient roisne Et canivet et foisne Et engin à peschier, Et au col le panier A metre son poisson, Quant il en a foison. Puis le covient armer Por sa terre garder Coterele et hiaumet, Maçuele et gibet, Arc et lance et espee, Se vient à la meslee. Au chevés soit couchie L’espee enroeillie, Qu’il n’ait soing d’estoutie Ne d’esmovoir folie : Tost est .i. homme mort Soit à droit soit à tort, Par une saietele ; Tele oevre n’est pas bele Par petite achoison, Ce nous dit la reson. Se ait son viez escu A la paroit pendu ; Por ce se il n’est bel, Acesmez de novel, N’est il mie mains durs, De ce sui toz seurs. A son col le doit pendre Por sa terre desfendre ; Mes gart qu’il ne soit mie Devant à l’escremie, Quar il feroit que fols S’il est aus premiers cops : Tels vient aus premerains S’il ert des daarrains Qu’il n’i perdist ja rien, De ce savons nous bien. Toz jors soit en porpens De revenir par tens S’il puet à sa meson ; Et si ait son gaignon Si afetié et duit Que il n’abait par nuit Se il ne set por qoi, Ainçois se tiengne qoi. Et se li covient huches Et corbeillons et cruches, Le chat aus soris prendre, Por les huches desfendre, Et le banc el fouier, Et la table à mengier. Se li covient en haut Le chasier sus le baus Aus frommages garder Et l’eschiele à monter, Trepier et chauderon A brasser son boillon. Quant ce revient au tens En quaresme es avens, Et si reface en mars Assez cueillir des hars

Folio : 120
Page(s) :
Verso : oui
Image : Estillement3.jpg
Transcription : A la charrue joindre ;

L’aguillon au buef poindre N’i doit estre oubliez ; Et port comme senez, Par derrier son crepon, Ou sarpe ou faucillon A ses hars detrenchier Se il en a mestier, Besche ou hache d’acier Aus busches esracier. Tout traie à gaaignage, Si fera molt que sage. Et se li covient herche, La civiere et la fesche, Le sarcel enhanter. Por les chardons oster, Se li covient faucille Et alesne et estrille, Coutel à pain taillier Et la jarce d’acier, La keus et le fuisil A aguisier l’ostil ; Les aguilles poingnanz Et les forces trenchanz, Sollers et estivaus Et chauces et housiaus, Cotele et sorcotel, Chaperon et chapel, Corroie et couteliere Et borse et aumosniere Et moufles bien cuiriés De novel afetiés A espines cueillir Por son seignor servir, Por fere heriçon Tout entor sa meson. Puis ait pendu au laz Le crible et le saaz, Chaelit à gesir Et la met à pestrir. Se li covient le four Et les forchons entour. S’il a la barbe uslee, N’en face ja posnee, Mes soit de bele here Et face bele chiere, Quar bon est le mestier Ou l’en puet gaaignier. Se li covient sauniere A son feu par derriere,

Folio : 120
Page(s) :
Verso : oui
Image : Estillement4.jpg
Transcription : Toraille à brais sechier.

Ne li doit anoier De lui bien estorer, Quar il en doit prester A son voisin sovent Se besoing le sorprent. Les pilons et la pile, Nel tenez pas à guile, Le sac et le boissel, Le van et le rastel, Picois, coingnie et pele. Se la mesons est tele A il de plus mestier A son seignor aidier ? Oïl par le mien chief ! Encore i a plus grief Quar se il ne l’avoit, Querre li covendroit Hanas et escueles Et platiaus et foisseles, Granz gates et menues; Por ce s’el sont fendues Ne les get en puer mie, Quar ce seroit folie. Le bers face devant Ainz que naisse l’enfant. Doit il estre tout plain De drapiaus et d’estrain. Et se ce est vallet, Se li quiere .i. auget Por baingnier estendu, Se ert ainçois crëu ; Et se c’est baisselete Se li quiere minette Si sera miex fornie, Quar ce est la mestrie. Et se il bien li plaist, Si porchast que il ait Viaus, une vache à lait, Qu’il nel mete en delait, A l’enfant alaitier Quant il en a mestier, Quar se saouls n’estoit Toute nuit ploerroit ; Si toudroit le dormir Quant s’iroient gesir Toz ceus de la meson, D’entor et d’environ, Et lendemain l’ouvraingne Ice n’est pas gaaingne.

Folio : 121
Page(s) :
Verso : non
Image : Estillement5.jpg
Transcription : Por ce di je sovent

Et faz sermonement Que li fol se chastient Quant li sage lor dient : Homme qui fame prent, S il n’a estorement, N’ert ja tenuz por sage, A poissant ne à large ; Quar se il n’a que prendre Tant a il mains à rendre. N’a garde de larron Qu’il li brist sa meson, Ne que par nul engien Li toille nule rien : Por ce n’ai je que fere De nul rien atrere. Explicit l’estillement au vilain


Nom du déposant Madeleine Jeay

Liste d'objets : fournitures du ménage, essentiellement ustensiles et outils

Dès les premiers vers, la pièce présente les éléments constitutifs de ce qui se développera sous forme de satire antimatrimoniale explicite, c’est-à-dire le fait que le mariage ne peut s’envisager si on n’est pas pourvu des biens nécessaires à la bonne marche du ménage. La contrainte est sociale –il se fait critiquer par les voisins et blâmer par le prêtre– et domestique, car il doit satisfaire aux exigences de l’épouse pour éviter les querelles. Il n’y a pas d’ordre logique, simplement des groupes de termes vaguement associés par champs sémantiques sans que ce soit systématique.

Faits relatifs à List:8 — Recherche de pages similaires avec +.
CoteBnF fr. 837 +
Folio119 +, 120 + et 121 +
IncipitHomme qui se marie +
IstitutionBibliothèque nationale de France, Manuscrits +
LangueLangue vernaculaire +
ListeListe avec retours à la ligne +
Nom auteurAnonyme +
Nom du déposantMadeleine Jeay +
Periode1200-1225 +
RégionFrance +
Supportparchemin +
Support 2codex +
TitreDe l'estillement au vilain +
TranscriptionHomme qui se marie Molt par fet grant fol
Homme qui se marie

Molt par fet grant folie S’il n’est si estorez Et de pain et de blez Et de fuerre et de paille Que nule rien n’i faille : Tost en est assotez Et de la gent blasmez. Li prestres del moustier Li demaine dangier ; Si voisin ensement En parolent sovent. Se de plege a mestier Nus ne li veut aidier : Se il n’a que prendre Tant a il mains à rendre, Si le plege à envis Li granz et li petis. Et se il se corouce Et sa fame regrouce, Maudient l’assamblee, Or sont à la meslee ; Si venist miex, ce croi, Que chascuns fust par soi. Or vous vueil aconter Com se doit estorer Homme qui fame prent. Sachiez tout vraiement Qu’il li covient meson Et bordel et buiron ; En l’un mete son grain, Et en l’autre son fain, Et en la tierce maingne, Que riens ne li soufraingne. Se li covient fouier, Et la busche el buchier Et le bacon au feste, S’en menjust à la feste. Si n’envoit mie au vin, Mes chascun jor matin Envoit à la fontaine

Por une buire plaine :
voit à la fontaine Por une buire plaine : +
Transcription ManuscritDe cele boive assez Qu’il ne soit enyvrés
De cele boive assez

Qu’il ne soit enyvrés ; Tost est d’avoir delivre Homme qui trop s’enyvre. Se li covient les feves, Et les chols et les reves, Et aus et porions, Et civos et oingnons ; Et la cuve à baingnier, Charrette à charrier Et sele charretiere Et forrel et dossiere, Trais et avaleoire, Penel et meneoire, Crameillie de fer Et craisset en yver. Se li covient trepier Et paiele et andier Et le pot et la louce Ou la poree grouce, Le grail et le croc A trere de son pot La char quant ele ert quite, Qu il ne s’arde ne cuise; Tenailles et souflet A fere son fouet, Mortier et molinel Et pilete et pestel. Se li covient coingnié Trenchant et enmanchié, Doleoire et cisel Esmolu de novel, Besague d’acier, Tarere por percier, Fers à fere mortoise Et en pierre et en boise, La lingne et le compas Ice n’est mie gas. Et se li covient roisne Et canivet et foisne Et engin à peschier, Et au col le panier A metre son poisson, Quant il en a foison. Puis le covient armer Por sa terre garder Coterele et hiaumet, Maçuele et gibet, Arc et lance et espee, Se vient à la meslee. Au chevés soit couchie L’espee enroeillie, Qu’il n’ait soing d’estoutie Ne d’esmovoir folie : Tost est .i. homme mort Soit à droit soit à tort, Par une saietele ; Tele oevre n’est pas bele Par petite achoison, Ce nous dit la reson. Se ait son viez escu A la paroit pendu ; Por ce se il n’est bel, Acesmez de novel, N’est il mie mains durs, De ce sui toz seurs. A son col le doit pendre Por sa terre desfendre ; Mes gart qu’il ne soit mie Devant à l’escremie, Quar il feroit que fols S’il est aus premiers cops : Tels vient aus premerains S’il ert des daarrains Qu’il n’i perdist ja rien, De ce savons nous bien. Toz jors soit en porpens De revenir par tens S’il puet à sa meson ; Et si ait son gaignon Si afetié et duit Que il n’abait par nuit Se il ne set por qoi, Ainçois se tiengne qoi. Et se li covient huches Et corbeillons et cruches, Le chat aus soris prendre, Por les huches desfendre, Et le banc el fouier, Et la table à mengier. Se li covient en haut Le chasier sus le baus Aus frommages garder Et l’eschiele à monter, Trepier et chauderon A brasser son boillon. Quant ce revient au tens En quaresme es avens, Et si reface en mars

Assez cueillir des hars
si reface en mars

Assez cueillir des hars +, A la charrue joindre ;

L’aguillon au buef
A la charrue joindre ;

L’aguillon au buef poindre N’i doit estre oubliez ; Et port comme senez, Par derrier son crepon, Ou sarpe ou faucillon A ses hars detrenchier Se il en a mestier, Besche ou hache d’acier Aus busches esracier. Tout traie à gaaignage, Si fera molt que sage. Et se li covient herche, La civiere et la fesche, Le sarcel enhanter. Por les chardons oster, Se li covient faucille Et alesne et estrille, Coutel à pain taillier Et la jarce d’acier, La keus et le fuisil A aguisier l’ostil ; Les aguilles poingnanz Et les forces trenchanz, Sollers et estivaus Et chauces et housiaus, Cotele et sorcotel, Chaperon et chapel, Corroie et couteliere Et borse et aumosniere Et moufles bien cuiriés De novel afetiés A espines cueillir Por son seignor servir, Por fere heriçon Tout entor sa meson. Puis ait pendu au laz Le crible et le saaz, Chaelit à gesir Et la met à pestrir. Se li covient le four Et les forchons entour. S’il a la barbe uslee, N’en face ja posnee, Mes soit de bele here Et face bele chiere, Quar bon est le mestier Ou l’en puet gaaignier. Se li covient sauniere

A son feu par derriere,
covient sauniere

A son feu par derriere, +, Toraille à brais sechier.

Ne li doit anoie
Toraille à brais sechier.

Ne li doit anoier De lui bien estorer, Quar il en doit prester A son voisin sovent Se besoing le sorprent. Les pilons et la pile, Nel tenez pas à guile, Le sac et le boissel, Le van et le rastel, Picois, coingnie et pele. Se la mesons est tele A il de plus mestier A son seignor aidier ? Oïl par le mien chief ! Encore i a plus grief Quar se il ne l’avoit, Querre li covendroit Hanas et escueles Et platiaus et foisseles, Granz gates et menues; Por ce s’el sont fendues Ne les get en puer mie, Quar ce seroit folie. Le bers face devant Ainz que naisse l’enfant. Doit il estre tout plain De drapiaus et d’estrain. Et se ce est vallet, Se li quiere .i. auget Por baingnier estendu, Se ert ainçois crëu ; Et se c’est baisselete Se li quiere minette Si sera miex fornie, Quar ce est la mestrie. Et se il bien li plaist, Si porchast que il ait Viaus, une vache à lait, Qu’il nel mete en delait, A l’enfant alaitier Quant il en a mestier, Quar se saouls n’estoit Toute nuit ploerroit ; Si toudroit le dormir Quant s’iroient gesir Toz ceus de la meson, D’entor et d’environ, Et lendemain l’ouvraingne

Ice n’est pas gaaingne.
main l’ouvraingne

Ice n’est pas gaaingne. + et Por ce di je sovent Et faz sermonement

Q
Por ce di je sovent

Et faz sermonement Que li fol se chastient Quant li sage lor dient : Homme qui fame prent, S il n’a estorement, N’ert ja tenuz por sage, A poissant ne à large ; Quar se il n’a que prendre Tant a il mains à rendre. N’a garde de larron Qu’il li brist sa meson, Ne que par nul engien Li toille nule rien : Por ce n’ai je que fere De nul rien atrere.

Explicit l’estillement au vilain
atrere. Explicit l’estillement au vilain +
TypeImage +
TypologieDits et fabliaux +
Versonon + et oui +