List:78

De PolimaWiki
Type Image
Nom auteur Eustache Deschamps
Titre Lay du tresbon connestable B. du Guesclin
Incipit Et le Captal conquesta
Forme de la liste Liste avec retours à la ligne
Periode 1350-1400
Langue Langue vernaculaire
Lieu de production
Pays FRANCE
Région
Espace hors Europe
Chargement de la carte...
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
Typologie Poésie
Autres
Mot clé Poésie, Liste avec retours à la ligne, FRANCE, 1350-1400, Langue vernaculaire



Ville PARIS
Institution Bibliothèque nationale de France, Manuscrits
Cote Manuscrit BnF fr. 840
Support (matière) parchemin
Support (forme) codex
Support (commentaire)
Folio 97
Page
Verso oui
Image Deschamps 97va.jpg
Transcription Et li prodoms s’avança

Qui a Meleun commença ; A l’assault forment souffrit Et tant de paine y souffrit Que d’illec l’en l’apporta Comme mort. La se monstra Et la fut son premier cry. Depuis gens d’armes mena, Pluseurs grans fais acheva, Par tout fut son nom chieri. Les Anglois tort dommaga Et de leur orgueil venga Les François, je vous affy. Maintefois les desconfy En bataille et surmonta, Et le Captal conquesta En Normandie autressi. Aprés fut il en Bretaigne Contre Montfort, soubz l’enseigne Du saint prodomme de Bloys, A la bataille grevaingne Prinsonnier. Puis en Espaingne Mena Gascons et Anglois, Du royaume a celle fois Getta les gens de compaingne : Ce fut le droit capitaine De tous, tant estoit admis. Guerre fist dure et haultaine Au roy Pietre et son demaine Pour Henrry, qui fut destrois D’une mort laide et villaine, Dont Pietre ot puis malestraine. Mais le prince des Galoys Pour Pietre o les Guiennoys Vint et o ceuls d’Acquitaine, Qui fist bataille en la plaine

Folio : 97
Page(s) :
Verso : oui
Image : Deschamps 97vb.jpg
Transcription : Et desconfist les François.

Mais a.la desconfiture Qui fut dure Dolente, male et obscure Fut li prodoms prinsonniers, Pour qui tant de mal endure, Car trop dure Ot lardure Pour ses gens. Mais tout premiers Demoura ; de leurs deniers Au raensonner mist sa cure, Sanz refuser creature, Puis yssit de leurs dangiers. Arrier prinst son adventure; Tant procure Qu’en Espaingne o grant froidure Ramena ses souldoiers, Et conquist jusqu’a Esture : Rien ne dure, Ne n’endure. Ses gens, ne leurs assaulx fiers, Pietre print li bons guerriers, Et Henrris li queurt dessure, Qui l’occist a demesure. Roy le fist li chevaliers. La fut Espaingne conquise, Castelle et Galice mise En sugeccion nouvelle. En Arragon fist s’emprinse Ou mainte forteresce a prinse. Partout court de lui nouvelle : Navarre ne se revelle, En brief temps l’avoit soubmise. Les mons passa sanz faintise : La son povoir renouvelle: Du païs ot grosse mise.

Folio : 98
Page(s) :
Verso : non
Image : Deschamps 98.jpg
Transcription : Un messaigier lui divise

Que France a secours l’appelle, Et que les Anglois pourprinse Ont la terre et la pourprinse. Lors delaissa sa querelle. Adonc ses gens amoncelle ; N’i quist autre convoitise, Au roy vint faire servise, Lors fut sa venue belle. Par Guienne o ses effors Aida a prandre mains fors Le souverain combatable. Mais li roys Charles pour lors Le manda et de son corps Voult faire son connestable. Moult fut a tous agreable ; A Paris dedenz et hors Venoit chascuns, droiz et tors, Conjoïr l’omme honourable. Car c’estoit tout leur confors : Gransson, Canole defors Estoient moult redoubtable. Par villes, chasteauls et pors Les chaça comme on fait pors, Et c’est chose veritable Qu’en bataille trespenable Furent desconfis et mors. Et par ce furent ressors Normans de paine grevable. Or recommença la guerre Des François et d’Angleterre En Guyenne et en Gascongne. Engoulesme ala conquerre, Poitou, Xantonge, et requerre Es pays mainte besongne. Ne prisoit une escaloingne

Folio : 98
Page(s) :
Verso : non
Image : Deschamps 98b.jpg
Transcription : Fort, ville, chasteau ne terre.

Tout d’assault prant ou aterre, Se n’est qui de gré lui doingne. En Bourdelois voult conquerre N’est nulz qui ne le ressoingne, Aux portes de Bourdeaulx erre, Tout raençonne. Clef ne serre Ne le tient jusqu’a Baionne : L'un se rent, l’autre se donne, L'un fait prinson, l’autre enserre, L‘un combat et l’autre enferre, L'un met hors et l'autre essoingne.


Nom du déposant Madeleine Jeay


Auteur Titre Lieu de publication Date de publication
Queux de Saint-Hilaire 1880


Liste de lieux ; conquêtes de Bertrand du Guesclin (v. 72-192).

Faits relatifs à List:78 — Recherche de pages similaires avec +.
AuteurmonoQueux de Saint-Hilaire +
CoteBnF fr. 840 +
Date de publication1880 +
Folio97 + et 98 +
IncipitEt le Captal conquesta +
IstitutionBibliothèque nationale de France, Manuscrits +
LangueLangue vernaculaire +
ListeListe avec retours à la ligne +
NationFRANCE +
Nom auteurEustache Deschamps +
Nom du déposantMadeleine Jeay +
Periode1350-1400 +
Supportparchemin +
Support 2codex +
TitreLay du tresbon connestable B. du Guesclin +
TranscriptionEt li prodoms s’avança Qui a Meleun commen
Et li prodoms s’avança

Qui a Meleun commença ; A l’assault forment souffrit Et tant de paine y souffrit Que d’illec l’en l’apporta Comme mort. La se monstra Et la fut son premier cry. Depuis gens d’armes mena, Pluseurs grans fais acheva, Par tout fut son nom chieri. Les Anglois tort dommaga Et de leur orgueil venga Les François, je vous affy. Maintefois les desconfy En bataille et surmonta, Et le Captal conquesta En Normandie autressi. Aprés fut il en Bretaigne Contre Montfort, soubz l’enseigne Du saint prodomme de Bloys, A la bataille grevaingne Prinsonnier. Puis en Espaingne Mena Gascons et Anglois, Du royaume a celle fois Getta les gens de compaingne : Ce fut le droit capitaine De tous, tant estoit admis. Guerre fist dure et haultaine Au roy Pietre et son demaine Pour Henrry, qui fut destrois D’une mort laide et villaine, Dont Pietre ot puis malestraine. Mais le prince des Galoys Pour Pietre o les Guiennoys Vint et o ceuls d’Acquitaine,

Qui fist bataille en la plaine
cquitaine, Qui fist bataille en la plaine +
Transcription ManuscritEt desconfist les François. Mais a.la des
Et desconfist les François.

Mais a.la desconfiture Qui fut dure Dolente, male et obscure Fut li prodoms prinsonniers, Pour qui tant de mal endure, Car trop dure Ot lardure Pour ses gens. Mais tout premiers Demoura ; de leurs deniers Au raensonner mist sa cure, Sanz refuser creature, Puis yssit de leurs dangiers. Arrier prinst son adventure; Tant procure Qu’en Espaingne o grant froidure Ramena ses souldoiers, Et conquist jusqu’a Esture : Rien ne dure, Ne n’endure. Ses gens, ne leurs assaulx fiers, Pietre print li bons guerriers, Et Henrris li queurt dessure, Qui l’occist a demesure. Roy le fist li chevaliers. La fut Espaingne conquise, Castelle et Galice mise En sugeccion nouvelle. En Arragon fist s’emprinse Ou mainte forteresce a prinse. Partout court de lui nouvelle : Navarre ne se revelle, En brief temps l’avoit soubmise. Les mons passa sanz faintise : La son povoir renouvelle:

Du païs ot grosse mise.
povoir renouvelle:

Du païs ot grosse mise. +, Un messaigier lui divise

Que France a sec
Un messaigier lui divise

Que France a secours l’appelle, Et que les Anglois pourprinse Ont la terre et la pourprinse. Lors delaissa sa querelle. Adonc ses gens amoncelle ; N’i quist autre convoitise, Au roy vint faire servise, Lors fut sa venue belle. Par Guienne o ses effors Aida a prandre mains fors Le souverain combatable. Mais li roys Charles pour lors Le manda et de son corps Voult faire son connestable. Moult fut a tous agreable ; A Paris dedenz et hors Venoit chascuns, droiz et tors, Conjoïr l’omme honourable. Car c’estoit tout leur confors : Gransson, Canole defors Estoient moult redoubtable. Par villes, chasteauls et pors Les chaça comme on fait pors, Et c’est chose veritable Qu’en bataille trespenable Furent desconfis et mors. Et par ce furent ressors Normans de paine grevable. Or recommença la guerre Des François et d’Angleterre En Guyenne et en Gascongne. Engoulesme ala conquerre, Poitou, Xantonge, et requerre Es pays mainte besongne.

Ne prisoit une escaloingne
ainte besongne.

Ne prisoit une escaloingne + et Fort, ville, chasteau ne terre.

Tout d’a
Fort, ville, chasteau ne terre.

Tout d’assault prant ou aterre, Se n’est qui de gré lui doingne. En Bourdelois voult conquerre N’est nulz qui ne le ressoingne, Aux portes de Bourdeaulx erre, Tout raençonne. Clef ne serre Ne le tient jusqu’a Baionne : L'un se rent, l’autre se donne, L'un fait prinson, l’autre enserre, L‘un combat et l’autre enferre,

L'un met hors et l'autre essoingne.
erre, L'un met hors et l'autre essoingne. +
TypeImage +
TypologiePoésie +
Versooui + et non +