List:45

De PolimaWiki
Type Image
Nom auteur Anonyme
Titre Le Dit des Fevres
Incipit A lor martiaus, a lor tenaille
Forme de la liste Liste avec retours à la ligne
Periode 1225-1250
Langue Langue vernaculaire
Lieu de production
Pays FRANCE
Région
Espace hors Europe
Chargement de la carte...
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
Typologie Dits et fabliaux
Autres
Mot clé Dits et fabliaux, Liste avec retours à la ligne, FRANCE, 1225-1250, Langue vernaculaire



Ville PARIS
Institution Bibliothèque nationale de France, Manuscrits
Cote Manuscrit BnF fr. 837
Support (matière) parchemin
Support (forme) codex
Support (commentaire)
Folio 198
Page
Verso non
Image Fevres1.jpg
Transcription [[Transcription::[Et por ce vous vueil je prover]

Que fevres toz mestiers sormonte. Ja rois, n’empereor ne conte Ne vavassor ne chevalier N’averoient riens a mengier Se fevre n’estoient, sanz faille : A lor martiaus, a lor tenaille Forgent les coutres et les cros, Les uns gresles les autres gros, De qoi les terres sont arees, Et gaaingnies et semees ; La croist li blez dont nous vivon. Fevre si sont de tel renon Qu il font haches et doloeres Et besagues et tareres Dont li charpentiers font mesons Et les sales et les donjons. Fevres si font à lor martiaus Les tueles et les cisiaus Et les engins et les ostiex. Quar li fevres est si soutiex, Ostiex fet de tele façon Et si en fet à tel foison, Que maçon en font les moustiers. Fevres aïde à toz mestiers, Je n’en diroie la moitié. Ja blé ne fussent gaaignié Se fevres ne feïst les fers, Ne jamés huis ne fust ouvers Se ne fussent les ferreüres Dont fevres font les forgeüres. Cil qui ont deniers et avoir Doivent fevres mult chier avoir, Quar li larron le lor emblaissent Se li fevre ne lor forgaissent Ce dont il gardent lor tresors. Sens de fevre vaut miex que ors ; Ne sai souz ciel meillor mestier, Quar a toz autres a mestier. A lor martiaus, à lor tenailles, Font fevre forces et tenailles Et les rasoirs aus barbes rere : Ja rois, ne conte, n’emperere, Se n’estoit rez ne seroit genz. Fevres aide a toutes genz. Aucun dient que li orfevre Ont meillor mestier que li fevre, Por ce qu’ils font croiz et calices. Mes mult est ore fous et nices Qui n’entent bien et set et voit Que ja orfevres ne feroit]]

Folio : 198
Page(s) :
Verso : oui
Image : Fevres2.jpg
Transcription : Hanap d’argent, croiz ne anel,

Sanz les ostiex et le martel Que li fevres lor fet avant. Por ce seurement me vant Que li fevre ont seur els le pris. Nes le sepulcre ou Diex fu mis, Fu a cisiaus fez et tailliez Que li fevres avoit forgiez. Il n’a el siecle si haut homme, Neis l’empereor de Romme, Qui n’ait de fevre grant mestier. Quar au fevre covient forgier A lor chevaus et clos et fers : Ja chevaliers, prestres ne clers, Sor cheval ne peüst errer Se on ne le feïst ferrer. Mult doivent bien fevre estre amé. Par aus sont chevaliers armé, Quar li fevre forgent les fers De lor estriers, de lor haubers. Si font les trenchanz esperons Dont il brochent les Arragons. Si lor font les espieus trenchanz Et les glaives fors et tenanz Dont il conquierent les contrees, Si lor font les bones espees, Envers la gent qui Dieu ne croient. Se toute l’autre gent savoient Les granz biens que li fevre font, Plus les auraient chiers que il n’ont : Toz li mons doit fevres amer. Ja nule nef n’alast en mer, Ne marcheanz dedenz n’entrast Se li fevres ne lor forgast Les clous de qoi eles sont jointes. Mult doivent estre et noble et cointes, Quar es nez vient la grant richece. Mult sont fevre de grant noblece Qui mestier ont en tans de leus. Se fevres fust adés oiseus, Genz morussent à male fin. Fevre font les fers à molin De qoi la farine est molue, Dont toute gent est soustenue. Fevres si forge de sa main Coutel dont l’en trenche le pain Et dont l’en trenche son mengier. Li fevre oevrent de maint mestier, Quar fevres forge de ses mains Besches et hoes aus vilains,

Folio : 198
Page(s) :
Verso : oui
Image : Fevres3.jpg
Transcription : Pis et maches et les gons gros

Et maus de fer aguz et gros Et grais à rostir harens Et les ains a penre merlens Et les cerens et les estrilles Et foines dont l’en prent anguilles. Toz li mons au besoing recuevre Aus oevres que li fevres oevre. Si vous dirai reson por qoi Jamés, si com je cuit et croi, Ne liroit en livre nus clers, Se fevres ne fesoit les fers De qoi l’en fet le parchemin. Ne ne seroit pavé chemin Se fevres ne fet les martiaus De qoi l’en brise les quarriaus. Qui bien parfont i garderoit, Moi samble bien et tout par droit, Doivent miex fevre estre honoré Que tels est clerc tout coroné. Si n’ai je mie cest mot dit Por mal de clerc ne por despit, Quar il en est parmi le mont Plenté de sages et s’en sont Assez de fols et de calevres Et ensement est il des fevres. Mes par la foi que doi saint Pol, Ne sont tuit sage ne tuit fol. Se mes penssers ne me desvoie, Fevre sont les genz que je voie De qoi l’en a greignor besoing En toutes terres prés et loing, Si vous dirai reson comment. Vous savez bien tout vraiement : Esgardez toz menestrerels Uns et autres, ne vous chaut quels. Peu en i a qui ja face oevre, Se li fevres ses ostis n’uevre. Vous savez bien que draperie Ne seroit ja bien acomplie, Ne bien fete, n’appareillie, Se la laine n’estoit pingnie Des pingnes que li fevres fait. Mult serions honteus et lait Se nous n’avions riens vestu. Ne prise pas l’omme .i. festu, Nul homme nu, sanz vestiment, Ja ne sera ne bel ne gent. Robe fete n’appareillie, S’ele n’est aus forces taillie.

Folio : 199
Page(s) :
Verso : non
Image : Fevres4.jpg
Transcription : Cisailles fetes ne seront,

N’aguilles, se fevre nes font. Il n’a ouvrier jusques en Puille Qui ja cousist bien sanz aiguille. Ja sueur ne cordoanier Ne porroient lor cuirs taillier, Ne a coutel ne a trenchet, Se fevres ainçois ne le fet. Fevre font haches a bouchiers Et ostiex a cordoanniers Et ferreüres a charrete. N’est rien dont il ne s’entremete, Quar il aïde a toz mestiers. Fevres fet fers a peletiers De qoi il aroient lor piaus A forrer cotes et mantiaus. Fevre font les haches trenchanz Aus vingnes a ces païsanz, Dont il taillent vingnes et treilles. Fevres si fet tant de merveilles, Quar il fet faus à fauchier prez Et sarchiaus por sarcler les blez Et aus blez soier fet faucilles Et aus escuiers fet estrilles Dont il conroient lor chevaus. Il n’a nul moine en Cleresvaus Qui ne doie por aus proier : Il ne porroient chevauchier Se lor cheval n’erent ferré. Fevres doit mult estre honoré ; Fevre font les fers aus oublees Et fers a gaufres empeurees.


Nom du déposant Madeleine Jeay


Auteur Titre Lieu de publication Date de publication
Willem Noomen Le jongleur par lui-même Louvain 2003


Liste d’objets : les outils et instruments fabriqués par le forgeron

Faits relatifs à List:45 — Recherche de pages similaires avec +.
AuteurmonoWillem Noomen +
CoteBnF fr. 837 +
Date de publication2003 +
Folio198 + et 199 +
IncipitA lor martiaus, a lor tenaille +
IstitutionBibliothèque nationale de France, Manuscrits +
LangueLangue vernaculaire +
Lieu de publicationLouvain +
ListeListe avec retours à la ligne +
NationFRANCE +
Nom auteurAnonyme +
Nom du déposantMadeleine Jeay +
Periode1225-1250 +
Supportparchemin +
Support 2codex +
TitreLe Dit des Fevres +
TitremonoLe jongleur par lui-même +
Transcription ManuscritHanap d’argent, croiz ne anel, Sanz les o
Hanap d’argent, croiz ne anel,

Sanz les ostiex et le martel Que li fevres lor fet avant. Por ce seurement me vant Que li fevre ont seur els le pris. Nes le sepulcre ou Diex fu mis, Fu a cisiaus fez et tailliez Que li fevres avoit forgiez. Il n’a el siecle si haut homme, Neis l’empereor de Romme, Qui n’ait de fevre grant mestier. Quar au fevre covient forgier A lor chevaus et clos et fers : Ja chevaliers, prestres ne clers, Sor cheval ne peüst errer Se on ne le feïst ferrer. Mult doivent bien fevre estre amé. Par aus sont chevaliers armé, Quar li fevre forgent les fers De lor estriers, de lor haubers. Si font les trenchanz esperons Dont il brochent les Arragons. Si lor font les espieus trenchanz Et les glaives fors et tenanz Dont il conquierent les contrees, Si lor font les bones espees, Envers la gent qui Dieu ne croient. Se toute l’autre gent savoient Les granz biens que li fevre font, Plus les auraient chiers que il n’ont : Toz li mons doit fevres amer. Ja nule nef n’alast en mer, Ne marcheanz dedenz n’entrast Se li fevres ne lor forgast Les clous de qoi eles sont jointes. Mult doivent estre et noble et cointes, Quar es nez vient la grant richece. Mult sont fevre de grant noblece Qui mestier ont en tans de leus. Se fevres fust adés oiseus, Genz morussent à male fin. Fevre font les fers à molin De qoi la farine est molue, Dont toute gent est soustenue. Fevres si forge de sa main Coutel dont l’en trenche le pain Et dont l’en trenche son mengier. Li fevre oevrent de maint mestier, Quar fevres forge de ses mains

Besches et hoes aus vilains,
de ses mains

Besches et hoes aus vilains, +, Pis et maches et les gons gros

Et maus de
Pis et maches et les gons gros

Et maus de fer aguz et gros Et grais à rostir harens Et les ains a penre merlens Et les cerens et les estrilles Et foines dont l’en prent anguilles. Toz li mons au besoing recuevre Aus oevres que li fevres oevre. Si vous dirai reson por qoi Jamés, si com je cuit et croi, Ne liroit en livre nus clers, Se fevres ne fesoit les fers De qoi l’en fet le parchemin. Ne ne seroit pavé chemin Se fevres ne fet les martiaus De qoi l’en brise les quarriaus. Qui bien parfont i garderoit, Moi samble bien et tout par droit, Doivent miex fevre estre honoré Que tels est clerc tout coroné. Si n’ai je mie cest mot dit Por mal de clerc ne por despit, Quar il en est parmi le mont Plenté de sages et s’en sont Assez de fols et de calevres Et ensement est il des fevres. Mes par la foi que doi saint Pol, Ne sont tuit sage ne tuit fol. Se mes penssers ne me desvoie, Fevre sont les genz que je voie De qoi l’en a greignor besoing En toutes terres prés et loing, Si vous dirai reson comment. Vous savez bien tout vraiement : Esgardez toz menestrerels Uns et autres, ne vous chaut quels. Peu en i a qui ja face oevre, Se li fevres ses ostis n’uevre. Vous savez bien que draperie Ne seroit ja bien acomplie, Ne bien fete, n’appareillie, Se la laine n’estoit pingnie Des pingnes que li fevres fait. Mult serions honteus et lait Se nous n’avions riens vestu. Ne prise pas l’omme .i. festu, Nul homme nu, sanz vestiment, Ja ne sera ne bel ne gent. Robe fete n’appareillie,

S’ele n’est aus forces taillie.
areillie,

S’ele n’est aus forces taillie. + et Cisailles fetes ne seront,

N’aguilles, se
Cisailles fetes ne seront,

N’aguilles, se fevre nes font. Il n’a ouvrier jusques en Puille Qui ja cousist bien sanz aiguille. Ja sueur ne cordoanier Ne porroient lor cuirs taillier, Ne a coutel ne a trenchet, Se fevres ainçois ne le fet. Fevre font haches a bouchiers Et ostiex a cordoanniers Et ferreüres a charrete. N’est rien dont il ne s’entremete, Quar il aïde a toz mestiers. Fevres fet fers a peletiers De qoi il aroient lor piaus A forrer cotes et mantiaus. Fevre font les haches trenchanz Aus vingnes a ces païsanz, Dont il taillent vingnes et treilles. Fevres si fet tant de merveilles, Quar il fet faus à fauchier prez Et sarchiaus por sarcler les blez Et aus blez soier fet faucilles Et aus escuiers fet estrilles Dont il conroient lor chevaus. Il n’a nul moine en Cleresvaus Qui ne doie por aus proier : Il ne porroient chevauchier Se lor cheval n’erent ferré. Fevres doit mult estre honoré ; Fevre font les fers aus oublees

Et fers a gaufres empeurees.
aus oublees Et fers a gaufres empeurees. +
TypeImage +
TypologieDits et fabliaux +
Versonon + et oui +