List:36

De PolimaWiki
Type Image
Nom auteur Raoul de Houdenc
Titre La Vengeance Raguidel
Incipit Il n’a bele uevre en tot le mont
Forme de la liste Liste avec retours à la ligne
Periode 1150-1200
Langue Langue vernaculaire
Lieu de production
Pays FRANCE
Région
Espace hors Europe
Chargement de la carte...
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
Typologie Romans
Autres
Mot clé Romans, Liste avec retours à la ligne, FRANCE, 1150-1200, Langue vernaculaire



Titre du volume La Vengeance Raguidel
Titre de l’article/ partie /chapitre :
Ville NOTTINGHAM
Institution University Library
Cote Manuscrit Mi LM 6
Éditeur scientifique : Gilles Roussineau
Date d’édition 2004
Page(s) : 196-199
Image : [[Image:|300px]]
Lien image :
Transcription : Il n’a bele uevre en tot le mont

que on ne puist dedens trover et se g'i fal à l'aconter, ne vos en devés mervellier car il a gens de maint mestier en la vile qui uevres font. Li uns fait dras, l'altres les tont, li uns foule, li autres taint. Cil fait sollers et cil les paint, cil fait botes et cil hosiaus. Cil peletier batent lor piaus, cil les eskeut et cil les tent, cil om les talle et cil les vent. Cil fait lorains et estereus. Asés i a de menestreus. Li uns fait frains, li autres seles d'asur pointes, rices et beles, et cil autre refont escus. Lances pointes et fers molus i font cil autre menestrel. Ja n'en entrisciés en ostel ù il n'eüst marceandise. Cotiax i font de mainte guise, s'en i trovast on, quis quesist. Cil fait hiaumes, cil les forbist, cil fait haubers et cil espees. Cauces de fer molt bien ovrees veïsciés as fenestres pendre. Onques rien ne fist Dex qu'a vendre ne trovisciés en cel castel : fremal ne çainture n'anel n'almosniere ne dras de soie, pine d'ivorie, que diroie ? Nus ne puet le ricece dire. Cil vent le poivre et cil le cire, cil vent le poit et cil comin, cil vent encens alixandrin, cil vent boistes a onguement. Teus se fait mire qui lor ment et tex lor dist qu'il set fisique quis tient a fols plains de musique. Mais il le fait por sa mere vendre, si fait au fol de langue entendre qu'il le garra de l'idropie. Plains est cil de melancolie qui par mire en cuide garir. Mire sevent trop bien mentir et mout bien lor mençogne cuevrent. Or vos dirai de çaus qui uevrent copes d'or et hanas d'argent, culliers, calices que on vent as provoires de ces mostiers. Cil cange, cil est monïers, cil fait borses et cil fait dés, cil fait orfrois estrois et lés, de plusors guises, gens et biax. Ces damoiseles font fresiax, braiels, çaintures, dras de soie. Qui s'esteüst enmi la voie, mervelles i veïst le jor. Maserins font cil torneor, juistes, boistes et escüeles. Cil fait harpes et cil vïeles, cil fait fleces, cil est arciers, Cil talle dras, cil est cauciers, Cil fait graius et cil trepiés. Li uns fait claus et fers a piés, cil fait hapes et cil serures et cil fait orceus et fremures, cil fait les pos et cil caudieres, paieles bien bones et cieres, que l'uevre n'estoit pas onie. Cil fait toniax et cil les lie, cil fait kevestres et estrilles et cil gouces et cil kevilles. Li uns vent pain, li altres vin. Asés i a des le matin Dusque al soir oiseax et poissons, et car de porc et venisons trovast on en la bocerie.


Nom du déposant Madeleine Jeay

Le récit est interrompu par le discours du narrateur à la première personne, la description de la ville avec l’énumération de ses activités et de ses richesses : « Se de la ville ne devis, / rien ne vaut qanque j’ai conté » (v. 1772-1773), affirmation suivie de son intention de présenter la diversité des métiers qu’on y trouve. La liste commence avec l’énumération des activités des artisans et au sein de celle-ci, des objets reliés à ces activités. Elle présente des repères discursifs qui précèdent bon nombre d’activités : la répétition anaphorique de l’expression « Li uns … li autres » ou de « cil ». Les occupations se succèdent selon un certain ordre avec les métiers du vêtement, de l’armement, épices, produits du charlatan, orfèvres, changeurs. La fin, à partir du v. 1852 est une accumulation d’objets sans ordre plus précis que le regroupement par deux dans chaque vers. Ce qui frappe est la façon dont la liste est scandée par l’anaphore « Cil fait ».

Faits relatifs à List:36 — Recherche de pages similaires avec +.
CoteMi LM 6 +
Date d’édition2004 +
IncipitIl n’a bele uevre en tot le mont +
IstitutionUniversity Library +
LangueLangue vernaculaire +
ListeListe avec retours à la ligne +
NationFRANCE +
Nom auteurRaoul de Houdenc +
Nom du déposantMadeleine Jeay +
Pagin196-199 +
Periode1150-1200 +
TitreLa Vengeance Raguidel +
Titre du volumeLa Vengeance Raguidel +
TrascriptionIl n’a bele uevre en tot le mont que on ne
Il n’a bele uevre en tot le mont

que on ne puist dedens trover et se g'i fal à l'aconter, ne vos en devés mervellier car il a gens de maint mestier en la vile qui uevres font. Li uns fait dras, l'altres les tont, li uns foule, li autres taint. Cil fait sollers et cil les paint, cil fait botes et cil hosiaus. Cil peletier batent lor piaus, cil les eskeut et cil les tent, cil om les talle et cil les vent. Cil fait lorains et estereus. Asés i a de menestreus. Li uns fait frains, li autres seles d'asur pointes, rices et beles, et cil autre refont escus. Lances pointes et fers molus i font cil autre menestrel. Ja n'en entrisciés en ostel ù il n'eüst marceandise. Cotiax i font de mainte guise, s'en i trovast on, quis quesist. Cil fait hiaumes, cil les forbist, cil fait haubers et cil espees. Cauces de fer molt bien ovrees veïsciés as fenestres pendre. Onques rien ne fist Dex qu'a vendre ne trovisciés en cel castel : fremal ne çainture n'anel n'almosniere ne dras de soie, pine d'ivorie, que diroie ? Nus ne puet le ricece dire. Cil vent le poivre et cil le cire, cil vent le poit et cil comin, cil vent encens alixandrin, cil vent boistes a onguement. Teus se fait mire qui lor ment et tex lor dist qu'il set fisique quis tient a fols plains de musique. Mais il le fait por sa mere vendre, si fait au fol de langue entendre qu'il le garra de l'idropie. Plains est cil de melancolie qui par mire en cuide garir. Mire sevent trop bien mentir et mout bien lor mençogne cuevrent. Or vos dirai de çaus qui uevrent copes d'or et hanas d'argent, culliers, calices que on vent as provoires de ces mostiers. Cil cange, cil est monïers, cil fait borses et cil fait dés, cil fait orfrois estrois et lés, de plusors guises, gens et biax. Ces damoiseles font fresiax, braiels, çaintures, dras de soie. Qui s'esteüst enmi la voie, mervelles i veïst le jor. Maserins font cil torneor, juistes, boistes et escüeles. Cil fait harpes et cil vïeles, cil fait fleces, cil est arciers, Cil talle dras, cil est cauciers, Cil fait graius et cil trepiés. Li uns fait claus et fers a piés, cil fait hapes et cil serures et cil fait orceus et fremures, cil fait les pos et cil caudieres, paieles bien bones et cieres, que l'uevre n'estoit pas onie. Cil fait toniax et cil les lie, cil fait kevestres et estrilles et cil gouces et cil kevilles. Li uns vent pain, li altres vin. Asés i a des le matin Dusque al soir oiseax et poissons, et car de porc et venisons

trovast on en la bocerie.
porc et venisons trovast on en la bocerie. +
TypeImage +
TypologieRomans +
VilleNOTTINGHAM +
ÉditeurGilles Roussineau +