List:33

De PolimaWiki
Type Image
Nom auteur Anonyme
Titre Le dit du Lendit rimé
Incipit En l'ouneur de marcheandie
Forme de la liste Liste avec retours à la ligne
Periode 1275-1300
Langue Langue vernaculaire
Lieu de production
Pays FRANCE
Région
Espace hors Europe non
Chargement de la carte...
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
Typologie Dits et fabliaux
Autres
Mot clé Dits et fabliaux, Liste avec retours à la ligne, FRANCE, 1275-1300, Langue vernaculaire



Ville PARIS
Institution Bibliothèque nationale de France, Manuscrits
Cote Manuscrit BnF fr. 24432
Support (matière) parchemin
Support (forme) codex
Support (commentaire)
Folio 261
Page
Verso oui
Image Lendit1.jpg
Transcription En l'ouneur de marcheandie

M'est pris talent que je vous die, Se il vous plaist, .i. nouvel dit. Bonne gent, ce est du Lendit, La plus roial foire du monde, Si com Diex la fait a la ronde, Puis que g'i ai m'entencion. Premerain la pourcession De Nostre Dame de Paris Y vient. Que Dieu gart de peris Tous les bons marcheans qui y sont,

Folio : 262
Page(s) :
Verso : non
Image : Lendit2.jpg
Transcription : Qui les granz richesces y ont !

Que Diex les puist tous avancier ! L' evesque ou le penancier Leur fet de Dieu beneison Du digne bras Saint Semion : Devant aprés ne doit nus vendre. Or vous voudré ge faire entendre La fernaisie qui me vint Quant a rimoier me covint. Au bout, par desa regratiers, Trouvé barbier et servoisiers, Taverniers et puis tapiciers. Asez prez d'eulz sont li mercier ; A la coste du grant chemin Est la foire du parchemin Et aprés trové li pourpoint Dont maint homme est vestu a point. Et puis la Grant Peleterie. ................ La tiretaine dont simple gent Sont revestu, de pou d'argent. Les lingieres n'i sont pas toutes. Je m'en retourné par les coutes, Puis m'en reving en une plaine La ou l'en vent cuirs cruz et lainne. Puis adresai au bout arrier La ou je commençai premier, Par devers la crois du Lendit Pour miex aconsevoir mon Dit. M'en ving par la feronnerie, Aprés trouvai la baterie, Cordouanier et bourrelier, Sellier et freinier et cordier, Chanvre fillé et cordouan. Assez y ot paine et ahan, Marchans qui la sont assamblez. Faus, aprés fausilles a blez Si y treuv'on qui les set querre ; Queus d'Ardenne et d'Engleterre,

Folio : 262
Page(s) :
Verso : non
Image : Lendit3.jpg
Transcription : Haches, coignies et tarieres,

Et trenchans de pluseurs manieres. Mortelier, bancier trouvoi, Taneur, megeis de bon conroi, Chausier, huchier et changeour Qui ne sont mie le menour : Il se sont logié bel et gent. Aprés sont li jouel d'argent Qui sont ouvré d'orfaverie : Ce me samble grant desverie. Je n'i vi que .iij. espiciers, Et si le mes convient noncier. Puis m'en vins en une ruelle Estroite, ou l'on vent la telle ; Yceulz doi je bien anoncier, Et aprés le chanevacier. Ainçois que je soie a repos, Platiaus, escueles et pos Trouvé, qui sont ouvré d'estain. Or dirai du mestier hautain Qu'a ma matere miex apere, C'est cis qui tous les autres pere, Ce sont li drapier que Dieu gart, Par biaus dras l'alions regart : Diex gart ceus qui les sevent faire ! Des marcheans de bon afaire Doit on parler en tous bons lieus. Pour ce que je ne soie oiseus Voudrai nommer, selonc mon sens, Toutes les viles par assens Dont la foire est maintenue. Premier est Paris amenteue, Qui est du monde la meillour. Si li doit on porter hounour, Tous biens en viennent, dras et vins. Aprés parlerai de Prouvins, Vous savez bien comment qu'il siet, Que c'est l'une des .xvij. ;

Folio : 262
Page(s) :
Verso : oui
Image : Lendit4.jpg
Transcription : Aprés, Rouen en Normendie,

Or oez que je vous en die. En mon Dit vous amenteuvrai Gant et Ypre, et puis Douay, Et Maaline et Broiselles. Je les doi bien nommer con celles Qui plus belles sont a voir, Ce vous fai je bien assavoir. Cambrai cité, et Moncornet, Maubeuge, et Avés i met, Nogent le Rotro et Dinein, Manneval, Torot et Caën, Louviers, et Breteul, et Vernon, Chartes, Biauvais, cité de nom, Evreus et Amiens noble halle, Et Troie, et Sens, et Aubemalle, Endeli, Doullens, Saint Lubin Selon c'on dit en Constentin, Et Montereul desus la mer, Et Saint Cointin et Saint Omer, Abeville et Tenremonde, Chaalons ou moult de pueple abonde, Bons marcheans et plain d'engien D'i estre aprés. Et puis Enguien, Louvain, Popelines trouvai, Valenciennes et puis Tournai, Torigni, et puis Darnestal ; Et aprés trouvai Boneval, Nogent le Roy, et Chastiaudun. Maufumier metrai en quemun ; Aubenton y doit estre bel Et le temple de Montdoublel, Corbie, Courterai et Erre, Baieus, Chanbel. M'i faut atraire Hal et Grant Mont tret en Brebant, Coutras, et gent plein de brans. Villevort ne veul pas lessier, Pavilli, ne Moutier Villier. Monsiaus y metrai, et Blangi, Lille en Flandres, Cressi et Hui

Folio : 262
Page(s) :
Verso : oui
Image : Lendit5.jpg
Transcription : Et Arras cité et Vervin,

Par tans en sarez le couvin. Estampes metrai en commun, Et le Chastiau de Melleun ; Saint Denis, ou je fui tout aise, Nommerai, et aprés Pontaise, Gamaches, Bailleul et en Sene, Pour ce que je ne mes asenne, N'oubli pas Miaus ne Laigny, Ne Chastiau Landon quant y fuy Au Lendit. Merci Jhesu Crist, Je les mis touz en mon escrist. Si n'obli pas, comment qu'il aille, Ceus qui amainent la betaille, Vaches, bueus, brebis et porciaus, Et ceuz qui vendent les chevaus, Ronsins, palefrois et destrier, Les meilleurs que l'en puet trover, Jumens, poulains et palefrois Telz comme por contez et pour roys. Jhesus qui est souverain Diex, Leur sauve a tretous leur chatiex, Et leur doint grace de gangnier ! Quanqu'il est de bon por mengier, Et bon vin, tout vient au Lendit. Il me samble que j'ai voir dit, Et pour mon Dit miex peublier, Je n'i doi mie oublier Les belles dames, que Dieu saut, Qui demeurent en pipensaut. Je pri Dieu qu'en terre et en mer Gart tous marcheanz et veille amer : Sainte Eglyse est d'euz secourue, Et la povre gent soutenue. A brief parler, Diex les gart tous D'anui, de perte et de courous, Et si leur doint marcheander Qu'en Paradis puissent aler, Et les marchandes aussi. Je pri a Dieu qu'il soit ainssi. Explicit le dit du Lendit


Nom du déposant Madeleine Jeay


Auteur Titre Lieu de publication Date de publication
Etienne de Barbazan et Dominique Méon Fabliaux et contes des poètes françois des XIe, XIIe, XIIIe, XIVe et XVe siècles Paris 1808


Liste d'objets : fournitures offertes au marché. On peut rattacher Le Dit du Lendit au groupe des louanges des métiers, ici les marchands. Le dit se poursuit avec une liste de 74 noms de villes où se tiennent des foires. Il faut constater à cet égard, qu’il y a interconnexion entre évocation des marchands et de leurs fournitures et liste de lieux. Dans ce contexte, celle-ci se présente d’habitude sous la forme des régions traversées par le marchand pour se procurer ses denrées.

Faits relatifs à List:33 — Recherche de pages similaires avec +.
AuteurmonoEtienne de Barbazan et Dominique Méon +
CoteBnF fr. 24432 +
Date de publication1808 +
Folio261 + et 262 +
IncipitEn l'ouneur de marcheandie +
IstitutionBibliothèque nationale de France, Manuscrits +
LangueLangue vernaculaire +
Lieu de publicationParis +
ListeListe avec retours à la ligne +
NationFRANCE +
Nom auteurAnonyme +
Nom du déposantMadeleine Jeay +
Periode1275-1300 +
Supportparchemin +
Support 2codex +
TitreLe dit du Lendit rimé +
TitremonoFabliaux et contes des poètes françois des XIe, XIIe, XIIIe, XIVe et XVe siècles +
TranscriptionEn l'ouneur de marcheandie M'est pris tal
En l'ouneur de marcheandie

M'est pris talent que je vous die, Se il vous plaist, .i. nouvel dit. Bonne gent, ce est du Lendit, La plus roial foire du monde, Si com Diex la fait a la ronde, Puis que g'i ai m'entencion. Premerain la pourcession De Nostre Dame de Paris Y vient. Que Dieu gart de peris

Tous les bons marcheans qui y sont,
peris Tous les bons marcheans qui y sont, +
Transcription ManuscritQui les granz richesces y ont ! Que Diex
Qui les granz richesces y ont !

Que Diex les puist tous avancier ! L' evesque ou le penancier Leur fet de Dieu beneison Du digne bras Saint Semion : Devant aprés ne doit nus vendre. Or vous voudré ge faire entendre La fernaisie qui me vint Quant a rimoier me covint. Au bout, par desa regratiers, Trouvé barbier et servoisiers, Taverniers et puis tapiciers. Asez prez d'eulz sont li mercier ; A la coste du grant chemin Est la foire du parchemin Et aprés trové li pourpoint Dont maint homme est vestu a point. Et puis la Grant Peleterie. ................ La tiretaine dont simple gent Sont revestu, de pou d'argent. Les lingieres n'i sont pas toutes. Je m'en retourné par les coutes, Puis m'en reving en une plaine La ou l'en vent cuirs cruz et lainne. Puis adresai au bout arrier La ou je commençai premier, Par devers la crois du Lendit Pour miex aconsevoir mon Dit. M'en ving par la feronnerie, Aprés trouvai la baterie, Cordouanier et bourrelier, Sellier et freinier et cordier, Chanvre fillé et cordouan. Assez y ot paine et ahan, Marchans qui la sont assamblez. Faus, aprés fausilles a blez Si y treuv'on qui les set querre ;

Queus d'Ardenne et d'Engleterre,
querre ;

Queus d'Ardenne et d'Engleterre, +, Haches, coignies et tarieres,

Et trenchan
Haches, coignies et tarieres,

Et trenchans de pluseurs manieres. Mortelier, bancier trouvoi, Taneur, megeis de bon conroi, Chausier, huchier et changeour Qui ne sont mie le menour : Il se sont logié bel et gent. Aprés sont li jouel d'argent Qui sont ouvré d'orfaverie : Ce me samble grant desverie. Je n'i vi que .iij. espiciers, Et si le mes convient noncier. Puis m'en vins en une ruelle Estroite, ou l'on vent la telle ; Yceulz doi je bien anoncier, Et aprés le chanevacier. Ainçois que je soie a repos, Platiaus, escueles et pos Trouvé, qui sont ouvré d'estain. Or dirai du mestier hautain Qu'a ma matere miex apere, C'est cis qui tous les autres pere, Ce sont li drapier que Dieu gart, Par biaus dras l'alions regart : Diex gart ceus qui les sevent faire ! Des marcheans de bon afaire Doit on parler en tous bons lieus. Pour ce que je ne soie oiseus Voudrai nommer, selonc mon sens, Toutes les viles par assens Dont la foire est maintenue. Premier est Paris amenteue, Qui est du monde la meillour. Si li doit on porter hounour, Tous biens en viennent, dras et vins. Aprés parlerai de Prouvins, Vous savez bien comment qu'il siet,

Que c'est l'une des .xvij. ;
qu'il siet,

Que c'est l'une des .xvij. ; +, Aprés, Rouen en Normendie,

Or oez que je
Aprés, Rouen en Normendie,

Or oez que je vous en die. En mon Dit vous amenteuvrai Gant et Ypre, et puis Douay, Et Maaline et Broiselles. Je les doi bien nommer con celles Qui plus belles sont a voir, Ce vous fai je bien assavoir. Cambrai cité, et Moncornet, Maubeuge, et Avés i met, Nogent le Rotro et Dinein, Manneval, Torot et Caën, Louviers, et Breteul, et Vernon, Chartes, Biauvais, cité de nom, Evreus et Amiens noble halle, Et Troie, et Sens, et Aubemalle, Endeli, Doullens, Saint Lubin Selon c'on dit en Constentin, Et Montereul desus la mer, Et Saint Cointin et Saint Omer, Abeville et Tenremonde, Chaalons ou moult de pueple abonde, Bons marcheans et plain d'engien D'i estre aprés. Et puis Enguien, Louvain, Popelines trouvai, Valenciennes et puis Tournai, Torigni, et puis Darnestal ; Et aprés trouvai Boneval, Nogent le Roy, et Chastiaudun. Maufumier metrai en quemun ; Aubenton y doit estre bel Et le temple de Montdoublel, Corbie, Courterai et Erre, Baieus, Chanbel. M'i faut atraire Hal et Grant Mont tret en Brebant, Coutras, et gent plein de brans. Villevort ne veul pas lessier, Pavilli, ne Moutier Villier. Monsiaus y metrai, et Blangi,

Lille en Flandres, Cressi et Hui
Blangi,

Lille en Flandres, Cressi et Hui + et Et Arras cité et Vervin,

Par tans en sare
Et Arras cité et Vervin,

Par tans en sarez le couvin. Estampes metrai en commun, Et le Chastiau de Melleun ; Saint Denis, ou je fui tout aise, Nommerai, et aprés Pontaise, Gamaches, Bailleul et en Sene, Pour ce que je ne mes asenne, N'oubli pas Miaus ne Laigny, Ne Chastiau Landon quant y fuy Au Lendit. Merci Jhesu Crist, Je les mis touz en mon escrist. Si n'obli pas, comment qu'il aille, Ceus qui amainent la betaille, Vaches, bueus, brebis et porciaus, Et ceuz qui vendent les chevaus, Ronsins, palefrois et destrier, Les meilleurs que l'en puet trover, Jumens, poulains et palefrois Telz comme por contez et pour roys. Jhesus qui est souverain Diex, Leur sauve a tretous leur chatiex, Et leur doint grace de gangnier ! Quanqu'il est de bon por mengier, Et bon vin, tout vient au Lendit. Il me samble que j'ai voir dit, Et pour mon Dit miex peublier, Je n'i doi mie oublier Les belles dames, que Dieu saut, Qui demeurent en pipensaut. Je pri Dieu qu'en terre et en mer Gart tous marcheanz et veille amer : Sainte Eglyse est d'euz secourue, Et la povre gent soutenue. A brief parler, Diex les gart tous D'anui, de perte et de courous, Et si leur doint marcheander Qu'en Paradis puissent aler, Et les marchandes aussi. Je pri a Dieu qu'il soit ainssi.

Explicit le dit du Lendit
il soit ainssi. Explicit le dit du Lendit +
TypeImage +
TypologieDits et fabliaux +
Versonon + et oui +