List:28

De PolimaWiki
Type Image
Nom auteur Anonyme
Titre D'un mercier
Incipit Moult a ci bele compaignie
Forme de la liste Liste avec retours à la ligne
Periode 1275-1300
Langue Langue vernaculaire
Lieu de production
Pays FRANCE
Région
Espace hors Europe non
Chargement de la carte...
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
Typologie Dits et fabliaux
Autres
Mot clé Dits et fabliaux, Liste avec retours à la ligne, FRANCE, 1275-1300, Langue vernaculaire



Ville PARIS
Institution Bibliothèque nationale de France, Manuscrits
Cote Manuscrit BnF fr. 19152
Support (matière) parchemin
Support (forme) codex
Support (commentaire)
Folio 42
Page
Verso oui
Image Mercier1.jpg
Transcription Moult a ci bele compaignie !

Merciers sui, si port mercerie Que ge vendisse volentiers, Que ge ai besoig de deniers. S'or vos plaisoit a escouter, Bien vos savroie deviser La mercerie que ge port, Mais le fais sostenir m'est fort ! J'ai les mignotes ceinturetes, J'ai beax ganz a damoiseletes, J'ai ganz forrez doubles et sangles, J'ai de bones boucles a cengles, J'ai les chainetes de fer beles, J'ai bones cordes a vïeles, J'ai les guinples ensaffrenees, J'ai aguilles encharnelees, Jai escrins a metre joiax,

Folio : 42
Page(s) :
Verso : oui
Image : Mercier2.jpg
Transcription : J'ai borses de cuir a noiax,

Mais, quant les voi, pres que ne muir, Tant les haz les borses de cuir ! Trop m'ont descreu mon chetel ! J'ai vif argent, el mont n'a tel, Que ge mis en cuir de poisson En .i. sac pelu de taisson. J'ai de bon loutre a peliçons, J'ai hermines et siglatons Et orle de porpois de mer. J'ai polain a secors orler, J'ai les tres cointes aguilliers, J'ai gratuises a peletiers, J'ai braiex et lasnieres beles, J'ai de bones trosses a seles, J'ai les deeus a costurieres, J'ai les diverses aumosnieres Et de soie et de cordoan Que je vendrai encor oan, Et si en ai de plaine toile. Et si vendroie bien .i. voile A une nonain beneoite. J'ai bons fers a metre en saiete, J'ai bons cornez a treçoers, Boucletes a metre en solers, Fermaillez a enfanz de peutre. J'ai beax laz a chapeax de feutre, J'ai beles espingues d'argent, Si en ai d'archal ensement Que ge vent a cez gentix femes. J'ai de beax cuevrechiés a dames Et coiffes laceïces beles Que ge vendrai a cez puceles, Et de soie par covenant, A chapeax d'orfrois par devant. S'en ai de lig a damoiseax A floretes et a oiseax, Bien lichiees et bien polies, A coiffier devant lor amies. S'en ai de chanvre a cez vilains, Et moffles a metre en lor mains. J'ai canpeneles de mostier, J'ai buleteax a bolangier, J'ai croissoeres a gasteax,

Folio : 42
Page(s) :
Verso : oui
Image : Mercier3.jpg
Transcription : J'ai laz a sercoz a noiax,

J'ai sonetes de trop beau tor, J'ai de bons flageus a pastor, J'ai cuilliers de bois et de tranble Que j'achetai totes ensanble. J'ai chauces de Bruges faitices, Argentpel pour metre en esclices, J'ai ameçons a peschëors, J'ai fers d'alernes a suors, J'ai les hacetes a seignier, J'ai les pignes a chief pignier, J'ai le bon savon de Paris, J'ai bons coffrés ou il est mis. J'ai fermaillez d'archal dorez Et de laiton sor argentez ; Et tant les aim çax de laiton : Sovent pour argent le meton ! N'ai pas tote criee m'ensaigne : J'ai bon soffre a garir de taigne, J'ai couteax charteins et a pointes, Dont cil bachelier se font cointes. J'ai beax clareins a metre a vaches, J'ai beax freseax a faire ataches A gros botons d'or et de soie. J'ai mainte ferree corroie, Rouges et verz, blanches et noires, Que ge vent moult bien a cez foires. Si ai boites de mostier maintes, Netes, polies et bien paintes ; Si ai l' ençans et l' ençanssier, L'orçuel atote la cuillier. J'ai table, grefes et greffiers Dont je reçoif de bons deniers De cez clers, de bones maailles. Si ai maintes riche toailles Que loient a cez hautes festes Sez gentix femes sor lor testes. Si ai tot l'apareillement Dont feme fait forniement : Rasoërs, forces, guignoëres, Escuretes et furgoëres, Et bendeax et crespisëors, Traïneax, pignes, mirëors, Eve rose dont se forbissent.

Folio : 43
Page(s) :
Verso : non
Image : Mercier4.jpg
Transcription : J'ai queton dont eus se rougissent,

J'ai blanchet dont eus se font blanches, J'ai lacez a lacier lor manges, J'ai gingenbre, j'ai garingaut Qui fait cez clers chanter en haut, Figues, dates et alemendes. J'ai saffren a metre en vïandes, Que ge vent a cez damoiseles A faire jaunes lor toëles. J'ai pomes granetes antieres, Mais eus me sanblent mout chieres, Et neporquant ges sai bien vendre, Ou l'argent ou le vaillant prendre. Autres espices ai ge totes, Oignemenz a garir de goutes ; J'ai le poivre, j'ai comin. J'ai fil d'argent a mazelin Et d'archal a ceus de manieres Qui sont de lignaige a civieres. J'ai dez du plus, j'ai dez du mains, De Paris, de Chartres, de Rains. Si en ai .ij., ce n'est pas gas, Qui au hocier chieent sor as ! J'ai fermaus d'archal et anieaus, Et baudrez et faillois moult beaus Dont ge doig .iij. sous pour .i. oef. Il n'a gaires qu'il furent nuef ! J'ai beax museax a museler, J'ai beax fresteax a fresteler, Çaboz torneïz et pelotes, Patrenostres a cez viellotes. Ge ne sai mes que ge vos die : El monde n'a la mercerie Que home et feme acheter puissent Que tot maitenant ne li truisse. Une pilete ai ci pendue, Grosse, pesant et estendue, Que ge vendrai as chamberieres A piler en totes manieres. Bien la porrai vendre en plevine, Qu'el est du rachuel de l'eschine. Pileron a gros et fachuel, Qu'el est du neu et du rachuel :

Folio : 43
Page(s) :
Verso : non
Image : Mercier5.jpg
Transcription : Si ne fait pas a aviller,

Ainz m'en doit on mielz estriner ! Venez avant, dame, venez ! Venez avant, si m'estrinez D'uef ou de fer ou de deniers : Si m'alegera cist paniers. Et vos, petites meschinetes, Poez revenir as piletes ! Or n'a çaienz nul si riche home Qui miels n'amast une tel some De mercerie s'il l'avoit Et se bien garder la savoit. Mais ge n'en puis nul bien avoir : Onques n'i conquis point d'avoir N'onques en riens que ge portasse Ne gaaignai que ge mengasse. Pour ce vueil jus le panier metre ; Ge ne m'en vueil plus entremetre, Ainz revenrai a la bilete Dont ge mielz me sai entremetre. Proiez Diex qu'en chatel me mete ! Explicit.


Nom du déposant Madeleine Jeay
Auteur de la partie Titre de la partie Titre du volume Èditeur scientifique du volume Lieu de publication Date de publication Pages
Philippe Ménard D'un mercier Mélanges de langue et de littérature du Moyen Âge et de la Renaissance offerts à Jean Frappier Genève Droz 797-808

Liste d'objets : fournitures vendues par le mercier.

Faits relatifs à List:28 — Recherche de pages similaires avec +.
AuteurpartiePhilippe Ménard +
CoteBnF fr. 19152 +
DatevolumeDroz +
Folio42 + et 43 +
IncipitMoult a ci bele compaignie +
IstitutionBibliothèque nationale de France, Manuscrits +
LangueLangue vernaculaire +
LieuvolumeGenève +
ListeListe avec retours à la ligne +
NationFRANCE +
Nom auteurAnonyme +
Nom du déposantMadeleine Jeay +
Pagesvolume797-808 +
Periode1275-1300 +
Supportparchemin +
Support 2codex +
TitreD'un mercier +
TitrepartieD'un mercier +
TitrevolumeMélanges de langue et de littérature du Moyen Âge et de la Renaissance offerts à Jean Frappier +
TranscriptionMoult a ci bele compaignie ! Merciers sui,
Moult a ci bele compaignie !

Merciers sui, si port mercerie Que ge vendisse volentiers, Que ge ai besoig de deniers. S'or vos plaisoit a escouter, Bien vos savroie deviser La mercerie que ge port, Mais le fais sostenir m'est fort ! J'ai les mignotes ceinturetes, J'ai beax ganz a damoiseletes, J'ai ganz forrez doubles et sangles, J'ai de bones boucles a cengles, J'ai les chainetes de fer beles, J'ai bones cordes a vïeles, J'ai les guinples ensaffrenees, J'ai aguilles encharnelees,

Jai escrins a metre joiax,
encharnelees, Jai escrins a metre joiax, +
Transcription ManuscritJ'ai borses de cuir a noiax, Mais, quant
J'ai borses de cuir a noiax,

Mais, quant les voi, pres que ne muir, Tant les haz les borses de cuir ! Trop m'ont descreu mon chetel ! J'ai vif argent, el mont n'a tel, Que ge mis en cuir de poisson En .i. sac pelu de taisson. J'ai de bon loutre a peliçons, J'ai hermines et siglatons Et orle de porpois de mer. J'ai polain a secors orler, J'ai les tres cointes aguilliers, J'ai gratuises a peletiers, J'ai braiex et lasnieres beles, J'ai de bones trosses a seles, J'ai les deeus a costurieres, J'ai les diverses aumosnieres Et de soie et de cordoan Que je vendrai encor oan, Et si en ai de plaine toile. Et si vendroie bien .i. voile A une nonain beneoite. J'ai bons fers a metre en saiete, J'ai bons cornez a treçoers, Boucletes a metre en solers, Fermaillez a enfanz de peutre. J'ai beax laz a chapeax de feutre, J'ai beles espingues d'argent, Si en ai d'archal ensement Que ge vent a cez gentix femes. J'ai de beax cuevrechiés a dames Et coiffes laceïces beles Que ge vendrai a cez puceles, Et de soie par covenant, A chapeax d'orfrois par devant. S'en ai de lig a damoiseax A floretes et a oiseax, Bien lichiees et bien polies, A coiffier devant lor amies. S'en ai de chanvre a cez vilains, Et moffles a metre en lor mains. J'ai canpeneles de mostier, J'ai buleteax a bolangier,

J'ai croissoeres a gasteax,
a bolangier,

J'ai croissoeres a gasteax, +, J'ai laz a sercoz a noiax,

J'ai sonetes d
J'ai laz a sercoz a noiax,

J'ai sonetes de trop beau tor, J'ai de bons flageus a pastor, J'ai cuilliers de bois et de tranble Que j'achetai totes ensanble. J'ai chauces de Bruges faitices, Argentpel pour metre en esclices, J'ai ameçons a peschëors, J'ai fers d'alernes a suors, J'ai les hacetes a seignier, J'ai les pignes a chief pignier, J'ai le bon savon de Paris, J'ai bons coffrés ou il est mis. J'ai fermaillez d'archal dorez Et de laiton sor argentez ; Et tant les aim çax de laiton : Sovent pour argent le meton ! N'ai pas tote criee m'ensaigne : J'ai bon soffre a garir de taigne, J'ai couteax charteins et a pointes, Dont cil bachelier se font cointes. J'ai beax clareins a metre a vaches, J'ai beax freseax a faire ataches A gros botons d'or et de soie. J'ai mainte ferree corroie, Rouges et verz, blanches et noires, Que ge vent moult bien a cez foires. Si ai boites de mostier maintes, Netes, polies et bien paintes ; Si ai l' ençans et l' ençanssier, L'orçuel atote la cuillier. J'ai table, grefes et greffiers Dont je reçoif de bons deniers De cez clers, de bones maailles. Si ai maintes riche toailles Que loient a cez hautes festes Sez gentix femes sor lor testes. Si ai tot l'apareillement Dont feme fait forniement : Rasoërs, forces, guignoëres, Escuretes et furgoëres, Et bendeax et crespisëors, Traïneax, pignes, mirëors,

Eve rose dont se forbissent.
es, mirëors,

Eve rose dont se forbissent. +, J'ai queton dont eus se rougissent,

J'ai
J'ai queton dont eus se rougissent,

J'ai blanchet dont eus se font blanches, J'ai lacez a lacier lor manges, J'ai gingenbre, j'ai garingaut Qui fait cez clers chanter en haut, Figues, dates et alemendes. J'ai saffren a metre en vïandes, Que ge vent a cez damoiseles A faire jaunes lor toëles. J'ai pomes granetes antieres, Mais eus me sanblent mout chieres, Et neporquant ges sai bien vendre, Ou l'argent ou le vaillant prendre. Autres espices ai ge totes, Oignemenz a garir de goutes ; J'ai le poivre, j'ai comin. J'ai fil d'argent a mazelin Et d'archal a ceus de manieres Qui sont de lignaige a civieres. J'ai dez du plus, j'ai dez du mains, De Paris, de Chartres, de Rains. Si en ai .ij., ce n'est pas gas, Qui au hocier chieent sor as ! J'ai fermaus d'archal et anieaus, Et baudrez et faillois moult beaus Dont ge doig .iij. sous pour .i. oef. Il n'a gaires qu'il furent nuef ! J'ai beax museax a museler, J'ai beax fresteax a fresteler, Çaboz torneïz et pelotes, Patrenostres a cez viellotes. Ge ne sai mes que ge vos die : El monde n'a la mercerie Que home et feme acheter puissent Que tot maitenant ne li truisse. Une pilete ai ci pendue, Grosse, pesant et estendue, Que ge vendrai as chamberieres A piler en totes manieres. Bien la porrai vendre en plevine, Qu'el est du rachuel de l'eschine. Pileron a gros et fachuel,

Qu'el est du neu et du rachuel :
fachuel,

Qu'el est du neu et du rachuel : + et Si ne fait pas a aviller,

Ainz m'en doit
Si ne fait pas a aviller,

Ainz m'en doit on mielz estriner ! Venez avant, dame, venez ! Venez avant, si m'estrinez D'uef ou de fer ou de deniers : Si m'alegera cist paniers. Et vos, petites meschinetes, Poez revenir as piletes ! Or n'a çaienz nul si riche home Qui miels n'amast une tel some De mercerie s'il l'avoit Et se bien garder la savoit. Mais ge n'en puis nul bien avoir : Onques n'i conquis point d'avoir N'onques en riens que ge portasse Ne gaaignai que ge mengasse. Pour ce vueil jus le panier metre ; Ge ne m'en vueil plus entremetre, Ainz revenrai a la bilete Dont ge mielz me sai entremetre. Proiez Diex qu'en chatel me mete !

Explicit.
oiez Diex qu'en chatel me mete ! Explicit. +
TypeImage +
TypologieDits et fabliaux +
Versonon + et oui +