List:25

De PolimaWiki
Type Image
Nom auteur Guillaume de la Villeneuve
Titre Les Crieries de Paris
Incipit Puisque povretez le justice
Forme de la liste Liste avec retours à la ligne
Periode 1225-1250, 1275-1300
Langue Langue vernaculaire
Lieu de production
Pays FRANCE
Région
Espace hors Europe non
Chargement de la carte...

46° 13' 39", 2° 12' 49"

Typologie Dits et fabliaux
Autres
Mot clé Dits et fabliaux, Liste avec retours à la ligne, FRANCE, 1225-1250, 1275-1300, Langue vernaculaire



Ville PARIS
Institution Bibliothèque nationale de France, Manuscrits
Cote Manuscrit BnF fr. 837
Support (matière) parchemin
Support (forme) codex
Support (commentaire)
Folio 246
Page
Verso non
Image Crieries1.jpg
Transcription Puisque povretez le justice

Or vous dirai en quele guise Et en quele maniere vont Cil qui denrees à vendre ont Et qui penssent de lor preu fere, Que ja ne fineront de brere. Parmi Paris jusqu'à la nuit, Ne cuidiez vous qu'il lor anuit, Que ja ne seront à sejor : Oiez con crie au point du jor.

Folio : 246
Page(s) :
Verso : non
Image : Crieries2.jpg
Transcription : Seignor, quar vous alez baingnier,

Et estuver sans delaier, Li baing sont chaut, c'est sanz mentir. Puis aprés orrez retentir De cels qui les frés harens crient ! Or au vivet, li autre dient. Sor et blanc harenc frés poudré, Harenc nostre vendre voudré. Menuise vive orrez crier Et puis aletes de la mer. Oisons, pijons, et char salée, Char fresche moult bien conraee, Et de l’aillie à grant plenté. Or au miel, Diex vous doinst santé. Et puis aprés, pois chaus pilez, Et feves chaudes par delez, Aus et oingnons à longue alaine, Puis aprés cresson de fontaine, Cerfueil, porpié tout de venue, Puis aprés porete menue, Letues fresches demanois ; Vez ci bon cresson Orlenois. Li autres crie par dalez, J'ai bons mellenz frés et salez. L'aguille pour le viez fer ai, Or ça bon marchié en ferai. L'eve por pain, qui veut, si praingne ; J'ai bon frommage de Champaingne, Or i a frommage de Brie, Au burre frés n'oublie mie. Or i a gruel et forment Bien pilé et menuement. Farine pilée, farine ! Au lait, commere, ça voisine. Craspois i a, aoust de pesches, Poires de Chaillou, et nois fresches : Primes ai pommes de rouviau, Et d’Auvergne le blancduriau. Al balais si com je l’enten, L’autres crie : qui veut le ten ! L’autres crie : la busche bone, A deux oboles le vous done ; Huile de nois, or au cerniaux. Vinaigre qui est bons et biaus, Vinaigre de moustarde i a. Diex ! a il point de lie la ? J’ai cerises, or au verjus ; Or a la porée ça jus ; Or i a oés, or aus poriaus, Chaus pastez i a, chaus gastiaus.

Folio : 246
Page(s) :
Verso : oui
Image : Crieries3.jpg
Transcription : Or i a poisson de Bondies,

Chaudes oublees renforcies, Galetes chaudes, eschaudez, Roinssolles, ça denree aus dez ; Cote et la chape par covent, Clerc i sont engané sovent. Cote et sorcot rafeteroie, Et le cuvier relieroie : Huche et le banc sai bien refere : Je fai moult bien que je sai fere. J’ai joncheüre de jagliaus, Herbe fresche, les viez housiaus, Les sollers viez, et soir et main. Aus Freres de saint Jaque, pain, Pain por Dieu aus Freres Menors, Cels tieng je por bons perneors. Aus Freres de saint Augustin, Icil vont criant par matin ; Du pain aus Sas, pain aus Barrez, Aus povres prisons enserrez, A cels du Val des Escoliers, Li .i. avant, li autre arriers, Aus Freres des Pies demandent, Et li Croisié pas nes atandent, A pain crier metent grant paine, Et li avugle à haute alaine : Du pain à cels de Champ porri Dont moult sovent, sachiez, me ri. Les Bons Enfanz orrez crier Du pain, nes vueil pas oublier. Les Filles Dieu sevent bien dire Du pain, pour Jhesu nostre Sire. Ça du pain por Dieu aus Sachesses. Par ces rues sont granz les presses, Je vous di de ces genz menues ; Orrez crier parmi ces rues Menjue pain. Diex, qui m’apele ? Vien ça, vuide ceste escuele. Or viengne avant, gaaigne pain : J’esclarciroie pos d’estain, Je relieroie hanas. Du poivre por le denier qu’as, Or aus poires de hastivel, Jorroises ai à grant revel, Frés jonc, à moult grant alenee. Or ça à la longue denree. Noel, Noel, à moult granz cris, J’ai raïs de l’archaut, raïs. Cil qui crie, biau se deporte ; Qui vent le viez fer, si l’aporte.

Folio : 246
Page(s) :
Verso : oui
Image : Crieries4.jpg
Transcription : Li autres dit autres noveles,

Qui vent viez pos, et viez paieles. Li autres crie à grant friçon : Qui a mantel ne peliçon, Si le m’aport à rafetier. Li autres crie son mestier, Chandoile de coton, chandoile, Qui plus art cler que nule estoile. Aucune foiz, ce m’est avis, Crie on le ban le Roy Loys ; Si crie l’en en plusor leus, Le bon vin fort à .xxxij., A .xvi., à xij., à .vi., à .viij. ; Moult mainent crieor grant bruit. Crier orrez qui a à moudre ; J’aporte bones nois de coudre, Les flaons chaus pas nes oublie ; J’ai chastaingnes de Lombardie, Figues de Melite sanz fin ; J'ai roisin d’outre mer, roisin, J’ai porees, et s’ai naviaus, J’ai pois en cosse toz noviaus. L’autres crie feves noveles, Si les mesure à escueles, Hanni d'aoust flerant com bausme. L’autres crie chaume, i a chaume. J’ai jonc paré por metre en lampes, Bones eschaloingnes d’Estampes ; J’ai savon d’outre mer, savon. Des poires de saint Riule avon L’autres crie sanz delaier ; Je sers de pingnes à resoier. Quant mort i a, homme ne fame, Crier orrez, proiez por s’ame, A la sonete par ces rues. Dont orrez autres genz menues Poires d’angoisse crier haut. L’autres, pommes rouges qui vaut. Aiglentier por du pain l’en crie, Verjus de grain à fere aillie. Li uns borgons, li autres veilles, Cornilles meüres, cornilles. Alies i a d’aliier, Or i a boutons d’aiglentier ; Proneles de haie vendroie. Oiselés por du pain donroie. Nates i a, et naterons, Cerciaus de bois vendre volons. L’autres crie : gastiaus rastis, Je les aporte toz fetis,

Folio : 247
Page(s) :
Verso : non
Image : Crieries5.jpg
Transcription : Chaudes tartes et siminiaus ;

L’autres crie : chapiaus, chapiaus. Gastel à feve orroiz crier, Charbon le sac por .i. denier ; Nesfles meüres ai à vendre. Le soir orrez sanz plus atendre, A haute voiz sanz delaier, Diex, qui apele l’oubloier ? Quant en aucun leu a perdu, De crier n’est mie esperdu, Prés de l’uis crie ou a esté : Aide, Diex de Maïsté, Com de male eure je fui nez, Com par sui or mal assenez ; Et autres choses assez crie, Que raconter ne vous sai mie. Tant i a denrees à vendre, Tenir ne me puis de despendre. Que se j’avoie grant avoir, Et de chascun vousisse avoir De son mestier une denree, Il auroit moult corte duree. Tant poi i ai mis que j’avoie, Tant que povretez me mestroie. Aprés mise ma robe jé, Lecherie m’a desrobé : Si ne sai més que devenir, Ne quel chemin puisse tenir. Fortune m’a mis en sa roe, Chacun me gabe et fet la moe, Si ferai, puis que suis en queche, Du meillor fust que j’aurai fleche. Expliciunt Les Crieries de Paris


Nom du déposant Madeleine Jeay


Auteur Titre Lieu de publication Date de publication
Étienne Barbazan Fabliaux et contes des poètes françois des XIe, XIIe, XIIIe, XIVe, XVe siècles Paris 1808


Liste d'objets qui se trouvent parmi un ensemble de denrées ou de services annoncés dans les rues pour attirer les chalands.

Faits relatifs à List:25 — Recherche de pages similaires avec +.
AuteurmonoÉtienne Barbazan +
Coordinates46° 13' 39", 2° 12' 49"Latitude : 46.227638888889
Longitude : 2.21375
+
CoteBnF fr. 837 +
Date de publication1808 +
Folio246 + et 247 +
IncipitPuisque povretez le justice +
IstitutionBibliothèque nationale de France, Manuscrits +
LangueLangue vernaculaire +
Lieu de publicationParis +
ListeListe avec retours à la ligne +
NationFRANCE +
Nom auteurGuillaume de la Villeneuve +
Nom du déposantMadeleine Jeay +
Periode1225-1250, 1275-1300 +
Supportparchemin +
Support 2codex +
TitreLes Crieries de Paris +
TitremonoFabliaux et contes des poètes françois des XIe, XIIe, XIIIe, XIVe, XVe siècles +
TranscriptionPuisque povretez le justice Or vous dira
Puisque povretez le justice

Or vous dirai en quele guise Et en quele maniere vont Cil qui denrees à vendre ont Et qui penssent de lor preu fere, Que ja ne fineront de brere. Parmi Paris jusqu'à la nuit, Ne cuidiez vous qu'il lor anuit, Que ja ne seront à sejor :

Oiez con crie au point du jor.
à sejor : Oiez con crie au point du jor. +
Transcription ManuscritSeignor, quar vous alez baingnier, Et est
Seignor, quar vous alez baingnier,

Et estuver sans delaier, Li baing sont chaut, c'est sanz mentir. Puis aprés orrez retentir De cels qui les frés harens crient ! Or au vivet, li autre dient. Sor et blanc harenc frés poudré, Harenc nostre vendre voudré. Menuise vive orrez crier Et puis aletes de la mer. Oisons, pijons, et char salée, Char fresche moult bien conraee, Et de l’aillie à grant plenté. Or au miel, Diex vous doinst santé. Et puis aprés, pois chaus pilez, Et feves chaudes par delez, Aus et oingnons à longue alaine, Puis aprés cresson de fontaine, Cerfueil, porpié tout de venue, Puis aprés porete menue, Letues fresches demanois ; Vez ci bon cresson Orlenois. Li autres crie par dalez, J'ai bons mellenz frés et salez. L'aguille pour le viez fer ai, Or ça bon marchié en ferai. L'eve por pain, qui veut, si praingne ; J'ai bon frommage de Champaingne, Or i a frommage de Brie, Au burre frés n'oublie mie. Or i a gruel et forment Bien pilé et menuement. Farine pilée, farine ! Au lait, commere, ça voisine. Craspois i a, aoust de pesches, Poires de Chaillou, et nois fresches : Primes ai pommes de rouviau, Et d’Auvergne le blancduriau. Al balais si com je l’enten, L’autres crie : qui veut le ten ! L’autres crie : la busche bone, A deux oboles le vous done ; Huile de nois, or au cerniaux. Vinaigre qui est bons et biaus, Vinaigre de moustarde i a. Diex ! a il point de lie la ? J’ai cerises, or au verjus ; Or a la porée ça jus ; Or i a oés, or aus poriaus,

Chaus pastez i a, chaus gastiaus.
oriaus,

Chaus pastez i a, chaus gastiaus. +, Or i a poisson de Bondies,

Chaudes oublee
Or i a poisson de Bondies,

Chaudes oublees renforcies, Galetes chaudes, eschaudez, Roinssolles, ça denree aus dez ; Cote et la chape par covent, Clerc i sont engané sovent. Cote et sorcot rafeteroie, Et le cuvier relieroie : Huche et le banc sai bien refere : Je fai moult bien que je sai fere. J’ai joncheüre de jagliaus, Herbe fresche, les viez housiaus, Les sollers viez, et soir et main. Aus Freres de saint Jaque, pain, Pain por Dieu aus Freres Menors, Cels tieng je por bons perneors. Aus Freres de saint Augustin, Icil vont criant par matin ; Du pain aus Sas, pain aus Barrez, Aus povres prisons enserrez, A cels du Val des Escoliers, Li .i. avant, li autre arriers, Aus Freres des Pies demandent, Et li Croisié pas nes atandent, A pain crier metent grant paine, Et li avugle à haute alaine : Du pain à cels de Champ porri Dont moult sovent, sachiez, me ri. Les Bons Enfanz orrez crier Du pain, nes vueil pas oublier. Les Filles Dieu sevent bien dire Du pain, pour Jhesu nostre Sire. Ça du pain por Dieu aus Sachesses. Par ces rues sont granz les presses, Je vous di de ces genz menues ; Orrez crier parmi ces rues Menjue pain. Diex, qui m’apele ? Vien ça, vuide ceste escuele. Or viengne avant, gaaigne pain : J’esclarciroie pos d’estain, Je relieroie hanas. Du poivre por le denier qu’as, Or aus poires de hastivel, Jorroises ai à grant revel, Frés jonc, à moult grant alenee. Or ça à la longue denree. Noel, Noel, à moult granz cris, J’ai raïs de l’archaut, raïs. Cil qui crie, biau se deporte ;

Qui vent le viez fer, si l’aporte.
porte ;

Qui vent le viez fer, si l’aporte. +, Li autres dit autres noveles,

Qui vent vi
Li autres dit autres noveles,

Qui vent viez pos, et viez paieles. Li autres crie à grant friçon : Qui a mantel ne peliçon, Si le m’aport à rafetier. Li autres crie son mestier, Chandoile de coton, chandoile, Qui plus art cler que nule estoile. Aucune foiz, ce m’est avis, Crie on le ban le Roy Loys ; Si crie l’en en plusor leus, Le bon vin fort à .xxxij., A .xvi., à xij., à .vi., à .viij. ; Moult mainent crieor grant bruit. Crier orrez qui a à moudre ; J’aporte bones nois de coudre, Les flaons chaus pas nes oublie ; J’ai chastaingnes de Lombardie, Figues de Melite sanz fin ; J'ai roisin d’outre mer, roisin, J’ai porees, et s’ai naviaus, J’ai pois en cosse toz noviaus. L’autres crie feves noveles, Si les mesure à escueles, Hanni d'aoust flerant com bausme. L’autres crie chaume, i a chaume. J’ai jonc paré por metre en lampes, Bones eschaloingnes d’Estampes ; J’ai savon d’outre mer, savon. Des poires de saint Riule avon L’autres crie sanz delaier ; Je sers de pingnes à resoier. Quant mort i a, homme ne fame, Crier orrez, proiez por s’ame, A la sonete par ces rues. Dont orrez autres genz menues Poires d’angoisse crier haut. L’autres, pommes rouges qui vaut. Aiglentier por du pain l’en crie, Verjus de grain à fere aillie. Li uns borgons, li autres veilles, Cornilles meüres, cornilles. Alies i a d’aliier, Or i a boutons d’aiglentier ; Proneles de haie vendroie. Oiselés por du pain donroie. Nates i a, et naterons, Cerciaus de bois vendre volons. L’autres crie : gastiaus rastis,

Je les aporte toz fetis,
gastiaus rastis,

Je les aporte toz fetis, + et Chaudes tartes et siminiaus ;

L’autres cr
Chaudes tartes et siminiaus ;

L’autres crie : chapiaus, chapiaus. Gastel à feve orroiz crier, Charbon le sac por .i. denier ; Nesfles meüres ai à vendre. Le soir orrez sanz plus atendre, A haute voiz sanz delaier, Diex, qui apele l’oubloier ? Quant en aucun leu a perdu, De crier n’est mie esperdu, Prés de l’uis crie ou a esté : Aide, Diex de Maïsté, Com de male eure je fui nez, Com par sui or mal assenez ; Et autres choses assez crie, Que raconter ne vous sai mie. Tant i a denrees à vendre, Tenir ne me puis de despendre. Que se j’avoie grant avoir, Et de chascun vousisse avoir De son mestier une denree, Il auroit moult corte duree. Tant poi i ai mis que j’avoie, Tant que povretez me mestroie. Aprés mise ma robe jé, Lecherie m’a desrobé : Si ne sai més que devenir, Ne quel chemin puisse tenir. Fortune m’a mis en sa roe, Chacun me gabe et fet la moe, Si ferai, puis que suis en queche, Du meillor fust que j’aurai fleche.

Expliciunt Les Crieries de Paris
i fleche. Expliciunt Les Crieries de Paris +
TypeImage +
TypologieDits et fabliaux +
Versonon + et oui +