List:172

De PolimaWiki
Type Image
Nom auteur Sarrasin
Titre Le Roman du Hem
Incipit [[Incipit::Sires fu de Tou[r]s en Vimeu]]
Forme de la liste Liste avec retours à la ligne
Periode 1275-1300
Langue Langue vernaculaire
Lieu de production
Pays FRANCE
Région
Espace hors Europe
Chargement de la carte...
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
Typologie Romans
Autres Tournoiement
Mot clé Romans, Liste avec retours à la ligne, FRANCE, 1275-1300, Langue vernaculaire



Ville PARIS
Institution Bibliothèque nationale de France, Manuscrits
Cote Manuscrit BnF fr. 1588
Support (matière) parchemin
Support (forme) codex
Support (commentaire)
Folio 129
Page
Verso non
Image Hem 129ra.jpg
Transcription [[Transcription::Qu'il fu fix du plus cortois homme

Qui fust entre Londres et Romme. Mout de gens le tienent a preu ; Sires fu de Tou[r]s en Vimeu Et en Eseoche ot il grant terre : Bons pour tournoi et bons pour guerre Fu mesires Wistasses de Tours. Acesmés de trés biaus atours, Vindrent après dui baceler ; Lour non ne font mie à celer : Li uns ot non Driex du Plaissié ; Ne vint mie le col baissié, Encor l'ait il petit et court. Cil qui sire est de Hamalaincort, Qui contre lui sanle gaiant, De son renc se part à itant ; Hamelaincourt! dist quanqu'il puet Et mesire Driex li remuet Quanqu'il puet traire du destrier. Andoi vienent sans espargnier ; De cors, de cevax et de pis S'entr'encontrent : si en fu pis Lor cevax, et si les greverent Que onques puis ne relevèrent ; Li monsigneur Drieu fu frois mors. Nus des chevaliers de sen cors Ne fu ne bleciés ne mal mis : Joie fu à tous ses amis. Cil doi jousterent bien et fort ; S'on ne les prise, c'est à tort. Aprés vint Driues de Praiiaus, Chevaliers vigreus et loiaus, Montés seur .i. trés bel cheval ; Mesire Robers d'Oineval Mut contre lui, sans plus atendre. Quanque cheval peurent destendre Se vont grans cox entreferir, Et si fu par mout grant aïr; Outre passent et puis recuevrent, De lor escus si bien se cuevrent]]

Folio : 129
Page(s) :
Verso : non
Image : Hem 129rb.jpg
Transcription : [[Transcription_Manuscrit::Que li uns ne fist l'autre grief.

Aigres, qui bien en vient a cief, Jousta a Huon de Coufflans ; Aigres nel queroit mie es flans, Mais en la teste ou en la gorge ; Et li autres crioit « saint Jorge » Quanqu'il pooit a haute alaine. Aigres, qui bien le ceval maine, Li venoit tousjors rés a rés Ou de la gorge ou de son nés : Ouques plus bas ne l'assena. Et cil de Coufflans se pena De bien jouster al mix qu'il pot ; Se fist tant que bon gré en ot. Li Aigres si bien le maintint, De ses .iij. lances ne retint C'une entiere, ain[s] les brisa totes. Es rens se met par mi les routes Mesire de Ghines li quens, Certes, qui est vaillans et buens Et mout a amé le mestier. On li envoie .i. chevalier De son aaige, bon et preu : Li rois ne fait mie sen preu, Qui desfent l'aler au tournoi. Pour voir vous di en boine foi, Biaus cox fiert de l'espee et donne. Mesire Symons de Beronne, Bacelers trés bien enteciés, Vers le conte s'est adreciés, Montés sour .i. destrier morel Et li quens li vient bien et bel, Tout escriant : « Amours, amors ! » Je ne sai homme de ses mours Qui mix face son avenant, Qu'il sont andoi si avenant Et si keurent bien leur chevaux Que cascuns fist comme vassax ; Et ont de lor lances brisies Tant que leur joustes sont prisies]]

Folio : 129
Page(s) :
Verso : oui
Image : Hem 129va.jpg
Transcription : De mout de jent, si com moi sanle.

Tantost vinrent jouster ensanle Doi baceler de bon renon : Guilles a li uns a non De Blosevile ; et ses compains, Qui de venir droit ne se faint, A a non Jehans de Jumelés : De ses .iij. lances fist astelés, Qu'il est vigreus et volentieus Et a tous biens faire ententieus. Mesires Wautiers de Sorel Seur .i. mout bel destrier morel Moet contre Pieron de Bailluel ; Mais, puis que je geu eu mailluel, Ne vi chevalier mix venant. Bien fist cascuns son avenant, Qu'il brisierent bien et a point. Dagras de Bourc se plante et joint En l'escu, qu'il jousta après ; Mais ses compains li vint si prés, Que peu fali qu'il ne chuca. Pieres de Molaines ala Bien et chevalereusement Tost et prés et hardiemcnt, Que Sollars ses oncles estoit Prés de li, qui l'amonestoit ; Et il en fist bien çou qu'il dut : Grant cop donna et grant reçut Et brisa deus lances u trois ; De lonc pot on oïr l'escrois Des grans cox k'il donna Dagart. Pierars en fist bone sa part. Li sires de Monmorenchi Vint aprés ceste jouste chi Contre le signeur de Moroel ; Mais je ne vi onques de l'uel Chevalier plus à droit venir. Tex cox se vont entreferir De lour lances seur les blasons Que de lour lances font tronçons

Folio : 129
Page(s) :
Verso : oui
Image : Hem 129vb.jpg
Transcription : De la premiere et puis de l'autre ;

S'en vint laiens lance sur fautre Quanqu'il puet du cheval sacier. Qui veïst l'escu embrachier Monsigneur Bernart de Morel, Si me doinst Dix çou que je voel, Il li deüst bien souvenir, Qui l'esgardast en son venir Cist vient chevalereusement Ou tout abandonneement Venoit de cors et de cheval. N'aloit mie querant aval Son compaignon ; mais tous jors haut Trois lances brise, riens n'i faut. Il le fist bien, si com moi sanle. Aprés eus jousterent ensanle Mesire Guis de Saleri, Cil de Maignelers contre li, Qui a non mesire Raous ; Il ne poroit estre saous De faire honour et courtoisie. Ses trois lances a emploïes Et bien et bel, je le tiemoins, Qu'il les brisa duskes es poins ; Et ses compains ne fali pas. Aprés s'en vint en es le pas Cil c'on nomme Mahieu de Trie, Courant, que plus ne se detrie, Contre Renaut de Mont Alban. Il n'en ot mie trois au Han, Mien escient, plus biaus de lui. Il estoient mout bel andui ; Et Basins est jones et grans Et est de tous biens faire engrans ; Il est grans et s'est biaus et fors, Bien fais de membres et de cors, Blans et vermax estnil assés, Les cheviaus blons recercelés, Et s'a les iex vairs et rians, D'eures en autre fourmians.

Folio : 130
Page(s) :
Verso : non
Image : Hem 130ra.jpg
Transcription : Biau front, biau nés et bele bouche.

Cele qui est plaisans et douce, Nature, n'i oublia rien ; Et proueche, je vous di bien, L'a retenu de son hostel: De chou li porte bien lox tel Que ja en cambre ni en sale Parole ne bonne ne male Ne vous dira, s'on ne l'araine. Lance ot de sap, non pas de fraisne Et vint contre Mahieu de Trie. « Montauban! » hautement escrie, Et Mahieus crie : « Dant Martin ! » Basins li donne tel tatin C'a peu que tout ne l'estona, Et ses compains li redonna En la pane de l'escu haut. De lour .vj. lances nus ne faut : Dont mout de gent sont mervillié Que cil qui se sont travillié Et sont tenu preu et vaillant Aloient plus souvent faillant Que li jone homme et li novel. Un mot en dist et bon et bel Mesire Gilles de Roisi. Basins jousta à lui aussi A Saint Sepurcre en Alemaigne ; Mais voiant toute le compaingne Basins si graut cop li donna Que seur le cheval l'enversa, Et s'est il vaillans chevaliers. « A foi honnis soit cis mestiers », Dist mesire Gilles adonques, Que cil qui riens n'en firent onques Sont vaillant dès le premier jor : « En cest mestier n'a point d'onnour. » Bien fist Basins son avenant. A tant es- vous esperonant .Ij. chevaliers qui jouster voellent Si com li autre jouster suelent ;

Folio : 130
Page(s) :
Verso : non
Image : Hem 130rb.jpg
Transcription : [[Transcription_Manuscrit::Met chascuns la lance sur fautre

Et muet li uns encontre l'autre. Muis d'Avaine ot li uns a non, Pieres de la Male Maison Ert nommés cil qui à lui vint, Se li vient au plus droit qu'il puet ; Et li autres, dés çou qu'il muet, S'apense qu'il le fer[r]a haut. A l'assanler nus d'eus ne faut, Ains ont brisié bien et a point. Cascuns passe outre et tost rapoint, Et sont delivré bien et bel. Durement crient li hirel : « Hiencourt li chevalereus, De chevaliers vaillans et preus Muis d'Avaine a esté estrais. Gar que de toi ne soit retrais Ne vilains fais ne vilaine evre ! » L'escu embrace et si s'en cuevre Et met en aventure tout, Et ses compains sans nul redout Li revient mout hardiement. S'il eüst cheval a talent, Mais il estoit un peu eskieus. Et Mui[s] d'Avaine vers les iex Au plus droit que il puet l'avise. Que vous feroie lonc devise ? Il se sont noblement passé ; N'i a celui qui n'ait quassé Hiaume u escu ains qu'il s'en tourt A tant es vous de Maiencourt Le Foisseu qui es rens se lance ; Ains c'on li ait baillié sa lance, Fu ses jousteres d'autre part. Je quic c'on le nomme Pierart De Cenevieres, c'est ses nons. Andois frapent des esperons Quanques ceval pueent aller ; Grans cox se vont entre donner, Lor lances brisent et reviennent ;]]

Folio : 130
Page(s) :
Verso : oui
Image : Hem 130va.jpg
Transcription : [[Transcription_Manuscrit::Des autres lances que il tienent

Font tronçons, asteles et clices. Les dames qui sont sour les lices Regardent le Fosseu venir, Qui moult bel se seut contenir Et de la lance et de l'escu ; Son compaignon a si feru De la lance sour son blason, Ne li demoura c'un tronçon De sa lance, et de l'autre aprés Se sont entrevenu si prés C'andoi ont duskes poins bri[si]é. Le Fosseu en ont mout prisié Les dames qui erent lassus, Que trés par mi les fors escus En sont andoi entreblechié. Aprés sont as rens adrecié Doi, ki bien fisent la besoigne : Mesire Jehans de Couloigne Et mesire Mahieus de Ver, Voir vous dirai a l'autre ver, Il jousterent et bien et fort. Or me plaist que je vous recort D'une jouste mout mervilleuse, Qui moult fu dure et perilleuse; Li uns ot non, que je bien sai, Bauduins de Saint Nicolai, Et li autres Flamens de Mons : Ce fu cil qui jeta par mons Son compaignon et son ceval : De caup de lance tout aval L'abati devant la roïne ; Et li vilain de pute orine E[n]trent ou renc pour ex veoir. Monsigneur Flamenc font caoir Lui et son cheval sans deport, Que pour .i. peu que il n'a mort Un sien varlet et mehaignié, Peu ont li vilain gaaignié, Qui l'ont abatu sans raison :]]

Folio : 130
Page(s) :
Verso : oui
Image : Hem 130vb.jpg
Transcription : Pour çou vous di ge que nus hom

Ne doit emprendre tel mestier, S'il n'est montés sur bon destrier : C'on est lues du feble abatu. Lors se sont es rens embatu Doi baceler que nommer voel : Mesires Jehans de Moroel Et Mahieus de Monmorenchi ; Cil jousterent, que je le vi, Mout cointement et mout a droit. Mesire Jehans li venoit Tout aussi comme a souhaidier ; Ne quic qu'il eüst chevalier A Hem si jone mix joustant. A tant es vous espouronnant Monsigneur Pieron de Wailli, Qui n'a mie a bonté failli, Ains est du cors bons et vigreus ; De son aaige est-il mout preus. Qui a lui jousta au matin ? Ce fu Jehans de Saint Martin ; Bien jousterent, si com moi sanle. Aprés vint li sires de Chanle, Bien acesmés de biaus adous : « Certes, cis est et biaus et dous », Dist une dame qui fu haut. Ses rens fu prés de l'escafaut Mout plus que le jet d'une piere ; Et mesire Jehans de Piere Part de son renc et mut a li. Or se tenra bien pour fali Jehans de Chanle, s'il ne brise. Quant il ot que dame le prise, De son rench se part tout huant : « Amours », « amours » ! va escriant. Et ses compains plus n'i demeure ; Trois lances brise en petit d'eure Jehans de Canle, et puis s'en part. Mesire Nicoles Donchart Et Jehans de Fenieres meuvent ;

Folio : 131
Page(s) :
Verso : non
Image : Hem 131ra.jpg
Transcription : Nule si fort lance ne truevent

Qu'il ne froissent tout et esmient, Si ke neïs les dames dient : « Cil de Fenieres l'a bien fait. » Doi autre muevent sans lonc plait, C'ainc n'i ot noise ne tençon : C'est Nicoles de Barbençon ; Et Jehans d'Icre, qui mout bel Porte son escu en cantel Et moet contre son jousteour. Li auquant eurent grant paour, Pour çou que cascuns vint si droit, Qu'il ne cukaissent ; car estroit Ert li rens la ou il couroient. De si prés vinrent que il froient, Lour lances brisent et astelent, Et des grans cox lour estincelent Par fine destrece li oel. Mesire Robers de Moroel Vient contre Jehan de Carrois ; Bien acesmés de biaus arrois, Vint jouster mesire Robers. Se la gorgiere et li haubers N'eüst son compaignon tensé, Il li eüst, je cuic, passé Parmi le gorge fer et fust, Que ja arrestés ne li fust. Mesire Robers se maintint Moult bien, et aprés lui en vint Li bons castelains de Biamés : Je pens et croi qu'il fust amés, Ou de damoisele ou de dame, A cel jour, se il n'eüst fame, Qu'il estoit montés bien et haut. Les dames deseur l'escafaut Dient qu'il est mout biaus en armes. Il prent l'escu par les enarmes Et muet contre Gerart de Canle, Qui sour son hiaume ot, che me sanle, Oisiaus vis en une gaiole.

Folio : 131
Page(s) :
Verso : non
Image : Hem 131rb.jpg
Transcription : Lanche roide, ne mie mole,

Ot cascuns mise en son goucet. Li uns et li autres s'esmet Quanque ceval pueent porter ; Grans cox se vont entredonner, Que lour .vj. lances sont froissies. Les dames qui sont apuies O la roïne, dient bien Qu'en ceste jouste ne faut rien ; Bien vienent si com venir doivent. Cil qui en armes se perçoivent Dient et tiemoignent ensanle Que mesire Gerars de Chanle Est bacelers de bon afaire, Et si ne me doi ge pas taire Que Gillars de Nuevile dist Que li castelains, se il vit, Ne puet falir qu'il ne soit preus. Aprés ceus en revienent deus Qui bien coururent lour .iij. lances : L'un connue par ses connissances Qu'il fu fix le conte de Ghines ; Pour voir temoing que il est disnes De porter mance u cuevrechief, Il jousta, se vint bien a chief, Contre le seigneur d'Aveluis. Es lices entra parmi l'uis, Mesire Amaurris de Saint Cler Contre un angle riant et cler, Qui portoit l'escu Nevelon Qui de Molains a le surnon. Li angles venoit noblement Tost et prés et hardiement; Et ses trois lances emploia Si c'onques lance n'en ploia. Aprés vint une jouste dure De Lunés et de le Couture, Et sont andui nommé Jehan Mais cascuns ot si grant ahan Des grans cox qu'il s'entredonerent

Folio : 131
Page(s) :
Verso : oui
Image : Hem 131va.jpg
Transcription : Ça peu qu'il ne s'entr'estonerent ;

Moult longuement lor en fu pis. De chevax, de cors et de pis Vint cil de Luners assanler, Si k'il vous peast bien sanler Qu'il ne doutast vie ne membre (Si me souvient-il bien et membre D'un bon enfant de le Couture), Vie et membres, cors et cheval. Si eskieut Dix men cors de mal, La jouste fu bele à veïr ; Mais ele fu dure a sentir. Aimers de Noevile errant S'en vint sur un destrier corant Contre monsigneur Engherran De Bailluel, qui jousta au Han, Primes an guise d'un malfé. Andoi vienent plus escauffé Que doi lyon u doi lupart ; Cascuns en fist bonne sa part. Mesire Guis de Tor de Mence Jousta aprés, que je n'en mence, De fors lances, grans et plenieres. Gilles ot non de Cenevieres Ses jousteres et ses compains. Mesire Girars de Moilains Et Jehans de Meles jousterent, Qui mout grans cox s'entredonerent. Ensi que la roïne estoit Es eskafaus et regardoit Les bons jousteours et les fors, Si voit venir par de defors .iiij. puceles d'un sanlant ; Lour palefroi furent amblant Et sont si bien faites de taille, Je ne quic mie que j'en faille, Qu'ainc plus beles veïst nus hom. D'un sanlant et d'une façon Sont vestues au fuer d'esté : Blanc cainses bien menu ridé.


Nom du déposant Madeleine Jeay


Auteur Titre Lieu de publication Date de publication
Albert Henry Le Roman du Hem Bruxelles 1939


Listes de personnes : les participants au tournoi du Hem.

Faits relatifs à List:172 — Recherche de pages similaires avec +.
AuteurmonoAlbert Henry +
AutresTournoiement +
CoteBnF fr. 1588 +
Date de publication1939 +
Folio129 +, 130 + et 131 +
IstitutionBibliothèque nationale de France, Manuscrits +
LangueLangue vernaculaire +
Lieu de publicationBruxelles +
ListeListe avec retours à la ligne +
NationFRANCE +
Nom auteurSarrasin +
Nom du déposantMadeleine Jeay +
Periode1275-1300 +
Supportparchemin +
Support 2codex +
TitreLe Roman du Hem +
TitremonoLe Roman du Hem +
Transcription ManuscritDe mout de jent, si com moi sanle. Tantos
De mout de jent, si com moi sanle.

Tantost vinrent jouster ensanle Doi baceler de bon renon : Guilles a li uns a non De Blosevile ; et ses compains, Qui de venir droit ne se faint, A a non Jehans de Jumelés : De ses .iij. lances fist astelés, Qu'il est vigreus et volentieus Et a tous biens faire ententieus. Mesires Wautiers de Sorel Seur .i. mout bel destrier morel Moet contre Pieron de Bailluel ; Mais, puis que je geu eu mailluel, Ne vi chevalier mix venant. Bien fist cascuns son avenant, Qu'il brisierent bien et a point. Dagras de Bourc se plante et joint En l'escu, qu'il jousta après ; Mais ses compains li vint si prés, Que peu fali qu'il ne chuca. Pieres de Molaines ala Bien et chevalereusement Tost et prés et hardiemcnt, Que Sollars ses oncles estoit Prés de li, qui l'amonestoit ; Et il en fist bien çou qu'il dut : Grant cop donna et grant reçut Et brisa deus lances u trois ; De lonc pot on oïr l'escrois Des grans cox k'il donna Dagart. Pierars en fist bone sa part. Li sires de Monmorenchi Vint aprés ceste jouste chi Contre le signeur de Moroel ; Mais je ne vi onques de l'uel Chevalier plus à droit venir. Tex cox se vont entreferir De lour lances seur les blasons

Que de lour lances font tronçons
blasons

Que de lour lances font tronçons +, De la premiere et puis de l'autre ;

S'en
De la premiere et puis de l'autre ;

S'en vint laiens lance sur fautre Quanqu'il puet du cheval sacier. Qui veïst l'escu embrachier Monsigneur Bernart de Morel, Si me doinst Dix çou que je voel, Il li deüst bien souvenir, Qui l'esgardast en son venir Cist vient chevalereusement Ou tout abandonneement Venoit de cors et de cheval. N'aloit mie querant aval Son compaignon ; mais tous jors haut Trois lances brise, riens n'i faut. Il le fist bien, si com moi sanle. Aprés eus jousterent ensanle Mesire Guis de Saleri, Cil de Maignelers contre li, Qui a non mesire Raous ; Il ne poroit estre saous De faire honour et courtoisie. Ses trois lances a emploïes Et bien et bel, je le tiemoins, Qu'il les brisa duskes es poins ; Et ses compains ne fali pas. Aprés s'en vint en es le pas Cil c'on nomme Mahieu de Trie, Courant, que plus ne se detrie, Contre Renaut de Mont Alban. Il n'en ot mie trois au Han, Mien escient, plus biaus de lui. Il estoient mout bel andui ; Et Basins est jones et grans Et est de tous biens faire engrans ; Il est grans et s'est biaus et fors, Bien fais de membres et de cors, Blans et vermax estnil assés, Les cheviaus blons recercelés, Et s'a les iex vairs et rians,

D'eures en autre fourmians.
irs et rians,

D'eures en autre fourmians. +, Biau front, biau nés et bele bouche.

Cele
Biau front, biau nés et bele bouche.

Cele qui est plaisans et douce, Nature, n'i oublia rien ; Et proueche, je vous di bien, L'a retenu de son hostel: De chou li porte bien lox tel Que ja en cambre ni en sale Parole ne bonne ne male Ne vous dira, s'on ne l'araine. Lance ot de sap, non pas de fraisne Et vint contre Mahieu de Trie. « Montauban! » hautement escrie, Et Mahieus crie : « Dant Martin ! » Basins li donne tel tatin C'a peu que tout ne l'estona, Et ses compains li redonna En la pane de l'escu haut. De lour .vj. lances nus ne faut : Dont mout de gent sont mervillié Que cil qui se sont travillié Et sont tenu preu et vaillant Aloient plus souvent faillant Que li jone homme et li novel. Un mot en dist et bon et bel Mesire Gilles de Roisi. Basins jousta à lui aussi A Saint Sepurcre en Alemaigne ; Mais voiant toute le compaingne Basins si graut cop li donna Que seur le cheval l'enversa, Et s'est il vaillans chevaliers. « A foi honnis soit cis mestiers », Dist mesire Gilles adonques, Que cil qui riens n'en firent onques Sont vaillant dès le premier jor : « En cest mestier n'a point d'onnour. » Bien fist Basins son avenant. A tant es- vous esperonant .Ij. chevaliers qui jouster voellent

Si com li autre jouster suelent ;
oellent

Si com li autre jouster suelent ; +, Pour çou vous di ge que nus hom

Ne doit e
Pour çou vous di ge que nus hom

Ne doit emprendre tel mestier, S'il n'est montés sur bon destrier : C'on est lues du feble abatu. Lors se sont es rens embatu Doi baceler que nommer voel : Mesires Jehans de Moroel Et Mahieus de Monmorenchi ; Cil jousterent, que je le vi, Mout cointement et mout a droit. Mesire Jehans li venoit Tout aussi comme a souhaidier ; Ne quic qu'il eüst chevalier A Hem si jone mix joustant. A tant es vous espouronnant Monsigneur Pieron de Wailli, Qui n'a mie a bonté failli, Ains est du cors bons et vigreus ; De son aaige est-il mout preus. Qui a lui jousta au matin ? Ce fu Jehans de Saint Martin ; Bien jousterent, si com moi sanle. Aprés vint li sires de Chanle, Bien acesmés de biaus adous : « Certes, cis est et biaus et dous », Dist une dame qui fu haut. Ses rens fu prés de l'escafaut Mout plus que le jet d'une piere ; Et mesire Jehans de Piere Part de son renc et mut a li. Or se tenra bien pour fali Jehans de Chanle, s'il ne brise. Quant il ot que dame le prise, De son rench se part tout huant : « Amours », « amours » ! va escriant. Et ses compains plus n'i demeure ; Trois lances brise en petit d'eure Jehans de Canle, et puis s'en part. Mesire Nicoles Donchart

Et Jehans de Fenieres meuvent ;
Donchart

Et Jehans de Fenieres meuvent ; +, Nule si fort lance ne truevent

Qu'il ne f
Nule si fort lance ne truevent

Qu'il ne froissent tout et esmient, Si ke neïs les dames dient : « Cil de Fenieres l'a bien fait. » Doi autre muevent sans lonc plait, C'ainc n'i ot noise ne tençon : C'est Nicoles de Barbençon ; Et Jehans d'Icre, qui mout bel Porte son escu en cantel Et moet contre son jousteour. Li auquant eurent grant paour, Pour çou que cascuns vint si droit, Qu'il ne cukaissent ; car estroit Ert li rens la ou il couroient. De si prés vinrent que il froient, Lour lances brisent et astelent, Et des grans cox lour estincelent Par fine destrece li oel. Mesire Robers de Moroel Vient contre Jehan de Carrois ; Bien acesmés de biaus arrois, Vint jouster mesire Robers. Se la gorgiere et li haubers N'eüst son compaignon tensé, Il li eüst, je cuic, passé Parmi le gorge fer et fust, Que ja arrestés ne li fust. Mesire Robers se maintint Moult bien, et aprés lui en vint Li bons castelains de Biamés : Je pens et croi qu'il fust amés, Ou de damoisele ou de dame, A cel jour, se il n'eüst fame, Qu'il estoit montés bien et haut. Les dames deseur l'escafaut Dient qu'il est mout biaus en armes. Il prent l'escu par les enarmes Et muet contre Gerart de Canle, Qui sour son hiaume ot, che me sanle,

Oisiaus vis en une gaiole.
che me sanle,

Oisiaus vis en une gaiole. +, Lanche roide, ne mie mole,

Ot cascuns mis
Lanche roide, ne mie mole,

Ot cascuns mise en son goucet. Li uns et li autres s'esmet Quanque ceval pueent porter ; Grans cox se vont entredonner, Que lour .vj. lances sont froissies. Les dames qui sont apuies O la roïne, dient bien Qu'en ceste jouste ne faut rien ; Bien vienent si com venir doivent. Cil qui en armes se perçoivent Dient et tiemoignent ensanle Que mesire Gerars de Chanle Est bacelers de bon afaire, Et si ne me doi ge pas taire Que Gillars de Nuevile dist Que li castelains, se il vit, Ne puet falir qu'il ne soit preus. Aprés ceus en revienent deus Qui bien coururent lour .iij. lances : L'un connue par ses connissances Qu'il fu fix le conte de Ghines ; Pour voir temoing que il est disnes De porter mance u cuevrechief, Il jousta, se vint bien a chief, Contre le seigneur d'Aveluis. Es lices entra parmi l'uis, Mesire Amaurris de Saint Cler Contre un angle riant et cler, Qui portoit l'escu Nevelon Qui de Molains a le surnon. Li angles venoit noblement Tost et prés et hardiement; Et ses trois lances emploia Si c'onques lance n'en ploia. Aprés vint une jouste dure De Lunés et de le Couture, Et sont andui nommé Jehan Mais cascuns ot si grant ahan

Des grans cox qu'il s'entredonerent
ahan

Des grans cox qu'il s'entredonerent + et Ça peu qu'il ne s'entr'estonerent ;

Moult
Ça peu qu'il ne s'entr'estonerent ;

Moult longuement lor en fu pis. De chevax, de cors et de pis Vint cil de Luners assanler, Si k'il vous peast bien sanler Qu'il ne doutast vie ne membre (Si me souvient-il bien et membre D'un bon enfant de le Couture), Vie et membres, cors et cheval. Si eskieut Dix men cors de mal, La jouste fu bele à veïr ; Mais ele fu dure a sentir. Aimers de Noevile errant S'en vint sur un destrier corant Contre monsigneur Engherran De Bailluel, qui jousta au Han, Primes an guise d'un malfé. Andoi vienent plus escauffé Que doi lyon u doi lupart ; Cascuns en fist bonne sa part. Mesire Guis de Tor de Mence Jousta aprés, que je n'en mence, De fors lances, grans et plenieres. Gilles ot non de Cenevieres Ses jousteres et ses compains. Mesire Girars de Moilains Et Jehans de Meles jousterent, Qui mout grans cox s'entredonerent. Ensi que la roïne estoit Es eskafaus et regardoit Les bons jousteours et les fors, Si voit venir par de defors .iiij. puceles d'un sanlant ; Lour palefroi furent amblant Et sont si bien faites de taille, Je ne quic mie que j'en faille, Qu'ainc plus beles veïst nus hom. D'un sanlant et d'une façon Sont vestues au fuer d'esté :

Blanc cainses bien menu ridé.
uer d'esté : Blanc cainses bien menu ridé. +
TypeImage +
TypologieRomans +
Versonon + et oui +