List:171

De PolimaWiki
Type Image
Nom auteur Jacques Bretel
Titre Le Tournoi de Chauvency
Incipit C'est la li cuens de Lucembourc
Forme de la liste Liste avec retours à la ligne
Periode 1275-1300
Langue Langue vernaculaire
Lieu de production
Pays FRANCE
Région
Espace hors Europe
Chargement de la carte...
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
Typologie Poésie
Autres Tournoiement
Mot clé Poésie, Liste avec retours à la ligne, FRANCE, 1275-1300, Langue vernaculaire



Titre du volume Le tournoi de Chauvency.
Titre de l’article/ partie /chapitre :
Ville
Institution
Cote Manuscrit
Éditeur scientifique : Maurice Delbouille
Date d’édition 1932
Page(s) :
Image : [[Image:|300px]]
Lien image :
Transcription : Pour ce qu’il suet parler a moi

D’armes et de chevalerie Et cognut la bachelerie, Li ai commencié a enquerre Qui fu chascunz, et de quel terre. Lors me respondit Bruiandiaus : « Je cognois grant partie d'iaus. C'est la li cuens de Lucembourc, Chevalier preus et plein d'onor ; Aprés, son frere Walerant, Chevalier preu et compaignant, Gent et cortois et larges assez ». — Bruiant, et cil qui est passez Devant ses dames, a main destre, Qui tant est biaus, qui puet se estre? — Jaquet, c’est Perars de Grilli, A biauté n'a il pas failli, Ni a bonté, ice sachiez. Il est de touz biens entechiez. Et vez dela le signor d'Aixe, Le plus cortois qui jaimais n'aixe, Le plus franc et le plus gentil, Et bien saichiez que ce est cil Qui a toz bons ensaingnemens. C'est la Phelipes li Flamans, Et Florens de Hainnaut encoste, Lez lui, Wautier de Hondescoste ; Cil autre sont tuit Hannuier. Et vez vos la Conrat Warnier, Qui bel desraine son fransois Moitiet romans, moitiet riois ; Entor lui sont li Ausisain, Si est Cuenes de Barquehain; Admes de Lunenges et Ferci, Rogiers de Miriessai ausi. Et vers sez dames, par deça, Cis chevaliers qui la passa, C'est Walerans de Fauquemont ; Lez lui, le signor d'Aspremont ; Renaus de Trie est avec aus, Qui est et gros et grans et biaus ; Et vez la Hanri de Briey, Ourri son frere encoste lui ; Et vez la de Mazei Bekart, Andreu d'Amance et Wichart ; C'est la li Roufous de Nueffville, Uns chevalier qui pou set guile, Si est preus mervilleusement; Mais il li faut planté d'argent ; Vez ci le conte de Chini, Chevaliers de tous biens garni ; Vez la Girard de Loz son frere, Par la foi que je doi mon pere Il est de trop bone maniere. Ce sont Berguignon la deriere ; Ce est Estenes d'Oiseler, Et ce est Simons de Moncler, Li dui frere de Saint-Remei; Et li sires de Faucoingni, Encoste eux, Hugues de Negrez Et Miles de Ronchamp delez. Vez ci de Nuefveille Guiart Et de Cuminieres Colart, Le conte de Sansuerre a destre, Jehan de Prie a sa senestre ; Vez la Hue de Confilont, Et c'est Pieres de Berfromont ; Celui encoste sez maisieres Apele on Jehan de Rosieres. De devant les loges se soivre Joifrois d'Aspremont les grans saus; Ainsi soie je sains et saus ! Musars fust qui le retornast ! Il sambloist bien que il volast Grans piece devant les bannieres. Leiz lui Colart de Cuminieres, Bekart de Marzei et Perart De Remonville qui mout vaut. Joifrois lor escrie « Aspremont », Ainsi fait Perrars « Berfroimont », (3595) Bekars « Vaus » et Colars « Biaurain ». Lors encontrent le chastelain De Bergues en mi lor chemin, Avec lui Baulet de Flechin, Et de Flammains une grant masse Trop volentiers les vous nomasse Mais nes puis mie tos nommer Jamais n'i porroie asener. (v. 302-370)

La ou je parloie plus bel, Venoient parmoi li cembel Henri de Briei et ses freres, Et Guiars de Nuefvile i ere, En costal Jehans de Rosieres, Si fu Colars de Cuminieres, Aubers Tourne et Reniers de Trie Qui que soit bel, ne qui l'anvie, Froissent les routes et departent, En chief des loges avant gardent, Voient Flamain et Hennuiers, Bauduin de Brichecourt premiers, Wautier de Hondescort aprés : Cil dui sont de bien faire engrés. Aprés vint Cendrars de Hauci, Li Blons escriant « Montigni », Simars de Lalain, qui d'amors Seit les respons et les clamors Et quanque au mestier afiert. Li une route l’autre fiert Si rustement que nuls escrois Ne poïst faire tel effrois. Qui veïst Hanri de Briei Contre Leblont de Montignei, L’un assaillir, l’autre desfendre, Chascuns vieut son cheval chier vendre, Ains qui le perde, se il puet. Guiars de Nuefvile s'esmuet, Qui Aubers d'Orne avec lui mainne ; A haute vois escrïent « Vianne », Sandras « Hauci », Simars « Lalain », Bauduins « Douai », Colars « Biausrain », Reniers « Prini », Jehans « Rosieres ». La furent les mellees fieres. (v. 3905-3939)

Je me levai de la ou six Pour remonter avant un pou, Si fui mout liez quant veoir pou Cex qui venoient lez galos. Li premiers fu Girars de Los, Li autres Simon de Moncler, Li tiers Estenes d'Oiseler ; Joifrois de Nuefvile i estoit, Mais la nuit vient qui nous ostoit, A conoistre le remanent Et cex qui estoient venant Encontre ex qui les assaillirent. Si gaiagnerent et perdirent, La ot fait d'armes a toison. A haute vois escrioit on : « Los ! Chini ! Aixe, ! Aspremont ! Passe-avant ! Boloigne ! Blanmont ! Lambour ! Hainnau ! Monjoie ! Aras ! Hastat ! La fu Warnier Conrat ! (v. 4080-4098)


Nom du déposant Madeleine Jeay

Liste de personnes. Basée sur un vrai tournoi tenu en 1285, organisé par Louis de Looz, comte de Chiny, la pièce offre trois listes de participants avec leurs cris.

Faits relatifs à List:171 — Recherche de pages similaires avec +.
AutresTournoiement +
Date d’édition1932 +
IncipitC'est la li cuens de Lucembourc +
LangueLangue vernaculaire +
ListeListe avec retours à la ligne +
NationFRANCE +
Nom auteurJacques Bretel +
Nom du déposantMadeleine Jeay +
Periode1275-1300 +
TitreLe Tournoi de Chauvency +
Titre du volumeLe tournoi de Chauvency. +
TrascriptionPour ce qu’il suet parler a moi D’armes et
Pour ce qu’il suet parler a moi

D’armes et de chevalerie Et cognut la bachelerie, Li ai commencié a enquerre Qui fu chascunz, et de quel terre. Lors me respondit Bruiandiaus : « Je cognois grant partie d'iaus. C'est la li cuens de Lucembourc, Chevalier preus et plein d'onor ; Aprés, son frere Walerant, Chevalier preu et compaignant, Gent et cortois et larges assez ». — Bruiant, et cil qui est passez Devant ses dames, a main destre, Qui tant est biaus, qui puet se estre? — Jaquet, c’est Perars de Grilli, A biauté n'a il pas failli, Ni a bonté, ice sachiez. Il est de touz biens entechiez. Et vez dela le signor d'Aixe, Le plus cortois qui jaimais n'aixe, Le plus franc et le plus gentil, Et bien saichiez que ce est cil Qui a toz bons ensaingnemens. C'est la Phelipes li Flamans, Et Florens de Hainnaut encoste, Lez lui, Wautier de Hondescoste ; Cil autre sont tuit Hannuier. Et vez vos la Conrat Warnier, Qui bel desraine son fransois Moitiet romans, moitiet riois ; Entor lui sont li Ausisain, Si est Cuenes de Barquehain; Admes de Lunenges et Ferci, Rogiers de Miriessai ausi. Et vers sez dames, par deça, Cis chevaliers qui la passa, C'est Walerans de Fauquemont ; Lez lui, le signor d'Aspremont ; Renaus de Trie est avec aus, Qui est et gros et grans et biaus ; Et vez la Hanri de Briey, Ourri son frere encoste lui ; Et vez la de Mazei Bekart, Andreu d'Amance et Wichart ; C'est la li Roufous de Nueffville, Uns chevalier qui pou set guile, Si est preus mervilleusement; Mais il li faut planté d'argent ; Vez ci le conte de Chini, Chevaliers de tous biens garni ; Vez la Girard de Loz son frere, Par la foi que je doi mon pere Il est de trop bone maniere. Ce sont Berguignon la deriere ; Ce est Estenes d'Oiseler, Et ce est Simons de Moncler, Li dui frere de Saint-Remei; Et li sires de Faucoingni, Encoste eux, Hugues de Negrez Et Miles de Ronchamp delez. Vez ci de Nuefveille Guiart Et de Cuminieres Colart, Le conte de Sansuerre a destre, Jehan de Prie a sa senestre ; Vez la Hue de Confilont, Et c'est Pieres de Berfromont ; Celui encoste sez maisieres Apele on Jehan de Rosieres. De devant les loges se soivre Joifrois d'Aspremont les grans saus; Ainsi soie je sains et saus ! Musars fust qui le retornast ! Il sambloist bien que il volast Grans piece devant les bannieres. Leiz lui Colart de Cuminieres, Bekart de Marzei et Perart De Remonville qui mout vaut. Joifrois lor escrie « Aspremont », Ainsi fait Perrars « Berfroimont », (3595) Bekars « Vaus » et Colars « Biaurain ». Lors encontrent le chastelain De Bergues en mi lor chemin, Avec lui Baulet de Flechin, Et de Flammains une grant masse Trop volentiers les vous nomasse Mais nes puis mie tos nommer Jamais n'i porroie asener. (v. 302-370)

La ou je parloie plus bel, Venoient parmoi li cembel Henri de Briei et ses freres, Et Guiars de Nuefvile i ere, En costal Jehans de Rosieres, Si fu Colars de Cuminieres, Aubers Tourne et Reniers de Trie Qui que soit bel, ne qui l'anvie, Froissent les routes et departent, En chief des loges avant gardent, Voient Flamain et Hennuiers, Bauduin de Brichecourt premiers, Wautier de Hondescort aprés : Cil dui sont de bien faire engrés. Aprés vint Cendrars de Hauci, Li Blons escriant « Montigni », Simars de Lalain, qui d'amors Seit les respons et les clamors Et quanque au mestier afiert. Li une route l’autre fiert Si rustement que nuls escrois Ne poïst faire tel effrois. Qui veïst Hanri de Briei Contre Leblont de Montignei, L’un assaillir, l’autre desfendre, Chascuns vieut son cheval chier vendre, Ains qui le perde, se il puet. Guiars de Nuefvile s'esmuet, Qui Aubers d'Orne avec lui mainne ; A haute vois escrïent « Vianne », Sandras « Hauci », Simars « Lalain », Bauduins « Douai », Colars « Biausrain », Reniers « Prini », Jehans « Rosieres ». La furent les mellees fieres. (v. 3905-3939)

Je me levai de la ou six Pour remonter avant un pou, Si fui mout liez quant veoir pou Cex qui venoient lez galos. Li premiers fu Girars de Los, Li autres Simon de Moncler, Li tiers Estenes d'Oiseler ; Joifrois de Nuefvile i estoit, Mais la nuit vient qui nous ostoit, A conoistre le remanent Et cex qui estoient venant Encontre ex qui les assaillirent. Si gaiagnerent et perdirent, La ot fait d'armes a toison. A haute vois escrioit on : « Los ! Chini ! Aixe, ! Aspremont ! Passe-avant ! Boloigne ! Blanmont ! Lambour ! Hainnau ! Monjoie ! Aras ! Hastat ! La fu Warnier Conrat !

(v. 4080-4098)
at ! La fu Warnier Conrat ! (v. 4080-4098) +
TypeImage +
TypologiePoésie +
ÉditeurMaurice Delbouille +