List:170

De PolimaWiki
Type Image
Nom auteur Anonyme
Titre Le tornoiement aus dames
Incipit La bone dame de Braibant
Forme de la liste Liste avec retours à la ligne
Periode 1225-1250
Langue Langue vernaculaire
Lieu de production
Pays FRANCE
Région
Espace hors Europe
Chargement de la carte...
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
Typologie Textes littéraires
Autres Tournoiement
Mot clé Textes littéraires, Liste avec retours à la ligne, FRANCE, 1225-1250, Langue vernaculaire



Ville PARIS
Institution Bibliothèque nationale de France, Manuscrits
Cote Manuscrit BnF fr. 837
Support (matière) parchemin
Support (forme) codex
Support (commentaire)
Folio 75
Page
Verso non
Image Tornoiement 76rb.jpg
Transcription A cel tens que chevalerie

Est par tout le monde perie, Que nus n'ose mes tornoier Tant sont couart li chevalier, Que les dames en sont hardies, Durement en sont esbaudies : Dient lor seignor sont provoire, Il tienent lor sene a Montoire, A Orliens et a Baugenssis, A Compiengne, a Miaus, a Senlis, S'en vont por despendre le lor, Ne ja n'i auront autre honor. Bien ont alé par le païs Un an si com lor est avis ; Onques .i. jor ne tornoierent, Ne desus hiaume ne se fierent. Grant despit en ont entr'aus pris Les dames qui sont de grant pris.

Folio : 75
Page(s) :
Verso : oui
Image : Tornoiement 75va.jpg
Transcription : Primes manda tornoiement

La bone dame de Braibant Et la contesse de Grantpré Qui bien sert amors à son gré. Et la contesse de Forois I vint a moult riche conrois, Cele de Bar et de Roussi La contesse d'Artois ausi. Trestoz li mons les regardoit, Et chascons moult se merveilloit Ou eles voloient errer. Qui veïst les destriers aler Aprés eles enz el chemin, Il ne cuidast en nule fin Que tant en peüssent avoir. Et quant ce vint a l'esmovoir Des autres dames du païs Qui moult estoient de grant pris, C'estoit merveilles a bon voir, Toz li mons les aloit veoir. Quant trestoutes furent ensanble, Ce fu merveilles, ce me sanble, Comment Soissons le pot souffrir, Qu'il nes en covint departir. Celes de Braibant i revienent Qui bones et beles cors tienent: Quant un jor furent en la vile, Ne voudrent pas servir de guile, Ainz s'en issirent fors aus chans Les plus sages de grant porpans Por miex atorner lor afere, Quar ainsi le covint a fere Selonc coustume de tornoi. Sachiez que là ot grant desroi La ou tantes granz dames furent. Et quant toutes aus chans s'esmurent, Si se virent moult poi de gent. Moult se contindrent bel et gent Du tournoiement efforcier. Primes parla au commencier La contesse d'Anjou sachanz, Et dist, ci a moult de vaillanz Dames qui sont d'estrange terre, Qui por pris et por los conquerre Vindrent a cest tornoiement, Et je ne voi mie comment Nous puissons avoir le tornoi, Si vous dirai reson por qoi. Poi i a de ceus de Braibant, Mes fesons crier nostre bant

Folio : 75
Page(s) :
Verso : oui
Image : Tornoiement 75vb.jpg
Transcription : Qu'a grant joie et a grant deduit

S'en revoisent toutes et tuit A Miaus a .XV. jors tout droit. Et por ce que teus i vendroit Qui n'est pas ore ci venue, Dont ert la chose miex tenue A grant afere et aus Norois; Et si l'orront dire François, Si leront les dames venir Por nostre afere miex tenir Et por loer miex nostre fet, Dont dient toutes c'est bien fet. Atant s'en vont a lor osteus, Et s'en i ot assez de teus Qui pesa de la departie Que si demoroit l'aatie. Toutes voies l'estut souffrir Et aus plus granz dames tenir De qoi movoir toz li renons. Lendemain partent de Soissons, Si s'en alerent droit au jor Qui mis i estoit sanz sejor. Tels chose qui n'est pas celee Fu tost seü par la contreetesses et des roïnes. Les merveilles, les aatines Que les dames fet s'entr'avoient, Por .i. petit que ne dervoient De ce que n'i orent estees. Mes moult se sont reconfortees Du tornoiement qui doit estre Si que moult bien i pueent estre. Adonc s'atorna de premiers La bone dame de Poitiers Et la dame de Maubuisson, Et des autres moult grant fuison Que nous ne savons pas nommer. Cele qui moult fet a amer Et qui moult est cortoise et sage, Bien le doit estre par lingnage, C'est la contesse de Bretaingne Qui bien atorna son ouvraingne. Sa fille la dame de Blois Si s'en revint à grant noblois, De Dreues, s'est bien atornee La contesse, et si a mandee Toutes ses dames sanz eschars Qu'eles viegnent dedenz les chars, Qu'ainsi, ce dist, le voudra fere Por plus le beuban contrefere.

Folio : 76
Page(s) :
Verso : non
Image : Tornoiement 76ra.jpg
Transcription : Ainsi le firent quant le vost,

A li s'en sont venues tost. Adont i vint, que oublions, La visdame de Charlions Et la dame de Marcilli, Li et la dame de Foisi, S'i vint la dame de Seilli Et la dame de Limeilli, La viscontesse de Linieres, Et si amena ,ij. banieres, Dont vint la dame d'Andresel Appareillie bien et bel. Quant furent en la vile toutes, Merveilles i avoit de routes. Le jor meïsme s'en issirent Que le droit tornoiement firent. Lors dist la roïne de France Qui devant les autres se lance, Que bien seroit droiz et resons Que nous .ij. discors fesons Qui la chose deviseront, Ne nul mal n'i regarderont, Ainz en diront la verité Si que ja n'en seront reté, Dont respondent toutes ensanble : « Vous dites moult bien, ce nous sanble ». Adonques s'atornerent toutes Et deviserent bien lor routes, Adonques n'i ot qu'a jouter. Premiere se vont assanbler La chevalereuse de France Qui en ses poins tint une lance, Où il avoit .i. pingnoncel Des armes de France moult bel. Le champ des armes ert d'azur Semez de flors por plus seür Estre connue la roïne. L'autre qui n'ert pas orfeline, Qui roïne de Navarre ert, S'en ist sor .i. cheval couvert De couverture mi partie : De Navarre ert l'une partie, Et de Champaigne refu l'autre. Adonc s'en vint lance sor fautre Contre cele de l'autre part. Et cele des rans se depart, Moult durement s'en vint encontre, Entr'eles font si dur encontre, Que les lances sont peçoiees. Adonc desrengent lor mesnies

Folio : 76
Page(s) :
Verso : non
Image : Tornoiement 76rb.jpg
Transcription : De la partie d'ambed.ij.,

Toutes s'arestent sor eus .ij.. Moult tres durement se travaillent, De desus ces .ij. dames maillent. Quant les autres routes revienent, .ij. dames qui moult grant leu tienent, L'une contre l'autre desrangent Des .ij. dames qui pas ne changent, Ainz s'entrevienent duremant L'Englesche et cele de Braibant Qui tant par sont chevalereuses, Et d'aquerre honor desirreuses. Moult tres cruelment se hurterent, Si qu'an.ij. a terre volerent Si cruelment que c'est merveille. Ne veïstes onques pareille Meslee qu'a ceste aferist : A grant merveille la tenist. Les autres s'entrevienent tost, Vous deïssiez ce fust .i. ost. La roïne d'Escose i vint Qui en sa route ot .iiiixx. De dames moult chevalereuses ; Celes vienent, ne sont douteuses Assanbler a eus liemant. C'est la duchoise la vaillant Que tient la terre et le païs, Dont assanblent, ce m'est avis, Entr'eles .ij. moult fierement, Si se fierent communement, Ne s'entrepargnierent de rien. Veraiement vous di-je bien Que s'entr'abatent des chevaus. Eles cheïrent en .ij. vaus Ambes .ij., mes pas n'aresta La duchoise qu'el ne monta Et cort a la roïne sus, Grant cop li done de desus Le hiaume qu'ele ot en sa teste, Tant que par force et sanz arreste Li a fet fiancier prison, Se cele nuit en sa meson Sa raençon ne li envoie. Cele sor sa foi li otroie, Adonc se departirent lors, Et la roïne traisent hors Sa gent por reprendre s'alaine. Au tornoi sa route ramaine, D'Anjou la nobile contesse Qui lor a fet bele promesse

Folio : 76
Page(s) :
Verso : oui
Image : Tornoiement 76va.jpg
Transcription : De doner lor maint riche don.

Adonc s'en vienent a bandon Celes de Gueille contre ces, Mes moult i orent maus retres, Que cele d'Anjou prist lor dame Qui moult estoit cortoise fame. Malement furent recueillies, Ceus d'Anjou les ont assaillies, Ses pristrent moult mal a mener. Celes de Gueille qui mener S'i vit issi vilainement, Dont s'esforça moult malement Tant que sa route retorna Et que ceus dela dessevra, Moult vilainement les menerent. Ceus d'Anjou se desconforterent Comme se virent reüser, Et toute lor prouece user. Adonques misent tout pour tout, Eles misent ensanble tout Le pooir que porent avoir.

Ici poez-vous bien savoir

Que ceus de Gueille ont mal menees Et vilainement démenées ; Que cele d'Anjou prist lor dame Qui moult estoit cortoise fame, Se li a fet lors fiancier Prison, et por plus essaucier, Se feri es greignors meslees. Adonc se sont entremeslees .ij. dames qui moult sont proisies, Et qui de cuer sont envoisies. Blanche de Bretaingne fu l'une, L'autre qui de bien ert commune, Estoit de Cleves dame riche. Durement es estriers s'afiche, Tout maintenant se desrengierent, Et au venir si fort se fierent Que li cheval sont descenglé, Que par pou se sont estranglé. Granz cops se vont entredoner, Bien se vuelent abandoner Et souffrir dolor et martire Por avoir l'onor, la matire, Si font les autres volentiers. Dont vint la dame de Poitiers, Contre li vint cele de Blois, Quar ele tint aus Champenois. La meslee fu fort et dure, Et li tornois longuement dure.

Folio : 76
Page(s) :
Verso : oui
Image : Tornoiement 76vb.jpg
Transcription : Plus longue riote n'i fais,

Toutes assanblent a .i. fais, Et chascune ala a son droit Si comme il est resons et droit. Quant furent en une pelote, Qui la fust, si oïst tel note Qu'eles fesoient desus hiaumes, Miex vaut a oïr que .vij. siaumes. Moult durement se domagierent Et moult forment se ledengierent ; C'estoit merveilles a veïr, Qui veïst les unes fuir, Les autres durement chacier, Et teles i ot manecier. Au pardestroit au departir Covint ceus de France partir De la plaqe tout maugré aus. La place si fu communaus De ceus de Champaigne la fine. La contesse cortoise et fine Demonstre sa proece noble : L'espee que tint fu moult noble. Ele s'embat parmi les lices, De quatre lances fist esclices. Que vous diroie ? Plus n'i a, C'est cele qui le pris en a. Vraiement a trestout vaincu, Bien i parut a son escu Et au cisne que li donerent Li hiraut qui s'abandonerent A ce qu'il l'en donent l'onor, Et ele fist moult grant honor A toutes celes qui esturent. Por li toutes semonsses furent, Lendemain matin au mengier, Eles n'en firent nul dangier, Ainz s'en vindrent a son ostel Ou ele dona mengier tel Que teus ne fu, ce m'est avis. Lendemain vont en lor païs, Quar trop sont iluec sejornees. Or vous ai les resons contees Par qoi fu le tornoiement. Ici faut le definement. EXPLICIT LE TORNOIEMENT AUS DAMES.


Nom du déposant Madeleine Jeay


Auteur Titre Lieu de publication Date de publication
M. Méon Nouveau recueil de fabliaux et contes inédits, des poètes français des XIIe, XIIIe, XIVe et XVe siècles Paris 1823


Liste de personnes: les dames qui s'affrontent lors d'un tournoi pour faire honte aux chevaliers qui ont perdu leur valeur.

Faits relatifs à List:170 — Recherche de pages similaires avec +.
AuteurmonoM. Méon +
AutresTournoiement +
CoteBnF fr. 837 +
Date de publication1823 +
Folio75 + et 76 +
IncipitLa bone dame de Braibant +
IstitutionBibliothèque nationale de France, Manuscrits +
LangueLangue vernaculaire +
Lieu de publicationParis +
ListeListe avec retours à la ligne +
NationFRANCE +
Nom auteurAnonyme +
Nom du déposantMadeleine Jeay +
Periode1225-1250 +
Supportparchemin +
Support 2codex +
TitreLe tornoiement aus dames +
TitremonoNouveau recueil de fabliaux et contes inédits, des poètes français des XIIe, XIIIe, XIVe et XVe siècles +
TranscriptionA cel tens que chevalerie Est par tout le
A cel tens que chevalerie

Est par tout le monde perie, Que nus n'ose mes tornoier Tant sont couart li chevalier, Que les dames en sont hardies, Durement en sont esbaudies : Dient lor seignor sont provoire, Il tienent lor sene a Montoire, A Orliens et a Baugenssis, A Compiengne, a Miaus, a Senlis, S'en vont por despendre le lor, Ne ja n'i auront autre honor. Bien ont alé par le païs Un an si com lor est avis ; Onques .i. jor ne tornoierent, Ne desus hiaume ne se fierent. Grant despit en ont entr'aus pris

Les dames qui sont de grant pris.
us pris Les dames qui sont de grant pris. +
Transcription ManuscritPrimes manda tornoiement La bone dame de
Primes manda tornoiement

La bone dame de Braibant Et la contesse de Grantpré Qui bien sert amors à son gré. Et la contesse de Forois I vint a moult riche conrois, Cele de Bar et de Roussi La contesse d'Artois ausi. Trestoz li mons les regardoit, Et chascons moult se merveilloit Ou eles voloient errer. Qui veïst les destriers aler Aprés eles enz el chemin, Il ne cuidast en nule fin Que tant en peüssent avoir. Et quant ce vint a l'esmovoir Des autres dames du païs Qui moult estoient de grant pris, C'estoit merveilles a bon voir, Toz li mons les aloit veoir. Quant trestoutes furent ensanble, Ce fu merveilles, ce me sanble, Comment Soissons le pot souffrir, Qu'il nes en covint departir. Celes de Braibant i revienent Qui bones et beles cors tienent: Quant un jor furent en la vile, Ne voudrent pas servir de guile, Ainz s'en issirent fors aus chans Les plus sages de grant porpans Por miex atorner lor afere, Quar ainsi le covint a fere Selonc coustume de tornoi. Sachiez que là ot grant desroi La ou tantes granz dames furent. Et quant toutes aus chans s'esmurent, Si se virent moult poi de gent. Moult se contindrent bel et gent Du tournoiement efforcier. Primes parla au commencier La contesse d'Anjou sachanz, Et dist, ci a moult de vaillanz Dames qui sont d'estrange terre, Qui por pris et por los conquerre Vindrent a cest tornoiement, Et je ne voi mie comment Nous puissons avoir le tornoi, Si vous dirai reson por qoi. Poi i a de ceus de Braibant,

Mes fesons crier nostre bant
de Braibant,

Mes fesons crier nostre bant +, Qu'a grant joie et a grant deduit

S'en re
Qu'a grant joie et a grant deduit

S'en revoisent toutes et tuit A Miaus a .XV. jors tout droit. Et por ce que teus i vendroit Qui n'est pas ore ci venue, Dont ert la chose miex tenue A grant afere et aus Norois; Et si l'orront dire François, Si leront les dames venir Por nostre afere miex tenir Et por loer miex nostre fet, Dont dient toutes c'est bien fet. Atant s'en vont a lor osteus, Et s'en i ot assez de teus Qui pesa de la departie Que si demoroit l'aatie. Toutes voies l'estut souffrir Et aus plus granz dames tenir De qoi movoir toz li renons. Lendemain partent de Soissons, Si s'en alerent droit au jor Qui mis i estoit sanz sejor. Tels chose qui n'est pas celee Fu tost seü par la contreetesses et des roïnes. Les merveilles, les aatines Que les dames fet s'entr'avoient, Por .i. petit que ne dervoient De ce que n'i orent estees. Mes moult se sont reconfortees Du tornoiement qui doit estre Si que moult bien i pueent estre. Adonc s'atorna de premiers La bone dame de Poitiers Et la dame de Maubuisson, Et des autres moult grant fuison Que nous ne savons pas nommer. Cele qui moult fet a amer Et qui moult est cortoise et sage, Bien le doit estre par lingnage, C'est la contesse de Bretaingne Qui bien atorna son ouvraingne. Sa fille la dame de Blois Si s'en revint à grant noblois, De Dreues, s'est bien atornee La contesse, et si a mandee Toutes ses dames sanz eschars Qu'eles viegnent dedenz les chars, Qu'ainsi, ce dist, le voudra fere

Por plus le beuban contrefere.
voudra fere

Por plus le beuban contrefere. +, Ainsi le firent quant le vost,

A li s'en
Ainsi le firent quant le vost,

A li s'en sont venues tost. Adont i vint, que oublions, La visdame de Charlions Et la dame de Marcilli, Li et la dame de Foisi, S'i vint la dame de Seilli Et la dame de Limeilli, La viscontesse de Linieres, Et si amena ,ij. banieres, Dont vint la dame d'Andresel Appareillie bien et bel. Quant furent en la vile toutes, Merveilles i avoit de routes. Le jor meïsme s'en issirent Que le droit tornoiement firent. Lors dist la roïne de France Qui devant les autres se lance, Que bien seroit droiz et resons Que nous .ij. discors fesons Qui la chose deviseront, Ne nul mal n'i regarderont, Ainz en diront la verité Si que ja n'en seront reté, Dont respondent toutes ensanble : « Vous dites moult bien, ce nous sanble ». Adonques s'atornerent toutes Et deviserent bien lor routes, Adonques n'i ot qu'a jouter. Premiere se vont assanbler La chevalereuse de France Qui en ses poins tint une lance, Où il avoit .i. pingnoncel Des armes de France moult bel. Le champ des armes ert d'azur Semez de flors por plus seür Estre connue la roïne. L'autre qui n'ert pas orfeline, Qui roïne de Navarre ert, S'en ist sor .i. cheval couvert De couverture mi partie : De Navarre ert l'une partie, Et de Champaigne refu l'autre. Adonc s'en vint lance sor fautre Contre cele de l'autre part. Et cele des rans se depart, Moult durement s'en vint encontre, Entr'eles font si dur encontre, Que les lances sont peçoiees.

Adonc desrengent lor mesnies
ont peçoiees.

Adonc desrengent lor mesnies +, De la partie d'ambed.ij.,

Toutes s'areste
De la partie d'ambed.ij.,

Toutes s'arestent sor eus .ij.. Moult tres durement se travaillent, De desus ces .ij. dames maillent. Quant les autres routes revienent, .ij. dames qui moult grant leu tienent, L'une contre l'autre desrangent Des .ij. dames qui pas ne changent, Ainz s'entrevienent duremant L'Englesche et cele de Braibant Qui tant par sont chevalereuses, Et d'aquerre honor desirreuses. Moult tres cruelment se hurterent, Si qu'an.ij. a terre volerent Si cruelment que c'est merveille. Ne veïstes onques pareille Meslee qu'a ceste aferist : A grant merveille la tenist. Les autres s'entrevienent tost, Vous deïssiez ce fust .i. ost. La roïne d'Escose i vint Qui en sa route ot .iiiixx. De dames moult chevalereuses ; Celes vienent, ne sont douteuses Assanbler a eus liemant. C'est la duchoise la vaillant Que tient la terre et le païs, Dont assanblent, ce m'est avis, Entr'eles .ij. moult fierement, Si se fierent communement, Ne s'entrepargnierent de rien. Veraiement vous di-je bien Que s'entr'abatent des chevaus. Eles cheïrent en .ij. vaus Ambes .ij., mes pas n'aresta La duchoise qu'el ne monta Et cort a la roïne sus, Grant cop li done de desus Le hiaume qu'ele ot en sa teste, Tant que par force et sanz arreste Li a fet fiancier prison, Se cele nuit en sa meson Sa raençon ne li envoie. Cele sor sa foi li otroie, Adonc se departirent lors, Et la roïne traisent hors Sa gent por reprendre s'alaine. Au tornoi sa route ramaine, D'Anjou la nobile contesse

Qui lor a fet bele promesse
bile contesse

Qui lor a fet bele promesse +, De doner lor maint riche don.

Adonc s'en
De doner lor maint riche don.

Adonc s'en vienent a bandon Celes de Gueille contre ces, Mes moult i orent maus retres, Que cele d'Anjou prist lor dame Qui moult estoit cortoise fame. Malement furent recueillies, Ceus d'Anjou les ont assaillies, Ses pristrent moult mal a mener. Celes de Gueille qui mener S'i vit issi vilainement, Dont s'esforça moult malement Tant que sa route retorna Et que ceus dela dessevra, Moult vilainement les menerent. Ceus d'Anjou se desconforterent Comme se virent reüser, Et toute lor prouece user. Adonques misent tout pour tout, Eles misent ensanble tout Le pooir que porent avoir.

Ici poez-vous bien savoir

Que ceus de Gueille ont mal menees Et vilainement démenées ; Que cele d'Anjou prist lor dame Qui moult estoit cortoise fame, Se li a fet lors fiancier Prison, et por plus essaucier, Se feri es greignors meslees. Adonc se sont entremeslees .ij. dames qui moult sont proisies, Et qui de cuer sont envoisies. Blanche de Bretaingne fu l'une, L'autre qui de bien ert commune, Estoit de Cleves dame riche. Durement es estriers s'afiche, Tout maintenant se desrengierent, Et au venir si fort se fierent Que li cheval sont descenglé, Que par pou se sont estranglé. Granz cops se vont entredoner, Bien se vuelent abandoner Et souffrir dolor et martire Por avoir l'onor, la matire, Si font les autres volentiers. Dont vint la dame de Poitiers, Contre li vint cele de Blois, Quar ele tint aus Champenois. La meslee fu fort et dure,

Et li tornois longuement dure.
t et dure,

Et li tornois longuement dure. + et Plus longue riote n'i fais,

Toutes assanb
Plus longue riote n'i fais,

Toutes assanblent a .i. fais, Et chascune ala a son droit Si comme il est resons et droit. Quant furent en une pelote, Qui la fust, si oïst tel note Qu'eles fesoient desus hiaumes, Miex vaut a oïr que .vij. siaumes. Moult durement se domagierent Et moult forment se ledengierent ; C'estoit merveilles a veïr, Qui veïst les unes fuir, Les autres durement chacier, Et teles i ot manecier. Au pardestroit au departir Covint ceus de France partir De la plaqe tout maugré aus. La place si fu communaus De ceus de Champaigne la fine. La contesse cortoise et fine Demonstre sa proece noble : L'espee que tint fu moult noble. Ele s'embat parmi les lices, De quatre lances fist esclices. Que vous diroie ? Plus n'i a, C'est cele qui le pris en a. Vraiement a trestout vaincu, Bien i parut a son escu Et au cisne que li donerent Li hiraut qui s'abandonerent A ce qu'il l'en donent l'onor, Et ele fist moult grant honor A toutes celes qui esturent. Por li toutes semonsses furent, Lendemain matin au mengier, Eles n'en firent nul dangier, Ainz s'en vindrent a son ostel Ou ele dona mengier tel Que teus ne fu, ce m'est avis. Lendemain vont en lor païs, Quar trop sont iluec sejornees. Or vous ai les resons contees Par qoi fu le tornoiement. Ici faut le definement.

EXPLICIT LE TORNOIEMENT AUS DAMES.
nement. EXPLICIT LE TORNOIEMENT AUS DAMES. +
TypeImage +
TypologieTextes littéraires +
Versonon + et oui +