List:158

De PolimaWiki
Type Image
Nom auteur Anonyme
Titre Le Dit des monstiers
Incipit J’ay commencié a Nostre Dame
Forme de la liste Liste avec retours à la ligne
Periode 1275-1300
Langue Langue vernaculaire
Lieu de production
Pays FRANCE
Région
Espace hors Europe
Chargement de la carte...
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
Typologie Dits et fabliaux
Autres
Mot clé Dits et fabliaux, Liste avec retours à la ligne, FRANCE, 1275-1300, Langue vernaculaire



Ville PARIS
Institution Bibliothèque nationale de France, Manuscrits
Cote Manuscrit BnF fr. 12483
Support (matière) parchemin
Support (forme) codex
Support (commentaire)
Folio 127
Page
Verso non
Image Monstiers 127ra.jpg
Transcription Pour ce que j’ai fet mencïon

Des eglises ou devocion Est plus monstree qu’en autre lieu, Quar la repose li cors Dieu, Des monstiers qui a Paris sont Et de quiex sains il feste font, Les lieus vous dirai et le nombre, S’a nombrer Sathan ne m’encombre. Un gentil homme m’otroia Son hostel, et si me proia Que je pour s’amour tant feïsse Que trestous les monstiers meïsse De Paris en rime et en dit. Isnelement, sans contredit, Pour l’amour de lui m’entremis, Si les ai tous en rime mis. J’ay commencié a Nostre Dame, Qui nous sauve et gart cors et ame, Pour ce que c’est la mere esglise De Paris. Aprés, de ma guise, Pres le monstier Saint-Johan-le-Ront : Entre euz deuz n’a ne val ne mont ; Et aprés Saint Denis du Pas Ne Saint Aignien n’oubliie pas, Et puis la chapele as noctaires, Ou il repaire mains vicaires. Et puis aprés la Maison Dieu De Paris, ou a digne lieu. En Rue Noive, pas ne grieve, Le monstier Sainte Genevieve La Petite, que je ne faille. Devant celle esglise, sans faille, Vent on chapons, gelines, cos, Perdris, plouviers et vuidecos. Aprés le monstier Saint Christofle, Qui de l’amour Dieu fist son coffre Quant le porta outre la mer : Servir le devons et amer. Entour vent on fourmages, oefs. Pres d’ilec siet Saint Pierre as Buefz Et le monstier Sainte Marine Qui ne siet pas sur la marine. C’est veritez que je vous di.

Folio : 127
Page(s) :
Verso : non
Image : Monstiers 127rb.jpg
Transcription : [[Transcription_Manuscrit::Et puis aprés la Magdalainne

Qui vers Dieu ne fu pas vilainne : De ses larmes ses piez lava, De ses pechiez Dieu la lava. Aussi nous veille il pardonner Les nos et sa grace donner ! Folz est qui sa grace n’achate. Aprés Saint Denis de la Chartre, Aprés est Saint Symphorien En une place seant bien Ou bout de la Peleterie : Devant fait on boulengerie. Et ou bout de la rue aus Fevres Ou il demeure pou d’orfevres Qui facent calices ne crois : La siet le monstier Sainte Crois, Aprés Saint Pierre des Arsis, Entre les Drapiers est assiz. Et Saint Mathyas siet aprés Qui des Savetiers est bien pres : Plusieurs sont si paroissïen, Que c’est un monstier ancïen. Et Saint Germain, que que nus die Le Viel, siet prés de l’Orberie, Et puis le monstier Saint Michiel, Qui nous conduise tous ou ciel. Puis le monstier a un cors saint, Saint Eloy ou malade et sain Vont souvent nus piez et deschaus, Qu’il est mires et mareschaus De mainte cruel maladie : Ne croy que nus [nul] mal en die. Pres d’ilec siet une chapele Qui moult est digne et riche et bele :: C’est la chapele nostre roy Ou de biauté a grant arroy Et de richesse ; y a grant masse De reliques en une chasse As quiex l’en doit porter honneur Pour l’amour de nostre Seignieur ; Sa crois, sa coronne et li cleu Laiens sont mis en noble lieu, Et si i sert on noblement Dieu]]

Folio : 127
Page(s) :
Verso : oui
Image : Monstiers 127vc.jpg
Transcription : Qui siet devant le grant Palais;

Mes cheüs est, donc est plus lais: C’est veritez que vous despont. Or m’en iray outre le pont Pour des autres monstiers trouver Que l’en ne puisse reprouver Quar s’en mon dit faille de rien. Premiers trouverez Saint Julien Le Povre, et bien ai regardé Que maint compaignon a gardé De mort, ce n’est pas mesprison, Et d’estre en vilainne prison ; Il les herberge et si les tence : De herbergier a la poissance. Et puis la chapele Saint Blaive, Qui pour Dieu morut a grant glaive. Aprés oublïer ne doy mie Saint Seurin, pour la ferperie Qui est achetee et vendue, En son quarrefour est tenue De plusieurs manieres de gent Qui s’en chevissent bel et gent. Aprés est Saint Andrieu des Ars, Ou mainte dame de leurs ars Ont maintes fois lancié et trait, Et maint hommë a eulx atrait. Aprés i rest Saint Augustin, Ou l’en parole bien latin. A Saint Germain des Prés m’en vois, Ou l’en sert Dieu a haute vois. Aprés est Saint Martin des Orges, Et puis aprés i est Saint Georges; Aprés Saint Pere du Sablon Et Saint Soupplis y asamblon. Et puis aprés les Cordeliers, De bon vin boivent volentiers. Saint Cosmë et Saint Damïen: Cy duy furent sirurgïen Et mires a Dieu nostre pere : Qui ce ne croit, il le compere. Et puis aprés Saint Matelin. Sus coutes et en draps de lin Chainoigne nuit maint povre couche

Folio : 127
Page(s) :
Verso : oui
Image : Monstiers 127vd.jpg
Transcription : [[Transcription_Manuscrit::De Dieu soient tel gent benoit !

Aprés le monstier Saint Benoit C’on apele le Bettourné. D’ilec tantost m’en retourné Au monstier des Hopitaliers Que n’oublie pas volentiers. Saint Hylaire est un pou avant ; Sainte Gennevieve la grant Y est, ou a riche abbaÿe; Puis ay ma voië envaïe, S’ay trouvé un monstier noblet Que fist le cardounar Cholet. Saint Symphorien le Petit, Si siet au dessous un petit, En la terre Saint Pierre ou Mont. Li Navarrois nuef monstier ont. Carmelite logié se sont Un pou aval ; la moustier font. Aprés Saint Estienne des Grez Qui de Dieu servir fu engrez. Devant sieent li Jacobin, Qui par païs vont bin et bin ; Chapele y a de Saint Andrieu, Qui fu moult grant ami de Dieu. D’ilec alay a Nostre Dame Des Champs, [y a] moignes par m’ame. D’ilec au monstier Saint Marciau Qui siet pres d’un petit ruissiau, Saint Martin et Saint Ypolite: Ceus ai je bien pris a eslite. D’ilec ving au monstier Saint Marc ; Puis, a la traitie d’un arc, Est Saint Victor moult bien seans. Puis li monstiers des Bons Enfans, Puis la chapele au Moinnios : Demourer la plus je n’ i os. Saint Bernart oublïer ne doy: Saint Nicholas du Chardonnay; Puis aprés la Sourbonnerie, Que je ne doy oublïer mie. Puis m’en reving tout sans effroy Droit au monstier de Saint Lieffroy Et a Saint Germain l’Aucerrois]]

Folio : 128
Page(s) :
Verso : non
Image : Monstiers 128ra.jpg
Transcription : [[Transcription_Manuscrit::D’ileques a Saint Nicholas

Du Louvre et a Saint Thomas, Et puis aprés je m’en revins Par le monstier des .XV.Vins, Et au monstier Saint Honnouré, Ou de bon cuer Dieu ai ouré. D’ilec m’en ving a Saint Huitasse, Pres des Hales, en digne place, Et d’ilec a Saint Innocent, Ou gist maint cors d’omme innocent. Et aprés a Sainte Oportune, De clous guerit et d’apostume ; Et puis a Sainte Katherine, Qui vierge fu pure enterine ; Puis le monstier de Saint Magloire Qui ama Dieu le roy de gloire, Et assez pres de icel lieu Est le sepulcre Dame Dieu. Puis a Saint Leu et a Saint Gile, Aussi voirs est comm’ evangile, Et si vous di qu’a l’oposite L’esglise de Saint Jacques est ditte Que les confreres ont fondee Par grant devocïon juree : Sus la Grant Rue fondé l’ont. Certes moult biau seant resont Li monstiers de la Trinité Ou le Seignieur de maiesté Est bien servi a grant honneur. Devant lui rest Saint Sauveeur Et les Filles Dieu sont après ; Saint Ladres en est assez prés. Puis m’en reving a Saint Lorens: De cheminer ne fui pas lens. Puis a Saint Nicholas des Chans, Puis a Saint Martin, ou de[s] chans Servent li moigne JhesuCris. Au Temple ving, pas ne mespris, Et puis aprés as Blans Mantiaus, Ou l’en essuie a grans monciaus Laine, et en la Bretonnerie A une petite abbaïe Que l’en apele Sainte-Crois, [Dont les freres metent les crois]]]

Folio : 128
Page(s) :
Verso : non
Image : Monstiers 128rb.jpg
Transcription : [[Transcription_Manuscrit::Partie a blanc et a vermeil :

De ce pas moult ne me merveil. Puis siet aprés une chapele Dediee par miracle bele D’un juif qui en son ostel Boulli le sacrement d’autel, Dont trouvez fu vermaus entiers. Puis est li Vaus des Escoliers, Puis est Saint Pol, puis Nostre Dam[e] Du Carme ; bien scevent leur ga[me]. Il ont pris leur lieu et leur estr[e] Ou li Barré souloient estr[e], Et d’ileques ralez s’en sont Sous Sainte Gennevieve ou Mo[nt]. Aprés a, joingnant de la porte De Barbel, a une grant porte, A un ostel de bonne gent Ou il a monstier bel et gent: Beguines et preudefames Le los eschivent des diffames Et les pechiez ors et mauvés. D’ileuc m’en ving a Saint Gervé[s], Ou il a gracïeus monstier Pres de la porte Baudoier. Dessous est Saint Jehan de Grèv[e] : Li uns a l’autre rien ne greve. Un pou aprés icelle esglise Une chapele y est assize Que fist faire uns riches hom : Estienne Baudris ot a non. Prestres et clers il y a mis, Qui pour lui et pour ses amis Sont ordenez a Dieu servir, Qu’il puissent s’amour desservir: Preudons fu cil, avoir ot bon. D’ileuc ving au monstier Sain[t Bon] Et de Saint Bon a Saint Marri, La n’oi je pas le cuer marri ; Saint Pere et saint Lenart ensem[ble] Y sont aouré, ce me samble. En la rue Aubri le Bouchier A un monstier que moult ai chie[r]: Saint Jossé oublier ne vueil. [....... nommer vous vueil]]]

Folio : 128
Page(s) :
Verso : oui
Image : Monstiers 128vc.jpg
Transcription : Avant ce que ma bouche lie

Saint Jaques de la Boucherie. Tous les monstiers vous ai nommé De Paris, sans nul mesnonmé ; Plus n’en y say, ce m’est avis, Que bien y ay mis mon avis. Je ne vueil pas mettre en mon conte Chapeles aus dus et aus contes, Ne a bourgois ne aus evesques, N’a abbez ne a archevesques. Je n’i mes que ceus proprement Ou toute gent communement Puet le digne service oïr Dieu, dont on se doit esjoïr Et Dieu et sa mere proier, Chascun pour son cuer supploier Vers Jhesus Crist de leur tors fais Et des pechiez que il ont fais. Touz les autres ai arriere mis ; Mes ceuls ci ai je en rime mis Dont tous ensamble les vous nonme Quatre vins et huit par droit nonbre. Il n’en y a ne mains ne plus, Se ce ne sont monstiers repus, Fors le Saint Jaques monstier Qui de nouvel fu fait l’austrier, Ou nul ne va ne ne repaire Fors que cilz qui lez ont fait faire; Mes li autre sont de autre guise Qui sont conmun au Dieu servise. De grant leur vint devocïon D’amour et de dilectïon Qu’a Dieu et a sa mere avoient Quant tant monstiers ediffïoient. Il amoient Dieu de cuer fin Et pour ce en ont louier sans fin ; C’est la joie qui tous jours dure A li desirrer met ta cure Jhesus nous en doint le vouloir Qui du donner a le povoir. A ce nous aist Dame Marie Qui tous nous gart de vilennie.


Nom du déposant Madeleine Jeay
Auteur Titre de l'article Titre de la revue Tomaison Date de publication Pages
Wendy Pfeffer Le Dit des monstiers Speculum 73 1998 80-114

Liste de lieux : les monastères de Paris.

Faits relatifs à List:158 — Recherche de pages similaires avec +.
Annéearticle1 998 +
AuthorarticleWendy Pfeffer +
CoteBnF fr. 12483 +
Folio127 + et 128 +
IncipitJ’ay commencié a Nostre Dame +
IstitutionBibliothèque nationale de France, Manuscrits +
LangueLangue vernaculaire +
ListeListe avec retours à la ligne +
NationFRANCE +
Nom auteurAnonyme +
Nom du déposantMadeleine Jeay +
Pagesarticle80-114 +
Periode1275-1300 +
Supportparchemin +
Support 2codex +
TitreLe Dit des monstiers +
Titre de la revueSpeculum +
TitrearticleLe Dit des monstiers +
Tomaison73 +
TranscriptionPour ce que j’ai fet mencïon Des eglises o
Pour ce que j’ai fet mencïon

Des eglises ou devocion Est plus monstree qu’en autre lieu, Quar la repose li cors Dieu, Des monstiers qui a Paris sont Et de quiex sains il feste font, Les lieus vous dirai et le nombre, S’a nombrer Sathan ne m’encombre. Un gentil homme m’otroia Son hostel, et si me proia Que je pour s’amour tant feïsse Que trestous les monstiers meïsse De Paris en rime et en dit. Isnelement, sans contredit, Pour l’amour de lui m’entremis, Si les ai tous en rime mis. J’ay commencié a Nostre Dame, Qui nous sauve et gart cors et ame, Pour ce que c’est la mere esglise De Paris. Aprés, de ma guise, Pres le monstier Saint-Johan-le-Ront : Entre euz deuz n’a ne val ne mont ; Et aprés Saint Denis du Pas Ne Saint Aignien n’oubliie pas, Et puis la chapele as noctaires, Ou il repaire mains vicaires. Et puis aprés la Maison Dieu De Paris, ou a digne lieu. En Rue Noive, pas ne grieve, Le monstier Sainte Genevieve La Petite, que je ne faille. Devant celle esglise, sans faille, Vent on chapons, gelines, cos, Perdris, plouviers et vuidecos. Aprés le monstier Saint Christofle, Qui de l’amour Dieu fist son coffre Quant le porta outre la mer : Servir le devons et amer. Entour vent on fourmages, oefs. Pres d’ilec siet Saint Pierre as Buefz Et le monstier Sainte Marine Qui ne siet pas sur la marine.

C’est veritez que je vous di.
r la marine. C’est veritez que je vous di. +
Transcription ManuscritQui siet devant le grant Palais; Mes cheüs
Qui siet devant le grant Palais;

Mes cheüs est, donc est plus lais: C’est veritez que vous despont. Or m’en iray outre le pont Pour des autres monstiers trouver Que l’en ne puisse reprouver Quar s’en mon dit faille de rien. Premiers trouverez Saint Julien Le Povre, et bien ai regardé Que maint compaignon a gardé De mort, ce n’est pas mesprison, Et d’estre en vilainne prison ; Il les herberge et si les tence : De herbergier a la poissance. Et puis la chapele Saint Blaive, Qui pour Dieu morut a grant glaive. Aprés oublïer ne doy mie Saint Seurin, pour la ferperie Qui est achetee et vendue, En son quarrefour est tenue De plusieurs manieres de gent Qui s’en chevissent bel et gent. Aprés est Saint Andrieu des Ars, Ou mainte dame de leurs ars Ont maintes fois lancié et trait, Et maint hommë a eulx atrait. Aprés i rest Saint Augustin, Ou l’en parole bien latin. A Saint Germain des Prés m’en vois, Ou l’en sert Dieu a haute vois. Aprés est Saint Martin des Orges, Et puis aprés i est Saint Georges; Aprés Saint Pere du Sablon Et Saint Soupplis y asamblon. Et puis aprés les Cordeliers, De bon vin boivent volentiers. Saint Cosmë et Saint Damïen: Cy duy furent sirurgïen Et mires a Dieu nostre pere : Qui ce ne croit, il le compere. Et puis aprés Saint Matelin. Sus coutes et en draps de lin

Chainoigne nuit maint povre couche
de lin

Chainoigne nuit maint povre couche + et Avant ce que ma bouche lie

Saint Jaques d
Avant ce que ma bouche lie

Saint Jaques de la Boucherie. Tous les monstiers vous ai nommé De Paris, sans nul mesnonmé ; Plus n’en y say, ce m’est avis, Que bien y ay mis mon avis. Je ne vueil pas mettre en mon conte Chapeles aus dus et aus contes, Ne a bourgois ne aus evesques, N’a abbez ne a archevesques. Je n’i mes que ceus proprement Ou toute gent communement Puet le digne service oïr Dieu, dont on se doit esjoïr Et Dieu et sa mere proier, Chascun pour son cuer supploier Vers Jhesus Crist de leur tors fais Et des pechiez que il ont fais. Touz les autres ai arriere mis ; Mes ceuls ci ai je en rime mis Dont tous ensamble les vous nonme Quatre vins et huit par droit nonbre. Il n’en y a ne mains ne plus, Se ce ne sont monstiers repus, Fors le Saint Jaques monstier Qui de nouvel fu fait l’austrier, Ou nul ne va ne ne repaire Fors que cilz qui lez ont fait faire; Mes li autre sont de autre guise Qui sont conmun au Dieu servise. De grant leur vint devocïon D’amour et de dilectïon Qu’a Dieu et a sa mere avoient Quant tant monstiers ediffïoient. Il amoient Dieu de cuer fin Et pour ce en ont louier sans fin ; C’est la joie qui tous jours dure A li desirrer met ta cure Jhesus nous en doint le vouloir Qui du donner a le povoir. A ce nous aist Dame Marie

Qui tous nous gart de vilennie.
Dame Marie Qui tous nous gart de vilennie. +
TypeImage +
TypologieDits et fabliaux +
Versonon + et oui +