List:143

De PolimaWiki
Type Image
Nom auteur Eustache Deschamps
Titre Ballade 1149
Incipit Je ne croy par mon jugement
Forme de la liste Liste avec retours à la ligne
Periode 1350-1400
Langue Langue vernaculaire
Lieu de production
Pays FRANCE
Région
Espace hors Europe
Chargement de la carte...
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
Typologie Poésie
Autres
Mot clé Poésie, Liste avec retours à la ligne, FRANCE, 1350-1400, Langue vernaculaire



Ville PARIS
Institution Bibliothèque nationale de France, Manuscrits
Cote Manuscrit BnF fr. 840
Support (matière) parchemin
Support (forme) codex
Support (commentaire)
Folio 305
Page
Verso non
Image Deschamps 305ra.jpg
Transcription Je ne croy par mon jugement

Qu'il soit plus grant merencolie, Sanz mal du corps et sanz tourment, Que d'omme qui fille marie En estat de chevalerie, De clerc, de bourgois ou de lay. Par ma fille bien aprins l’ay Qui m’a rungié jusques aux os. Pour ce a ceuls qui fille ont diray : Qui fille a n’est pas a repos. Terre lui fault premierement A tousjours, non pas a sa vie, Robes, joyaulx, or et argent, Pannes, draps d'or et pierrerie, Manteaulx, anneaulx, peleterie, Menu ver, gris, chapel d'or gay, Fronteaulx, couronne : hé Dieu, quel glay ! Vaisselle, plas, escuelles, pos. Jamais fille ne mariray : Qui fille a n’est pas a repos.

Folio : 305
Page(s) :
Verso : non
Image : Deschamps 305rb.jpg
Transcription : Court et long fault maint garnement,

Grans noces faire et chiere lie, Menestrelz de maint instrument Pour esbatre la compaignie ; Et si fault qu'elle soit fournie De chambres, de liz, c'est tout vray, Et de beau linge : je ne sçay Comment les peres sont si sos. J’en suis ratains jusqu'au hahay : Qui filles a n’est pas a repos. L’envoy Princes, cellui qui fille prant Est plus joieux communement Que li peres, qui plaint son dos, Quant le fais et la charge en sent. Nulz ne puet sçavoir, s’il n’aprant : Qui filles a n'est pas a repos.


Nom du déposant Madeleine Jeay


Auteur Titre Lieu de publication Date de publication
Queux de Saint-Hilaire Œuvres complètes d’Eustache Deschamps Paris 1889


Liste d’objets : fournitures nécessaires à l’occasion du mariage de la fille du poète

Faits relatifs à List:143 — Recherche de pages similaires avec +.
AuteurmonoQueux de Saint-Hilaire +
CoteBnF fr. 840 +
Date de publication1889 +
Folio305 +
IncipitJe ne croy par mon jugement +
IstitutionBibliothèque nationale de France, Manuscrits +
LangueLangue vernaculaire +
Lieu de publicationParis +
ListeListe avec retours à la ligne +
NationFRANCE +
Nom auteurEustache Deschamps +
Nom du déposantMadeleine Jeay +
Periode1350-1400 +
Supportparchemin +
Support 2codex +
TitreBallade 1149 +
TitremonoŒuvres complètes d’Eustache Deschamps +
TranscriptionJe ne croy par mon jugement Qu'il soit pl
Je ne croy par mon jugement

Qu'il soit plus grant merencolie, Sanz mal du corps et sanz tourment, Que d'omme qui fille marie En estat de chevalerie, De clerc, de bourgois ou de lay. Par ma fille bien aprins l’ay Qui m’a rungié jusques aux os. Pour ce a ceuls qui fille ont diray : Qui fille a n’est pas a repos. Terre lui fault premierement A tousjours, non pas a sa vie, Robes, joyaulx, or et argent, Pannes, draps d'or et pierrerie, Manteaulx, anneaulx, peleterie, Menu ver, gris, chapel d'or gay, Fronteaulx, couronne : hé Dieu, quel glay ! Vaisselle, plas, escuelles, pos. Jamais fille ne mariray :

Qui fille a n’est pas a repos.
e mariray : Qui fille a n’est pas a repos. +
Transcription ManuscritCourt et long fault maint garnement, Gran
Court et long fault maint garnement,

Grans noces faire et chiere lie, Menestrelz de maint instrument Pour esbatre la compaignie ; Et si fault qu'elle soit fournie De chambres, de liz, c'est tout vray, Et de beau linge : je ne sçay Comment les peres sont si sos. J’en suis ratains jusqu'au hahay : Qui filles a n’est pas a repos. L’envoy Princes, cellui qui fille prant Est plus joieux communement Que li peres, qui plaint son dos, Quant le fais et la charge en sent. Nulz ne puet sçavoir, s’il n’aprant :

Qui filles a n'est pas a repos.
’aprant : Qui filles a n'est pas a repos. +
TypeImage +
TypologiePoésie +
Versonon +