List:122

De PolimaWiki
Type Image
Nom auteur Renaud de Beaujeu
Titre Le Bel Inconnu
Incipit Li rois Aguillars i estoit
Forme de la liste Liste avec retours à la ligne
Periode 1150-1200
Langue Langue vernaculaire
Lieu de production
Pays FRANCE
Région
Espace hors Europe
Chargement de la carte...
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
La coordonnée suivante n'a pas été reconnue : <div><span class="errorbox">Erreur fatale&#160;: Failed to parse or geocode</span></div><br /><br />.
Typologie Romans
Autres
Mot clé Romans, Liste avec retours à la ligne, FRANCE, 1150-1200, Langue vernaculaire



Titre du volume Le Bel Inconu
Titre de l’article/ partie /chapitre :
Ville
Institution
Cote Manuscrit
Éditeur scientifique : Michèle Perret
Date d’édition 2003
Page(s) : 4
Image : [[Image:|300px]]
Lien image :
Transcription : Li rois Aguillars i estoit

Cui li rois Artus molt amoit, Ses freres Los et Urïens, Li rois Horels et Florïens, Briés de Gonefort et Tristrans, Gerins de Castre et Eriaans ; Gavains i fu et Beduiers, Rois Enauder et quens Riciers ; Erec i estoit, li fius Lac, Et s'i fu Lansselos dou Lac, Gales li Caus et Caraés, Et Tors, li fius le roi Arés, Dinaus et li cuens Oduïns, Et Carados, et Carentins ; Mordrés i fu et Segurés, De Baladingan li vallés, Rois Amangons et li rois Mars ; Et si i fu li biaus Coars, Cil a la cote mautaillie, Et Qes d'Estraus, Aquins d'Orbie ; Guinlains i fu, de Tintaguel, Qui onques n'ot ire ne deull ; Kes li senescals i estoit, Qui por laver crier faisoit. Tant en i ot, ne puis conter, Ne les Dames ne puis nommer.

Page(s) : 172
Image : [[Image:|300px]]
Lien URL à l'image :
Trascription : Il ne se vaut mie arester,

Tant qu'a la sale en est venus, U les jogleors a veüs Sor les fenestres tot asis, Devant cascun un cierge espris ; Et son estrument retenoit Cascuns itel con il l'avoit. L'un voit as fenestres harper, L'autre delés celui roter, L'un estive, l'autre vïele, Li autres gigle et calimele Et cante cler comme serainne, Li autres la citole mainne, Li uns entendoit au corner Et l'autres au bien flahuter ; Li un notoient lai d'amor ; Sonnent tinbre, sonnent tabor, Muses, salteres et fretel, Et buissines et moïnel ; Cascuns ovre de son mestier.

Page(s) : 256-258
Image : [[Image:|300px]]
Lien URL à l'image :
Trascription : Ainc nus ne vit vergier si gent,

Tant bon, tant rice, ne tant biel. Ainc Dius ne fist cel abrissel Que en el vergié ne trouvast, Qui le lé et le lonc cercast. Grant masse i avoit de loriers, De figiers et d'alemandiers, De saigremors et de sapins, Paumiers moult ot et asés melliers, Pumiers grenas, loriers ramés. D'autres arbres i ot asés, Et s'i croissoit li reculisses Et li encens et molt espisses ; Dius ne fist herbe de bonté Que el vergier n'eüst planté : Encens, gerofle et citoual, Et le caniele et garingal, Espic, petre, poivre, comin, De ce ot asés el gardin. Rosiers i ot d'itel nature Que en tos tans la flors si dure, Molt fu li vergiers gens et bials ; Tos jors i avoit cans d'osials, De calendres et d'orïals, De merles et de lorsingnals, Et d'autres dont i ot asés, Ne ja leur cans ne fust lassés. Laiens avoit itels odors Et des espeses et des flors, Que cil qui s'estoit laiens mis Cuidoit qu'il fust en paradis.

Page(s) : 258
Image : [[Image:|300px]]
Lien URL à l'image :
Trascription : Quant la dame venir le voit,

Si ss'est encontre li levee. Ainc Elanne qui fu enblee, Que por biauté ravi Paris, N'Isexs la blonde, ne Bliblis, Ne Lavine de Lonbardie, Qui Enee estoit amie, Ne Morge la fee meïssme, N'orent pas de biauté la dime.

Page(s) : 282
Image : [[Image:|300px]]
Lien URL à l'image :
Trascription : La canbre sanbloit paradis.

Asés i ot argent et or, De tos biens i ot grant tressor. Paree fu de dras de soie De molt cier pris ; c’aconteroie ? Mais molt en i ot de divers, Bofus roiés, osterins pers, Tires, pales et siglatons I ot de molt maintes façons ; Dyapes et bons bogerans ……. ……………………. Molt par estoit la canbre noble ; D'un pale de Costantinoble Estoit desus encortinee, Et desous ert tote pavee Esmeraudes, safirs eslis, Et calcedonies et rubis, Il i ot de maintes colors.

Page(s) : 306
Image : [[Image:|300px]]
Lien URL à l'image :
Trascription : En une cambre encortinee

S'en est dont la roïne entree. Illueques se fait atorner De chiere reube d'outre mer, . Qui tant estoit et biele et riche Qu'en tot le mont n'ot cele bisse, Caucatri, lupart, ne lion, Ne serpent volant, ne dragon, N'alerion, ne escramor, Ne papejai, ne espapemor, Ne nesune bieste sauvage Qui soit en mer ne en bocage, Que ne fust a fin or portraite.

Page(s) : 312
Image : [[Image:|300px]]
Lien URL à l'image :
Trascription : Li rois s'est d'iluques levés ;

De ses barons a apielés, A consel d'une part les trait. Trestous premiers Gavains i vait, Ensanble lui rois Goalans, Et aprés lui i vait Tristrans ; Kes i revient li senescals, Rois Amangons, Gales li Caus, Et des autres barons asés.

Page(s) : 324-332
Image : [[Image:|300px]]
Lien URL à l'image :
Trascription : Molt i ot grant chevalerie.

Yvains, li rois de Lindezie, I fut bien a set vins escus, Hiaumes laciés, haubers vestus. D’Escoce i fu rois Aguizans, Qui s’armoit sos deus arbres grans ; Set vins chevaliers ot o soi Qui tot furent a son conroi. De Gohenet li rois Hoël, Issus sor un ceval isnel ; O soi avoit cent chevaliers Molt bien armés sor lor destriers. Et li rois de Baradigan, Que on apiele Canaan, Il fu armés en la canpaigne ; Quatre vins ot en sa conpaigne. Rois Ban de Gomoret i fu ; Nuef vins en sont o soi issu. Li rois de la Roge Cité Cent chevaliers ot amené. Et Guivrés i refu, li rois, Qui ot amenés les Irois. Geldras, li rois de Dunelie, Cil vint o grant chevalerie ; Quatre dens chevaliers amainne Que il tenoit o soi demainne. Li Lais Hardis de Cornouaille Est venus au tornoi, sans faille ; Cent chevaliers amainne o soi, N’i a celui n’ait bon conroi. Kahadinst i estoit venus, Qui de Lanprebois estoit dus. Li Sors i fu de Montescler ; Son elme lace bel et cler, Deseure ot une connissance ; Aquitier i vint sa fiance : Set cens chevaliers amena Por ce que il le fiancha. S’i fu Percevals le Galois, Uns chevaliers preus et cortois. Li vallés de Baladingant I fu armés molt richemant Et voloit aler asanbler Contre le Sor de Montescler. Et Lanselos dou Lac se rarme En un onbrier dalès un carme. Li dus Elias i refu, Ki le poil ot entrekenu, Mais molt i ot bon chevalier Et bien savoit un droit jugier. Et cil de la Haute Montaingne I refu, a molt grant conpaigne. De Truerem li quens i fu, Armés sor un ceval kernu ; Miudres ne fu onques a dire, De l’Ille Noires estoit sire. Grahelens de Fine Posterne Se rarmoit dalés une ierne, Les lui ses freres Guingamuer, Ki s’entrarmerent de bon cuer. Et Raidurains i fu armés En cui avoit molt de bontés. Tot armés i refu Yder Sor un ceval covert de fer ; Gandelus fut ensanble lui : Bon chevalier furent andui. De Gorhout i refu Gormans Et de Lis i fu Melians. D’uns et d’autres tant i avoit Que nus le nonbre n’en savoit ; Molt bel estoit cele conpaingne. De l’autre part, devers Bretaingne, Estoit Artus et si baron, Qui estoit devers Valendon. Molt ravoit devers lui grans gens, A ensaigne en ot bien vint cens. De la refu Gaudins, li rois D’Illande, qui molt fu cortois, Et avoit en sa conpaignie Cinc cens chevaliers de mainnie. S’i fu rois Mars de Cornouaille, Et avoit bien en sa bataille Set cens chevaliers desfensables, Molt biaus de cors et honnerables. Li rois Amangons i estoit, Qui aveuc lui mile en avoit. Et des Illes li rois Bruians Seur destriers sors, bais et bauçans, O cinc cens chevaliers armés Que ja millors ne demandés ; Hardis estoit comme lupars, Mais molt ert de doner escars. Et s’i refu li rois Ydés, Qui donnoit a trestols adés : Il fu de pouvre acointement, Mais large fu a tote gent ; Uit vins en ot a sa baniere, N’i a celui qui bien ne fiere. La roïne Blonde Esmeree En i ot cent de sa contree Qu’ele ot amenés el païs, Ses ot a cel tornoi tramis ; A Lanpart les avoit carciés, Ses ot de bien faire proiés. Gavains i fu li niés Artu ; Miudres de lui ne fu veü. Et s’i estoit li rois Mordrés Et uns suens freres Segurés, Et Gunes nés d’Oïrecestre Estoit dalés Gavain a destre. Et li riches dus de Norgales I fu et Erec d’Estregales. Et Bedüer de Normendie I fu o biele conpaignie. Flores i ravoit, des François, Uns rices dus, soisante et trois. De Nantes i refu Hoël, Qui s’armoit de joste un ruissel. Armés se restoit Careheuls Et Tors, li fius le roi Arels. Tristans se restoit ja armés Et de bien faire ert aprestés ; Le tornoi avait fianchie, Et portoit le mance s’amie : Yseuls la bele l’ot tramis Yseuls la biele l’ot tramisse, Deseur son hauberc l’avoit misse. Por asanbler el ceval monte Et li autre, dont ne sai conte. De la Ronde Table li plus Estoit aveuc le roi Artus.


Nom du déposant Madeleine Jeay

Liste de personnes : les courtisans convoqués à la cour d’Arthur à Charlion (v. 31-56. Liste d’objets : les instruments de musique des jongleurs aux fenêtres de la salle dans la Gaste Cité où est arrivé le Bel Inconnu (v. 2880-2899). Liste d’arbres, d’épices et d’oiseaux : topos du locus amoenus dans le cadre de la description du palais de la Pucelle aux Blanches Mains (v. 4302-4332). Liste de personnes : les héroïnes dont la beauté ne rivalise pas avec celle de la Pucelle aux Blanches mains (v. 4342-4350). Liste d’objets ; les tissus et pierres précieuses qui ornent la chambre de la Pucelle aux Blanches Mains (v. 4742-4761). Liste d’animaux qui décorent la robe de la reine (v. 5141-5153). Liste de personnes : les seigneurs du conseil privé du roi (v. 5249-5227). Liste de personnes : les participants au tournoi de Valendon (v. 5463-5592).

Faits relatifs à List:122 — Recherche de pages similaires avec +.
Date d’édition2003 +
IncipitLi rois Aguillars i estoit +
LangueLangue vernaculaire +
ListeListe avec retours à la ligne +
NationFRANCE +
Nom auteurRenaud de Beaujeu +
Nom du déposantMadeleine Jeay +
Pagin4 +, 172 +, 256-258 +, 258 +, 282 +, 306 +, 312 + et 324-332 +
Periode1150-1200 +
TitreLe Bel Inconnu +
Titre du volumeLe Bel Inconu +
TrascriptionLi rois Aguillars i estoit Cui li rois Art
Li rois Aguillars i estoit

Cui li rois Artus molt amoit, Ses freres Los et Urïens, Li rois Horels et Florïens, Briés de Gonefort et Tristrans, Gerins de Castre et Eriaans ; Gavains i fu et Beduiers, Rois Enauder et quens Riciers ; Erec i estoit, li fius Lac, Et s'i fu Lansselos dou Lac, Gales li Caus et Caraés, Et Tors, li fius le roi Arés, Dinaus et li cuens Oduïns, Et Carados, et Carentins ; Mordrés i fu et Segurés, De Baladingan li vallés, Rois Amangons et li rois Mars ; Et si i fu li biaus Coars, Cil a la cote mautaillie, Et Qes d'Estraus, Aquins d'Orbie ; Guinlains i fu, de Tintaguel, Qui onques n'ot ire ne deull ; Kes li senescals i estoit, Qui por laver crier faisoit. Tant en i ot, ne puis conter,

Ne les Dames ne puis nommer.
puis conter,

Ne les Dames ne puis nommer. +, Il ne se vaut mie arester,

Tant qu'a la s
Il ne se vaut mie arester,

Tant qu'a la sale en est venus, U les jogleors a veüs Sor les fenestres tot asis, Devant cascun un cierge espris ; Et son estrument retenoit Cascuns itel con il l'avoit. L'un voit as fenestres harper, L'autre delés celui roter, L'un estive, l'autre vïele, Li autres gigle et calimele Et cante cler comme serainne, Li autres la citole mainne, Li uns entendoit au corner Et l'autres au bien flahuter ; Li un notoient lai d'amor ; Sonnent tinbre, sonnent tabor, Muses, salteres et fretel, Et buissines et moïnel ;

Cascuns ovre de son mestier.
et moïnel ;

Cascuns ovre de son mestier. +, Ainc nus ne vit vergier si gent,

Tant bon
Ainc nus ne vit vergier si gent,

Tant bon, tant rice, ne tant biel. Ainc Dius ne fist cel abrissel Que en el vergié ne trouvast, Qui le lé et le lonc cercast. Grant masse i avoit de loriers, De figiers et d'alemandiers, De saigremors et de sapins, Paumiers moult ot et asés melliers, Pumiers grenas, loriers ramés. D'autres arbres i ot asés, Et s'i croissoit li reculisses Et li encens et molt espisses ; Dius ne fist herbe de bonté Que el vergier n'eüst planté : Encens, gerofle et citoual, Et le caniele et garingal, Espic, petre, poivre, comin, De ce ot asés el gardin. Rosiers i ot d'itel nature Que en tos tans la flors si dure, Molt fu li vergiers gens et bials ; Tos jors i avoit cans d'osials, De calendres et d'orïals, De merles et de lorsingnals, Et d'autres dont i ot asés, Ne ja leur cans ne fust lassés. Laiens avoit itels odors Et des espeses et des flors, Que cil qui s'estoit laiens mis

Cuidoit qu'il fust en paradis.
laiens mis

Cuidoit qu'il fust en paradis. +, Quant la dame venir le voit, Si ss'est encontre li levee. Ainc Elanne qui fu enblee, Que por biauté ravi Paris, N'Isexs la blonde, ne Bliblis, Ne Lavine de Lonbardie, Qui Enee estoit amie, Ne Morge la fee meïssme, N'orent pas de biauté la dime. +, La canbre sanbloit paradis.

Asés i ot arg
La canbre sanbloit paradis.

Asés i ot argent et or, De tos biens i ot grant tressor. Paree fu de dras de soie De molt cier pris ; c’aconteroie ? Mais molt en i ot de divers, Bofus roiés, osterins pers, Tires, pales et siglatons I ot de molt maintes façons ; Dyapes et bons bogerans ……. ……………………. Molt par estoit la canbre noble ; D'un pale de Costantinoble Estoit desus encortinee, Et desous ert tote pavee Esmeraudes, safirs eslis, Et calcedonies et rubis,

Il i ot de maintes colors.
nies et rubis,

Il i ot de maintes colors. +, En une cambre encortinee

S'en est dont la
En une cambre encortinee

S'en est dont la roïne entree. Illueques se fait atorner De chiere reube d'outre mer, . Qui tant estoit et biele et riche Qu'en tot le mont n'ot cele bisse, Caucatri, lupart, ne lion, Ne serpent volant, ne dragon, N'alerion, ne escramor, Ne papejai, ne espapemor, Ne nesune bieste sauvage Qui soit en mer ne en bocage,

Que ne fust a fin or portraite.
n bocage,

Que ne fust a fin or portraite. +, Li rois s'est d'iluques levés ;

De ses ba
Li rois s'est d'iluques levés ;

De ses barons a apielés, A consel d'une part les trait. Trestous premiers Gavains i vait, Ensanble lui rois Goalans, Et aprés lui i vait Tristrans ; Kes i revient li senescals, Rois Amangons, Gales li Caus,

Et des autres barons asés.
Gales li Caus,

Et des autres barons asés. + et Molt i ot grant chevalerie.

Yvains, li ro
Molt i ot grant chevalerie.

Yvains, li rois de Lindezie, I fut bien a set vins escus, Hiaumes laciés, haubers vestus. D’Escoce i fu rois Aguizans, Qui s’armoit sos deus arbres grans ; Set vins chevaliers ot o soi Qui tot furent a son conroi. De Gohenet li rois Hoël, Issus sor un ceval isnel ; O soi avoit cent chevaliers Molt bien armés sor lor destriers. Et li rois de Baradigan, Que on apiele Canaan, Il fu armés en la canpaigne ; Quatre vins ot en sa conpaigne. Rois Ban de Gomoret i fu ; Nuef vins en sont o soi issu. Li rois de la Roge Cité Cent chevaliers ot amené. Et Guivrés i refu, li rois, Qui ot amenés les Irois. Geldras, li rois de Dunelie, Cil vint o grant chevalerie ; Quatre dens chevaliers amainne Que il tenoit o soi demainne. Li Lais Hardis de Cornouaille Est venus au tornoi, sans faille ; Cent chevaliers amainne o soi, N’i a celui n’ait bon conroi. Kahadinst i estoit venus, Qui de Lanprebois estoit dus. Li Sors i fu de Montescler ; Son elme lace bel et cler, Deseure ot une connissance ; Aquitier i vint sa fiance : Set cens chevaliers amena Por ce que il le fiancha. S’i fu Percevals le Galois, Uns chevaliers preus et cortois. Li vallés de Baladingant I fu armés molt richemant Et voloit aler asanbler Contre le Sor de Montescler. Et Lanselos dou Lac se rarme En un onbrier dalès un carme. Li dus Elias i refu, Ki le poil ot entrekenu, Mais molt i ot bon chevalier Et bien savoit un droit jugier. Et cil de la Haute Montaingne I refu, a molt grant conpaigne. De Truerem li quens i fu, Armés sor un ceval kernu ; Miudres ne fu onques a dire, De l’Ille Noires estoit sire. Grahelens de Fine Posterne Se rarmoit dalés une ierne, Les lui ses freres Guingamuer, Ki s’entrarmerent de bon cuer. Et Raidurains i fu armés En cui avoit molt de bontés. Tot armés i refu Yder Sor un ceval covert de fer ; Gandelus fut ensanble lui : Bon chevalier furent andui. De Gorhout i refu Gormans Et de Lis i fu Melians. D’uns et d’autres tant i avoit Que nus le nonbre n’en savoit ; Molt bel estoit cele conpaingne. De l’autre part, devers Bretaingne, Estoit Artus et si baron, Qui estoit devers Valendon. Molt ravoit devers lui grans gens, A ensaigne en ot bien vint cens. De la refu Gaudins, li rois D’Illande, qui molt fu cortois, Et avoit en sa conpaignie Cinc cens chevaliers de mainnie. S’i fu rois Mars de Cornouaille, Et avoit bien en sa bataille Set cens chevaliers desfensables, Molt biaus de cors et honnerables. Li rois Amangons i estoit, Qui aveuc lui mile en avoit. Et des Illes li rois Bruians Seur destriers sors, bais et bauçans, O cinc cens chevaliers armés Que ja millors ne demandés ; Hardis estoit comme lupars, Mais molt ert de doner escars. Et s’i refu li rois Ydés, Qui donnoit a trestols adés : Il fu de pouvre acointement, Mais large fu a tote gent ; Uit vins en ot a sa baniere, N’i a celui qui bien ne fiere. La roïne Blonde Esmeree En i ot cent de sa contree Qu’ele ot amenés el païs, Ses ot a cel tornoi tramis ; A Lanpart les avoit carciés, Ses ot de bien faire proiés. Gavains i fu li niés Artu ; Miudres de lui ne fu veü. Et s’i estoit li rois Mordrés Et uns suens freres Segurés, Et Gunes nés d’Oïrecestre Estoit dalés Gavain a destre. Et li riches dus de Norgales I fu et Erec d’Estregales. Et Bedüer de Normendie I fu o biele conpaignie. Flores i ravoit, des François, Uns rices dus, soisante et trois. De Nantes i refu Hoël, Qui s’armoit de joste un ruissel. Armés se restoit Careheuls Et Tors, li fius le roi Arels. Tristans se restoit ja armés Et de bien faire ert aprestés ; Le tornoi avait fianchie, Et portoit le mance s’amie : Yseuls la bele l’ot tramis Yseuls la biele l’ot tramisse, Deseur son hauberc l’avoit misse. Por asanbler el ceval monte Et li autre, dont ne sai conte. De la Ronde Table li plus

Estoit aveuc le roi Artus.
Table li plus Estoit aveuc le roi Artus. +
TypeImage +
TypologieRomans +
ÉditeurMichèle Perret +