Attribut:Transcription Manuscrit

De PolimaWiki

Cette propriété est de type Texte.

Pages utilisant la propriété « Transcription Manuscrit »

Afficher les 25 pages utilisant cette propriété.

(25 précédentes) (25 suivantes)

L

List:100 +Semiramis pour gouverner contree, Et pour honneur et gens veoir Martha, Dydo, Palas, Juno, Penelopee, Marie en grâce et en humilité, En doulx maintien et en gent corps Flora, Marguerite en coulour et purté, Pure estoille, clere comme Aurora, Désirée trop plus que Medea, Katherine vous a endoctrinee, Qui, en tous lieux, appeller vous fera Dydo, Palas, Juno, Penelopee. Ces .iiij. noms vous sont representé. Or soit benoit qui les exposera. Et li autre vous sont a droit enté, Car chascun d'eulz vostre corps gardera, Et pour vo bien mes cuers vous amera Tant que jamais n'en feray dessevree. Mais, mon corps mort, m'ame suir vourra Dydo, Palas, Juno, Penelopee.  +
List:102 +Franchise aussi, Grace qui toujours luit, Plaisant Desir, soiez a ma venue. Faictes qu'octroy soit par vo bonté duit, Se Grace n'ay, que j'aye sauf conduit Pour regarder celle que j'ayme sy. Car s'ainsi n'est, mon corps art tout et bruit : Je n'attens riens fors que mort ou mercy.  +
List:106 +Par .XII. foiz me fait Amour sentir, Sanz y trouver remede gracieux Ne medecin qui m'en puisse guerir. L'un me destraint, l'autre me vient ferir, Mais dessus tous Dangier me desavance, Penser m'assault, Male Bouche o sa lance, Honte et Paour m'ont avuglé tout sus, Et Souvenir me tolt toute puissance : Se Grace n'est, je suis mors et perdus. Doulce Pité, sequeur au langoureux Qui mon pesant de lermes vueil ouvrir, Rendre mon corps ou service amoureux, Et a Juno pour lui tous temps servir. Fay, s'il te plaist, mes maulx aneantir, Oste de moy Desespoir qui me tance, Reffus aussi. Baille moy Esperance, Et que d'octroy me soit fait mes escus Pour resister, ou je muir sanz doubtance : Se Grace n'est, je suis mors et perdus. L'envoy Vray dieu d'Amours, je suy tien dés m'enfance, Et tu m'as pris mieulx qu'oisel a la glus. Je voy ma fin et ma vie en balance : Se Grace n'est, je suis mort et perdus.  +
List:107 +Aprés vint li cuens Godegrains, Qui n'an amena mie mains. Avoec cez que m'oez nomer Vint Moloas, uns riches ber, Et li sires de l'Isle Noire : Nus n'i oï onques tonoire, Ne n'i chiet foudre ne tanpeste, Ne boz ne serpanz n'i areste, Ne n'i fet trop chaut ne n'iverne. Et Greslemuef d'Estre-Posterne I amena conpaignons vint ; Et Guingamars ses frere i vint, De l'isle d'Avalons fu sire : De cestui avons oï dire Qu'il fu amis Morgant la fee, Et ce fu veritez provee. Daviz i vint de Tintajuel, Qui onques n'ot ire ne duel. Asez i ot contes et dus, Mes ancore i ot des rois plus : Garraz, uns rois de Corques fiers, I vint a .v.c. chevaliers Vestuz de paisle et de cendax, Mantiax et chauces et bliax. Sor .i. cheval de Capadoce Vint Aguiflez, li rois d'Escoce, Et amena ansanble o soi An .ii. ses filz, Cadret et Quoi, .ii. chevaliers moult redotez. Avoec ces que vos ai nomez Vint li rois Bans de Gameret, Et tuit furent juesne vaslet Cil qui ansanble o lui estoient, Ne barbe ne grenon n'avoient. Moult amena gent anvoisiee, .ii.c. en ot an sa mesniee ; N'i ot nul d'ax, quiex que il fust, Qui faucon ou oisel n'eüst, Esmerillon ou esprevier, Ou riche ostor sor ou gruier. Quirions, li rois vialz d'Orcel, N'i amena nul jovancel, Einz avoit conpaignons .ii. cenz, Don li mainznez avoit .c. anz ;  +, Les chiés orent chenuz et blans, Que vescu avoient lonc tans, Et les barbes jusqu'as ceinturs ; Ces tint moult chiers li rois Artus. Li sires des nains vint aprés, Bilis, li rois d'Antipodés. Cil don ge vos di si fu nains, Et fu Bliant freres germains ; De toz nains fu Bylis il mendres, Et Blianz ses freres li grendres, Ou demi pié ou plainne paume, Que nus chevaliers del rëaume. Par richesce et par conpaignie Amena an sa conpaignie Bylis .ii. rois qui nain estoient, Qui de lui lor terre tenoient, Gribalo et Glodoalan ; A mervoilles l'esgardoit l'an. Quant a la cort furent venu, Formant i furent chier tenu ; An la cort furent come roi Enoré et servi tuit troi, Car moult estoient gentil home. Li rois Artus a la parsome, Quant asanblé vit son barnage, Moult an fu liez an son corage.  +
List:108 +Alixandres de l'autre part des chevaliers se prist esgart qui devant aus vont cenbelant. D'asanbler a aus a talant, s'an apele ses conpaingnons l'un aprés l'autre par lor nons : premiers Cornix, qu'il ama molt, aprés lui Acorde l'Estout  +, et puis Nebunal de Micenes et Acoridomés d'Athenes et Ferolin de Salenique et Charquedon de vers Aufrique, Parmenidés et Franchegel, Torin le Fort et Pinabel, Neruïs et Nerïolis.  +, Je sai bien garir d'itropique, si sai garir de l'arcetique, de quinancie et de cuerpous ; tant sai d'orines et de pous, que ja mar avroiz autre mire. Si sai, se je l'osoie dire, d'anchantemanz et de charaies bien esprovees et veraies plus c'onques Medea n’an sot.  +
List:109 +Si sanble qu'il s’an isse uns cers ? Par foi, ce est li li rois Yders. » Ensi devisent des les loges : « Cil escuz fu fez a Lymoges, si l'en aporta Piladés, qui en estor vialt estre adés et molt le desirre et golose. Cil autres fu fez a Tolose, et li lorains et li peitrax, si l'en aporta cuens d’Estrax. Cil vint de Lÿon sor le Rosne : n'a nul si boen desoz le trosne, si fu por une grant desserte donez Taulas de la Deserte. qui bel le porte et bien s'an cuevre. Et cil autres si est de l'uevre D'Engleterre et fu fez a Londres, ou vos veez ces .ij. arondres qui sanblent que voler s'an doivent, mes ne se muevent, ainz reçoivent mainz cos des aciers poitevins : sel porte Thoas li Meschins. » Ensi devisent et deboissent les armes de ces qu'il conoissent.  +
List:112 +Emalvaldes, jappes, sardoines, berinz, palmes et cassidoynes, et jagonces et cristolistes, et thompaces et ametistes a tant en l’or qui l’avironnent, contre soleill grant clarté donent.  +, Un hieaume ot lacié tout vermeil, qui fort reluist contre soleil ; bien y avoit d’or .cc. onces ; desus ot assis .ii. jagonces et en milieu .i. ametiste : environ desouz en la liste avoit bericles et sardoines et thompasces et cassidoynes, et devant avoit el nazal .I. escharboucle a .i. esmal.  +
List:113 +L'envoy Prince, ainsi m'ont pourmené Vos gens. C'est mauvaise vie, Es gresillons m'ont bouté : Je pry Dieu qui les maudie.  +
List:115 +Que la graisse du rost gester Font en la moustarde et bouster. D'en servir nulz d'eux ne retarde : La arez vous, pour vostre user, Toujours, sans demander, moustarde. L'envoy Prince, gingembre, c'est tout cler, Clos, sapfran, graine n'ont d'eulx garde, Maiz a chascun font destramper Tousjours, sanz demander, moustarde.  +
List:116 +Gombaut, Claux et Guedonnet, Et le bastart de Coucy, Avec eulz messire Guy, Sont de ceux qui a toute heure Rifflent, rataschent aussy : Au vin queurent toudiz seure. Boniface o eulx se met, Et le bastart du Ploy, Jehan de Queux et Jehan Maillet, Saint Goubain, Jehan de Bucy, Il n'ont pité ne mercy De viande a leur desseure : Chascun boit bien en droit li, Au vin queurent toudiz seure, Pour ce est folz qui leur meffet. Tost ont un homme esbahy Et donné coiffe ou buffet. C'est des gens je ne say qui, Qui ont eu maint lieu rendi. Ne leur chaut qui chante ou pleure, Maiz qu'il soient bien joly : Au vin queurent toudiz seure. L'envoy Prince, tost ont fait marry Aucun, se Dieux me sequeure. Maiz quant il sont a Yvry, Au vin queurent toudiz seure.  +
List:119 +Prez de Bordeaux et ailleurs bien souvent. On l'appelle maistre Jehan Tastevin. A Bergerart a en armes esté, Devant Duras, a Basac la saison, A Saint Macaire ou fin cuer de l'esté, A Bourdilles, a Condac, ce scet on, A Montsegur, a Lango environ, Ou il perdi grandement, Marteau, son chien, et sa male ensement. Trop a souffert par dela de hustin, Tant que son fait va moult petitement : On l'appelle etc. Qu'il vous plaise, seigneur tresredoubté, Avoir pité du povre valeton, Qui a present est trop desconforté, Car en Quersin n'a vache ne mouton Que les Angloys n'ayent prins sans ranson, Lui donner presentement, Pour vous servir plus honorablement. Or ou argent, armures ou ronssin, Ou vo plaisir, pour vivre honnestement : On l'appelle maistre Jehan Tatevin.  +
List:123 +Li cortois Tristans fu traïs Et deceüs et mal baillis De l’amisté Yseut la bloie ; Si fu li biaus Paris de Troie Et d’Oënone et d’Elaine Dont il ot tant dolor et paine ; Accillés de Pollixcenoy Fu deceüs a grant belloy ; Ulixes de Penelopé  +, Fu decëus, c’est verité; Li enfes Floires de sa drue Fu traïs, c’est cose seüe ; Autresi fu Rollans d’Audain, Car envers lui ot le cuer vain ; Si fu Eneas de Lavine Que il ama tant d’amor fine ; Si refu treciés et traïs Li preus, li larges, li hardis Alixandres qui tant valut : Bien sai sa feme le deçut ; Si fu le sages Salemons Par feme traïs, et Sansons. Maint autre dont dire ne puis Ne mençoigne faire ne ruis. Dido et Lucrece et Julie Amerent si toute leur vie Ne fu seü c’une en boisast, De Dido Eneas tricast, Ne Lucrece Collatinus, Non fist vers Tisbé Pirasmus ; Ainc ne tricierent pour amer Dont l’en oïst avant parler.  +
List:130 +Et a tous ceuls qui ont pou cheveulx. Hutin d'Aumont, Philibert, voz mesnages A bien mestier que coiffe demandez. Saint Sautlieu pert et Sausset leurs plumaiges, De Poinsinet s'en est li poilz alez. He ! gentilz rois, vers nous vous admandez, Coiffes donnez aux povres soufraiteux, Car bonnes sont a entre nous pelez Et a tous ceuls qui ont pou de cheveulx. L'envoy Princes, trop plus sont les aucuns grevez, Qui pour couvrir ont cheveulx reboursez, Que ceuls qui n'ont rien sur le peleux : Pignes leur fault et le mirouer delez. Si vous suppli que coiffe leur donnez Et a tous ceuls qui ont pou de cheveulx.  +
List:131 +Finerons nous de guerroier jamais ? Tout est destruit eu plain et en costiere, Querir nous fault noz vivres trop arriere. Bien nous entrecongnoissons, De jour en jour toudis apovrissons. L'en gaingne po vers Banelinghem D'acort commun a Rodelinghem Ly plat païs ars, gastez et deffais, Tristes, dolens, perdroit en tel maniere. Ardre huchoit en disant : « Faictes paix! Le Montore, le Planque, amie chiere, Estremboque, Audruic qui est fiere, Le Virelart requerons Alambon, Liques, Fyennes, supplions Tout est perdu vers Barbelinghem. Pour ce vous lo que nous nous acordons D'acort commun a Rodelinghem. Ne guerrions plus le païs desormais : Tant est desert qu'il n'y a que bruiere, De nous nourrir ne puet porter le fais. Querons ailleurs guerre qui nous afiere, Sur Sarrazins levons nostre banniere Encontre yceuls nous croisons, Et ce païs a repeupler laissons Aux bonnes gens d'environ Tournehem. Se l'en m'en croit, la guerre finerons D'acort commun a Rodelinghem.  +
List:132 +Gelée et noif fait traire a ses a (erreur du copiste) Et bise fait la bataille premiere ; Les mal armez assaudra tous premiers : Garnissez vous, avant qu'iver vous fiere, De bons harnois, de bons chauçons velus, D'escafillons, de sollers d'abbaie, Pourpoins fourrez, les plates par dessus, De gardebras pour le trait en partie. Un jaques aiez ou grant cotte hardie ; Pour gantelez parlez aux peletiers, Martres et gris achatez voluntiers, Grans chaperons et cornette a visiere, Peaulx de chameulx et draps fors et entiers : Garnissez vous avant qu'ivers vous fiere. Et ne soiez rez, baingniez ne tondus, Mais voz menteaulx fourrez n'oubliez mie. Chaudes chambres natees sus et jus, Les huis fermez, fenestre qui ne crie, Le chaut civé et bonne espicerie, Des meilleurs vins, chapons, connins, plouviers, Garnache avant, ypocras soit portiers. De bon duvet faittes vostre litiere. Ainsi fuirez la froidure, amis chiers : Garnissez vous, avant qu'iver vous fiere. L'envoy Princes, yvers les povres gens guerrie, Les mau vestus et les chetis escrie, Perdre leur fait planche, pont et barriere; Les riches non, car chascuns estudie Contre le froit, et, quoy que nulz vous die, Garnissiez vous, avant qu'iver vous fiere.  +
List:133 +A cris de gens, et s'il est qu'om les praingne Tant sont haïs que chascun les mehaingne Pour ce qu'ilz font destruction de piaulx. Ravissables sont, fel et desloyaulx Sanz espargner, et pour ce les het on. Courent ilz bien, sont ilz fors et isneaulx ? Aussi tost vient a Pasques limeçon. Cellui voient pluseurs par les sentiers: Enclos se tient en la cruise qu'il maine, Sanz faire mal le laiss’ on voluntiers, Tousjours s'en va de sepmaine en sepmaine. Si font pluseurs en leur povre demaine Qui vivent bien soubz leurs povres drapeaulx, Et s'ilz ne font au monde leurs aveaulx, Si courent ilz par gracieus renon Quant desliez sont aux champs buefs et veaulx Aussi tost vient a Pasques limaçon. L'envoy Prince, les gens fors, grans, riches, entr'eaulx Ne tiennent pas toudis une leçon. Pour eulx haster n'approuche temps nouveaulx Aussi tost vient a Pasques limaçon.  +
List:134 +Les requerans y doivent obeir, Sanz refuser tout boire, et sanz escroe : Ainsi se doit cest ordre maintenir Qui s'appelle l'ordre de la baboe. Siffrevast est abbez de l'abbaie, De son convent vueil les moines nommer : Rocherousse, le Flament ne s'oublie, Robert Tesson et Enfernet le ber, De Poquieres le borgne bachelier. Pierre vous vueil de la Tremoille offrir, Les Bouciquaux qui ce puelent souffrir, Harmanville, Regnier Pot, que je loe, Car bien se font en l'eglise servir Qui s'appelle l'ordre de la baboe. De Jehan Augier convient que je vous die, De Saint Germain, Montagu au vis cler, Et d'Uguenin a la chiere hardie, De Chevenon qui bien se scet huver. Messire Arnoul y scet boire et humer; Sempy et Sync s'i scevent contenir Et d'Angenes font la Regnaut venir. Le Barrois fait a Thorigny la moe : En la maison se scevent bien chevir Qui s'appelle l'ordre de la baboe. De ceste ordre qui vient de Normandie Ne doy Pierre de la Haie oublier, Ne Guillaume de l'Aigle, a ceste fie, Jehan y doit d'Estouteville aler, Robinet doy de Boulongne appeler, Car puissans est pour l'ordre soustenir Ou l'en ne doit nul homme retenir, Se tant ne boit que son cuer en vin noe. Lors en l'ostel puet moines devenir Qui s'appelle l'ordre de la baboe. Car, par ma foy, c'est noble compaignie  +, Ou l'en oït bien tabourer et hurter. On y sert Dieu du main jusqu'a complie. Nulz malades n'y puent demourer. L'un a l'autre fait le vin presenter Tant qu'a boire font touz les poz tarir. Qui malade est, la se face garir. Car maint y ont gros nés et grosse joe, Qui ne scevent de l'ostel departir Qui s'appelle l'ordre de la baboe. L’envoy Princes, qui veult rire et soy esjoïr, De biaus parlers et de bons moz oïr Et de chascun la maniere et la roe, Voise veoir ces gens au departir De la maison, ou maint sont vray martir, Qui s'appelle l'ordre de la baboe.  +
List:135 +Se Noblesse a villenie en sa poche, L'en puet jugier par tel perseverance Que pour noz maulx la fin du monde approche. Se Paour est de Dieu en hardiesce De lui courcier, s'amour gettee aval Des cuers mondains es estas de noblesse, Saiche chascun que c'est le principal Que doubter Dieu, pere celestial, Qui tous nous a formez a sa semblance, Et tuit faisons contre son ordonnance, Car vertu n'est qui en vice ne troche, Dont je conclus et ay ferme esperance Que pour noz maulx la fin du monde approche.  +
List:136 +Pour rembourrer communement Et pour l'arçon qui veult briser, Et les auves semblablement; Elle loche, elle se desment, Ataiches y fault et cuilliere, Rembourrer devant ou derriere, D'un lez ou de l'autre chancelle, Tant qu'elle chiet en la pouldriere : Toudis fault ouvrer en viez selle. Ainsis fault il, a droit jugier, En viel homme ouvrer trop souvent; Un heure commence a clochier Pour goutes qui le vont tenant, Autre foiz la teste lui fent De doleur, lors fait mate chiere. Autre heure gist sur la litiere Pour le grief mal de sa forcelle. Lors n'est remede qu'il ne quiere : Toudis fault ouvrer en vielz selle. Mal a es dens, ne puet mangier, En son dos seufre grief tourment, Or le fault adonques vuidier, Le medicin avoir present. Le costé d'angoisse li fent, Si fault il pour purgier la matere Boire poison, prandre cristere, Et quant la lune renouvelle, On le voit bien a sa maniere : Toudis fault ouvrer en vielz selle. Ainsi vit viellesce en dangier De phisique ou elle s'attent, Dont elle a chascun jour mestier Qui son corps lui va rembourant; De ses excés la paine rent, Elle default de sa lumiere.  +, En defaillant court a sa biere, En cendre chiet comme estincelle, Tant soit homme de fort perriere : Toudis fault ouvrer en viez selle. L'envoy Prince, il n'est nulle rien vivant Qui ne muire, et par consequant Perilleuse est nostre nasselle. Si tost que viellesce nous prant, Tousjours avons un fer lochant, Toudis fault ouvrer en viez selle.  +
List:137 +Saint Augustin, Jherome, Jheremie, Des quelz les diz sont souvent recité, Alixandre qui fist mainte cité, Hector, Cesar, les .ix. preux qu'om figure, Pompée aussi, mainte bataille dure Que tous ces rois firent par leur puissance, Dont leurs noms vit, eulx mis en sepulture: Et ce sçavoir nous fait Experience. Romme que fist Romulus certifie Et de Remus leur haulte voulenté, Lixebonne q'Ulixes a bastie, Maint fort chastel et mainte fermeté Que pluseurs ont a leur vie fondé Et mis leurs noms, les font par la droiture D'edifier et de chastel qui dure Vivre a tousjours par renom qui s'avance Aprés leur mort, estans en pourreture: Et ce sçavoir nous fait Experiance. L'envoy Prince, qui puet doit bien mettre sa cure D'acquerir sens, et pour prouesce endure Tant que d'armes puist avoir congnoissance. Edifier puet et doit par mesure : S'ainsi le fait, mort, vivra sanz laidure, Et ce sçavoir nous fait Experiance.  +
List:138 +Prince, je voy tout remouvoir Et les signes du ciel douloir Pour nostre dolereus chemin. Riens ne vault ce que deust valoir : Dieux nous vueille a bien esmouvoir, Que le monde approuche sa fin.  +
List:139 +Sans joye avoir, sans consolacion Donner aux bons, c'est ce qui trop me blesse ; Or vuidiés hors a, gent faulse et felonnesse. Je vous feray jouer aux esbahis, Et revendra Honneur et Gentilesce : Par vous s'en est tout li bon temps fuis. Je ramenray Verité et Raison, Amour, Deduis, Loyauté et Largesce, Pitié, Douceur, Remuneracion, Chasser, voler, jouster et hardiesse, Corner, chanter, dansser et la druesse D'amours qui fait conquerre maintz pays. Fuyés vous ent, vuidiés de ma fortresse, Par vous s'en est tout li bon temps fuis. L'envoy Princes, ayés droituriere maison, Soyés humbles, preux, courtois et hardis, Tant que nulz homs n'ait de dire achoison : Par vous s'en est tout li bon temps fuis.  +
List:140 +Et les enfans sont de male nature : Aise sont ceulz qui n'ont ne filz ne fille. Car qui les a, tenir fault grant mesnage, Nourrice avoir, oyr braire et crier, Vestir, chaucier, pain, vin, lait et fromage, Buche, charbon, pain et char pour mengier, Chambres et lis, drapeaux, linge a couchier, Bers a bercier, et sentir leur ordure, Six ou sept ans que ceste dance dure : Qui enfans a ne lui fault autre estrille. Ja bien n'aura fors que malaventure : Aise sont ceulx qui n'ont ne filz ne fille. Et s'ilz sont grans, art leur fault et usage, Science avoir, aprendre, estudier, Et aux filles convient en mariage Terre et argent et grant meuble chargier. S'ilz sont mauvais, on en meurt de legier ; Et s'ilz sont bons, c'est pour eulz, et n'ont cure De leur pere ne mere, maiz procure Chascun le leur et a champ et a ville En souhaidant tousjours leur sepulture : Aise sont ceulx qui n'ont filz ne fille. L'envoy Pere et mere, qui tant avés de rage D'enfans nourrir, s'ilz sont grans soyés sage Et gardés bien que nulz d'eulz ne vous pille. Soyés seigneurs ou vous arés dommage, Ne vous rendés a vie n'a minage : Aise sont ceulx qui n'ont filz ne fille.  +
List:141 +Desloyaulté, Envie et Traïson, Et Volunté qui regne en desraison ; Pitié n'a lieu et Charité est morte, Justice, Loy se perdent et Raison : Tout se destruit, riens n'est qui me conforte. Car nul ne veult bonne parole croire, Ne je ne voy, ne croy qu'il soit mais hom Qui vueille oyr parler de chose voire Fors que de mal, mais encor se moque on. S'aucuns dit bien : « C'est un maistre Remon ; Grant dommaige est quant la chape ne porte ! » Mais chascun fait prodomme d'un larron : Tout se destruit, n’est rien qui me conforte. Et quant je voy toutes vertus recroire Et tous vices regner si a bandon, Je tien de voir ne je n'ose mescroire Qu'il ne viengne grant tribulacion, Mortalité, guerre et perdicion De la princé qui a telz maulx s'assorte ; Prochainement, c'est ma conclusion, Tout se destruit, etc. L'envoy Prince qui veult avoir dominion Doit doubter Dieu, es vertuz se deporte, Car s'il fait mal, c'est ma conclusion, Tout se destruit, n'est rien qui me conforte.  +
List:142 +De tel tresor. Des mauvais n'a regart : Vueillez tousjours tel gent acompaigner. L’envoy Prince, je tais le nombre bel et gent Des escuiers et de vostre autre gent Que l’en doit bien entre les bons trier Et que l'en puet veoir communement En vostre hostel : et pour ce, en concluent, Vueillez tousjours tel gent acompaignier.  +
(25 précédentes) (25 suivantes)