Attribut:Transcription

De PolimaWiki

Cette propriété est de type Texte.

Pages utilisant la propriété « Transcription »

Afficher les 25 pages utilisant cette propriété.

(25 précédentes) (25 suivantes)

L

List:10 +rows=1  +
List:100 +Judith en fais, Lucresse en voulenté, Rebeque en sens, en noblesce Ecuba, Sarre loyal et Helaine en biauté, Plaisant Hester et royne de Sabba, En ferme foy et en sainté Anna,  +
List:101 +Qui veult avoir vie et joye mondaine Et selon Dieu vivre pour paradis, Sanz trop ne pou avoir repos ne paine, Et pour avoir des chasses les deliz, Boiz et forez et assez doulz pays, Plaisant manoir, fort et puissant chastel, Chappelles grans et la messe toudis, A Nyeppe voit, prés le val de Cassel. Ma dame y est de ce lieu souveraine, Jehanne de Bar qui est des fleurs de liz, Et de Ligni la dame en leur compaignie, Et Mortbeque et Ancueille au cler vis, De Hazebruch Yolent, ce m'est vis : Et toutes ont gent corps, adroit et bel. Donc qui d'Amours vouldra estre ravis En Nyeppe voit, prés du val de Cassel. Encor y est Houdain de douçour plaine, Et Yolent sa fille que je vis, Et Ysabel d'Afiches ou demaine, De Varennes Helouys vous devis, Et Amelot. Toutes ont d'onneur pris : Un tel tresor est precieux jouel. Qui tout temps veult de joye estre garnis A Nyeppe voit, prés du val de Cassel. L’envoy Tresdoulces flours, d'amours puis et fontaine, A vous se vient rendre Eustace Morel. Recevez lay, car qui veult vie saine A Nyeppe voit, prés du val de Cassel.  +
List:105 +De maulx coustiaux forgiez en Lombardie, Du tret de Genne et de leurs viretons, Des ars anglaiz et de ceulx de Turquie, Des dondaines et lances de Gascons, Des plommees e et haches des Bretons, Et des engins et pierres c'on y lance, Des grans garros et pierres, des canons, Puist il morir qui mal faire me pance ! Ferus soit il de mort d'epidymie Et tous froiciez de grans cops de bastons. D'aguilles ait d'Antioche a demie Le ventre plain, de tranchans rasoirs bons Ait il coppé la gorge, et d'esperons Soit il ferus trestout parmy la pance, Et d'espees du chief jusqu'aus talons : Puist il morir qui mal faire me pance ! Des croques poys, des masses de Surie Et des espiez trenchans ….. Et des dagues dont li aciers brunie, De tous tempés, de toutes maliçons, Et de tous maulx que de certain savons, Que Dieux garist par sa digne puissance, De l'esvertin de poingnans aguillons, Puist il morir qui mal faire me pance ! L'envoy Prince, jamaiz ne puist jour avoir vie, Qui mal me veult ou me fera grevance. Du mal des dens et de mort enragie ...  +
List:106 +Grace d'Amours requiert le douloureux Qui .XII. maulx qu'il a ne puet guerir, Dont ses las cuers est tourmentez tous seulx, Tant qu'il ne puet reposer ne dormir. C'est Doulx Regart, Penser et Souvenir, Biauté de corps, Jeunesce avec Plaisance, Honte et Paour, Souvenir qui me lance, Si font Dangier, Male Bouche et Reffus, Et Desespoir pour moy tuer s'avance : Se Grace n'est, je suis mors et perdus. Car nuit et jour tous ses maulx perilleux  +
List:107 +Si vos dirai, or m'antandez, Qui furent li conte et li roi. Moult i vint a riche conroi Li cuens Branles de Colescestre, Qui cent chevax mena an destre ; Aprés i vint Menagormon, Qui sires estoit d'Eglimon ; Et cil de la Haute Montaigne I vint a moult riche conpaigne ; De Traverain i vint li cuens Atot .c. conpaignons des suens ;  +
List:108 +Cil qui fist d'Erec et d'Enide et les comandemanz d’Ov'ide et l'Art d'amors an romans mist et le Mors de l'espaule fist, del roi Marc et d'Ysalt la blonde et de la hupe et de l'aronde et del rossignol la muance, un novel conte rancomance d'un vaslet qui an Grece fu del lignage le roi Artu.  +
List:109 +Es loges refu la reïne et les dames, et les puceles, si ot chevaliers avoec eles assez qui armes ne porterent, qui prison ou croisié se erent, et cil lor armes lor devisent des chevaliers que il plus prisent. Antr'ax dïent : « Veez vos or celui a cele bande d'or parmi cel escu de bernic ? C'est Governauz de Roberdic. Et veez vos celui aprés, qui an son escu, pres a pres, a mise une aigle et un dragon ? C'est li filz le roi d'Arragon qui venuz est an ceste terre por pris et por enor conquerre. Et veez vos celui dejoste, qui si bien point et si bien joste, a cel escu vert d'une part, s'a sor le vert point .i. liepart, et d'azur est l'autre mitiez ? C'est Ignaurés li Covoitiez, li amoreus, et li pleisanz. Et cil qui porte les feisanz an son escu poinz bec a bec ? C’est Coguillanz de Mautirec. Et veez vos ces .ij. delez, a ces .ij. chevax pomelez as escuz d'or as lyons bis ? Li uns a non Semiramis et li autres est ses conpainz, s’ont d'un sanblant lor escuz tainz. Et veez vos celui qui porte en son escu pointe une porte ?  +
List:110 +Il esgarde la vile tote Pueplee de molt bele gent, et les changes d'or et d'argent, qui tuit sont covert de monoies, et vit les places et les voies, qui totes sont plainnes d'ovriers qui feisoient divers mestiers, si con li mestier sont divers. Cil fet hiaumes et cil haubers et cil lances et cil blazons, cil lorains et cil esperons, et cil lor espees forbissent. Li un font dras et cil les tissent, cil les paignent et cil les tondent; et li autre or et argent fondent, cil font oevres bones et beles, cil font henas, cil escueles et oisiax ovrez a esmax, eniax, ceintures et fermax. Bien poïst an et dire et croire qu'an la vile eüst tozjorz foire, qui de tant d'avoir estoit plainne, de cire, de poivre et de grainne et de panes veires et grises et de totes marcheandises.  +
List:112 +Devant la porte du donjon tendent au roi son paveillon ; touz fu de bestes de coulors, tailliez a bestes et a flors. Bien i sont peintes les estoires, les vielles gestes, les memoires et les justises et les plés, les jugemenz et les forfés, et les montaingnes et li val, et les quaroles et li bal, les puceles et leur ami, et les dames et leur mari, les larges prez et les rivieres et les bestes de mil manieres, les ostoirs et les espreviers et les roncins et les destriers, les vielz houmes et les chanus, et les chauz et les cheveluz, les granz bois et les granz forez, les embuchemenz, lez aguez, les cembiaux et les envaïes que danzels font por lor amies, et les chastiaux et les citez, les forteresces, les fertez. De trestoutes les creatures sont el tref paintes les natures. Et l'aigle d'or est a neel qui est assis sus le ponmel, c'onques nus hom n'oï parler de tant bel oysel, de tant cler, n'onques nen ot .iii. (sic) Salemons itel aigle en ses paveillons ; tant y ot pierres naturaux, tant escharboucle, tant esmax, tant escharboucles cler ardanz, tantes jagonces reluisanz, des que soleill et vent la touche, feu ardant giete par la bouche.  +
List:113 +Autre Balade. Sur aucuns chevaliers et escuiers de la court Hugues d'Ars et Prunelé, Garensieres, Florigny, Les deux Machaus, Angelé, Petiot, Huet, Villy, M'ont maintesfoys assailly Et fait trop de villenye, Batu, feru et laidy : Je pri Dieu qui les maudie. En ma tente m'ont robé, Et sur le ventre sailly, De piez et de poins foulé. Poinsinet, de Juvigny, Et Torchapel que je vy M'ont m'avoyne deperie. Pité n'ont, grace ne mercy : Je pri Dieu qui les maudie. Ancor m'ont il plus tromppé : De larron m'ont donné cry, Et sur un cheval troussé Par l'ost m'ont mené ainsy, Crians : « Amblé a cecy ! Pendez ! Ne le laissiez mie ! » Pour ce a tousjours les reny : Je pri Dieu qui les maudye.  +
List:115 +En Haynaut et en Brabant ay Aprins a sauces ordonner : Es hostez ou je me logay Me fist on toudiz apporter A rost, a mouton, a sangler, A lievre, a connin, a ostarde, A poisson d'eaue douce et mer, Tousjours, sanz demander, moustarde. Harens frés quiz, et demanday Carpe au cabaret pour dyner, Bequet a en leaue y ordonnay, Et grosses solles au soupper. A Brusselles fiz demander Sauce vert. Le clerc me regarde, Par un varlet me tist donner Tousjours, sans demander, moustarde. Sanz li ne bu ne ne mengay. Avec l’eaue la font meller Du poisson, et ancor say  +
List:116 +Cartulat et Robinet, Henry de Poches, Gauchy,  +
List:117 +Poux, puces, lantes et vermine, Bosses, clos, roignes, tranchoisons Sausse, flamme, la toux, la tigne, Gratelle, broches, menoisons, Amorroydes, aguillons, Contenue et fievre quartayne, Le mal ou vit et es couillons Vous doint Dieux et senglante estraine. Jamaiz la foire ne vous fine, Le mal es dos, mule es talons, La goute es flans sanz medicine,  +
List:119 +Au roy supplie pour Dieu et en pitié, Au duc d'Anjou, a Bourgogne, a Bourbon Uns petiz nains, garniz de povreté, Que vous ayez memoire de son nom. Servi vous a longuement, En Languedoc, armé souffisanment ; Il a aidé mettre vo guerre a fin,  +
List:120 +― Quiconques a mestier d'avoir un bon servant ? Juenes homs suis, aprestés de servir. ― De quoy sers tu ? ― Je suis bien chevauchant, Je sçay trancher, moy en cuisine offrir, Male trousser et au besoing pestrir, Garder chevaux et une chambre tendre, Je sçay pignier, un lit faire et fournir. Nulx, Dieu mercy, ne me scet riens aprandre. Je sçay aler et parler entre gent, Compter, getter, le mon maistre tenir, Faire ses fraiz, gouverner son argent, Escripre assez pour mon fait soustenir, Rendre compte sanz le sien retenir, Songneusement a sa besongne entendre. De ce me puet bien laissier convenir Nulx, Dieu mercy, etc. Je couche tart, je suis si diligent Que je n'en puis reposer ne dormir, Je descouche devant soulail levant, Tousjours sui prest, oncques ne vueil mentir, On me puet ses consaulx descouvrir, Je suis preudon sans riens de l'autrui prendre. ― Je te retien. ― Et je vueil obbeir : Nulz, Dieux mercy, ne me scet riens apprendre.  +
List:121 +La fievre quarte et la double tierçainne, Le mau saint Leu et le saint Matelin, La rage es dens, ou chief goute, migraine, Les tranchoisons du ventre et de l'avertin, La goute es flans et le mau saint Quentin Puist avoir qui mari me donna, Et le gros mal au soir et au matin, Et panduz soit qui ainsi m'assena! D'ydropisie ait il la pance plaine, Thisiques soit et ethiques en fin, La gravelle ait .xviij. foiz la sepmaine, Esquinance, soit son corps palasin, De saint Fiacre puist estre pelerin Et de saint Mor qui par goutes fina,  +
List:123 +Ne finera, ce m’est avis, S’avra esté en maint païs, Par les grans marces de Bourgoigne, Et de Berri et de Gascougne, Et en Prouvence et vers Saint Gille, Con cil qui le cuer a nobile. Puis s’en passe outre en Lombardie, Si cerke toute Roumenie ; Puis s’en revient par les contrees Qui de grans guerres sont tourblees Tout droitement par Alemaigne ; Puis fait son tour par mi Bretaigne, Et en Haineau, et en Brebant, Et es marces vers Ostrevant ; En Vimeu, en Ponthieu, grant pose Tournoie et par armes s’alose ; En Flandres et en Normendie Fait mainte grant chevalerie. Si est renoumés par sa lance Qu’en tout le roiaume de France N’a pas un tout seul chevalier Si grant pris ait de tournoiier. En toutes les places ou vient, D’armes porter si se contient Que deseur tous en a le pris. Puis a cerkiet tout le païs D’Angau, du Maine et de Touraine. Espandue est ja en Bourgongne De lui la haute renoumee Qu’il conquiert de lance et d’espee, Et par Poitau et par Bretaigne, Qu’il n’a dusques as pors d’Espaigne Cité ne castel ne contree, Ne marce de guerre tourblee, Ou n’ait chevalier abatu.  +
List:124 +rows=1  +
List:125 +rows=1  +
List:129 +Je n'ay houseauls, chauces ne esperon, Manteau, pourpoint, que tout ne soit usé,  +
List:130 +Balade. Comment on souloit anciennement moult honourer les saiges et anciens plus que on ne fait au jour d'ui. Les anciens furent jadis moult saiges, Si doivent bien leurs dis estre gardez Et qu'om tiengne leurs faiz et leurs usaiges. Or supplions que vous y regardez. Coiffes eurent, tel estat nous rendez, Et nous prierons tuit pour vous et pour eulx: Car bonnes sont a entre nous pelez Et a tous ceuls qui ont pou de cheveulx. Eustace suy pour les pelez messaige Coucy, Saint Poul, Hangest, Torcy : venez, G. des Bordes, Brifaut, et a oultrages Y est Colart de Tanques desplumez. Hugues du Bois, Moriaux, sont enrrumez, Coiffe leur fault et a chascun d'eulx : Car bonnes sont a entre nous pelez  +
List:131 +Guynes, Hames, Merc, Sangattes, Calays, Oye et Puille, qui nous faittes frontiere,  +
List:132 +Alarme ! Alarme ! Yvers est descendus Sur le païs, a froide compaignie : Il en a ja mains mors et enfondus. Armez vous tost pour sauver vostre vie, Car nulz ne tient contre s'artillerie. Vent et gresil fait traire a ses archiers,  +
List:133 +Moult se vantoit li cerfs d'estre legiers Et de courir dix lieues d'une alaine, Et li cengliers se vantoit d'estre fiers, Et la brebiz se louoit pour sa laine, Et li chevriaux de sauter en la plaine Se vantoit fort, li chevriaux estre biaux, Et de force se vantoit li toreaux, L'ermine aussi d'avoir biau peliçon. Adonc respont en sa coquille a ciaulx : « Aussi tost vient a Pasques limeçon. » Les lions voy, ours et lieppars premiers, Loups et tigres, courir par la champaigne, Estre chaciez de mastins et levriers  +
(25 précédentes) (25 suivantes)